Allez au contenu, Allez à la navigation



Risques chimiques au quotidien : éthers de glycol et polluants de l'air intérieur. Quelle expertise pour notre santé ? Conclusions du rapporteur (tome 1)

 

D. LES ÉMISSIONS LIÉES AUX ACTIVITÉS

1. Le placard des produits ménagers

D'après le Dr. Robert GARNIER du Centre antipoison de Paris (voir son audition), les produits ménagers sont à l'origine de 21 % des accidents recensés par le centre.

Ceux-ci sont souvent causés par des mélanges ou par des déconditionnements de produits mais les émissions mêmes de ces produits ne sont pas sans danger.

a) Les nettoyants multi-usages

L'« UFC- Que choisir ? » a analysé en 2004, dix-huit produits d'entretien multi-usages commercialisés en France et a constaté que certains polluaient gravement l'air intérieur des habitations.

En effet, douze des dix-huit produits émettent encore plus de 500 ug/m3 de composés organiques volatils quatre heures après leur application et deux (les nettoyants multi-usages au savon de Marseille de marque Ajax et de marque Saint Marc) des dix-huit produits émettent encore près d'1 mg/ m3 de COV quatre heures après leur application... au lieu de 200 ug/m3 (norme aux États-Unis d'Amérique).

Il s'agit là de niveaux d'exposition élevés, et même très élevés dans le second cas, montrant que l'utilisation normale d'un produit d'entretien peut contribuer de manière importante à la pollution de l'air intérieur.

L'UFC avait alors souhaité le retrait du marché des deux produits les plus polluants, le contrôle par les autorités sanitaires des produits similaires parfumés au savon de Marseille, l'élaboration de réglementations ou de recommandations à l'initiative des fabricants et la conduite d'études de grande envergure sur les produits d'entretien.

b) Les lave-vitres

Comme déjà indiqué à propos de l'action de l'« UFC - Que choisir ? », dès 1995 sept lave-vitres ont été testés.

Votre rapporteur souligne ici encore le danger méconnu pour la santé humaine de quelques polluants d'usage courant, notamment des composés organiques volatils, liés à une activité de nettoyage ou d'entretien de la maison.

c) Une prise de conscience nécessaire

Dans l'habitat, la localisation même des placards de rangement des produits évoqués ci-dessus peut constituer, en elle-même, un facteur aggravant.

A titre d'exemple, quelques substances et les produits en contenant sont à éviter :

- éthers de glycol (nettoyants pour vitre, dégraissants, savons liquides) ;

-  soude caustique (déboucheurs d'évier, décapants de four) ;

-  trichloréthylène (détachants, etc.) ;

toluène (désodorisants d'air intérieur) ;

- hydrocarbures aromatiques (cires liquides) ;

- paradichlorobenzène (blocs désodorisants pour les cuvettes de toilette).