Allez au contenu, Allez à la navigation



Le Moyen-Orient à l'heure nucléaire

 

ANNEXE 8 - Le « document des prisonniers » (signé par des leaders emprisonnés du Fatah, du Hamas, du Jihad islamique, du FPLP et du FDLP)

MANIFESTE DE RÉCONCILIATION NATIONALE PALESTINIENNE

Au nom de Dieu compatissant et miséricordieux

« Soumets-toi au jugement de Dieu et ne te disperse pas » (verset du Coran)

Guidés par un sens profond de la responsabilité nationale et historique et devant les dangers qu'affronte notre peuple ; pour renforcer et consolider le front interne palestinien ainsi que la protection de l'unité nationale et de l'unité de notre peuple dans le pays et la Diaspora ; pour lutter contre le plan d'Israël qui vise à imposer la solution israélienne qui brise le rêve de notre peuple et son droit à créer un État palestinien indépendant pleinement souverain, plan que le gouvernement israélien compte mettre en oeuvre dans la prochaine phase avec la construction et l'achèvement du mur de l'apartheid et la judaïsation de Jérusalem, l'expansion des colonies juives, l'occupation de la vallée du Jourdain, l'annexion de vastes zones de la Rive occidentale et le blocage du chemin afin d'empêcher notre peuple d'exercer son droit au retour.

Soucieux de conforter ce que notre peuple a accompli dans son long combat, en mémoire des martyrs de notre grand peuple, de la douleur de ses prisonniers et la souffrance de ses blessés ; et sachant que nous nous trouvons encore dans une phase de libération dont le sentiment national et la démocratie sont les fondements principaux, qui nous imposent une stratégie de combat politique conforme à ces fondements et afin que le dialogue national palestinien soit un succès, sur la base de la déclaration du Caire et de l'urgent besoin d'unité et de solidarité, nous présentons ce manifeste (le manifeste de réconciliation nationale) à notre grand peuple et au président Mahmoud Abbas (Abu Mazen) ainsi qu'à la direction de l'OLP, au Premier ministre Ismail Haniyeh, au conseil des ministres, au président du CNP, aux membres du CNP, au président et aux membres du PLC, à toutes les forces et factions palestiniennes, à toutes les organisations et institutions non gouvernementales, populaires et au leaders de l'opinion publique palestinienne dans le pays et au sein de la Diaspora.

Notre espoir est que ce manifeste soit considéré comme un tout, qu'il recueille le soutien et l'approbation de tous et qu'il puisse contribuer à l'élaboration d'un accord palestinien de réconciliation nationale.

Les Palestiniens des territoires et de la Diaspora veulent libérer leur terre et exercer leur droit à la liberté, au retour et à l'indépendance, à faire valoir leur droit à l'auto-détermination et notamment à créer sur tous les territoires occupés en 1967 leur propre État indépendant avec Jérusalem comme capitale. Ils veulent aussi obtenir le droit pour les réfugiés de rentrer chez eux et la libération de tous les prisonniers et détenus, en se fondant sur les droits historiques de notre peuple sur la terre de nos ancêtres, sur la Charte des Nations-Unies, sur le droit international et sur la légitimité internationale.

Travailler rapidement à concrétiser ce qui a été convenu au Caire en mars 2005 concernant le développement et le rôle que doit jouer l'OLP joint au Hamas et au mouvement du jihad islamique, seul représentant légitime du peuple palestinien, où qu'il soit, de manière à répondre aux changements sur la scène palestinienne selon les principes démocratiques et à renforcer la situation de l'OLP en tant que seul représentant légitime du peuple palestinien, afin de l'aider à assumer ses responsabilités à l'égard de notre peuple dans le pays mais aussi dans la Diaspora, ainsi qu'à mobiliser le peuple dans la défense de ses droits nationaux, politiques et humanitaires au sein des différents forums et cercles régionaux et internationaux. Conduire cette action en tenant compte du fait que l'intérêt national appelle la formation d'un nouveau Conseil national palestinien avant la fin de 2006, en veillant à garantir la représentation de toutes les forces, factions et parties nationales et islamiques palestiniennes et des communautés de notre peuple partout dans le monde, des différents secteurs et personnalités publiques, proportionnellement à la représentativité, à la présence et au rôle dans le combat et la vie politique. Maintenir l'OLP comme un large front, une coalition nationale et un point de rassemblement pour tous les Palestiniens de Palestine et de la Diaspora, comme la plus haute référence politique.

Affirmer le droit du peuple palestinien à résister par tous les moyens et focaliser la résistance dans les territoires occupés de 1967 en l'associant à l'action politique, aux négociations, à l'action diplomatique et à la poursuite de la résistance populaire et massive contre l'occupation sous ses diverses formes. Garantir une large participation de tous les secteurs de la population à la résistance.

Créer un plan d'action politique exhaustif, unifier la rhétorique politique palestinienne sur la base du programme de consensus national, de la légitimité arabe et des résolutions internationales accordant justice au peuple palestinien, représenté par l'OLP et l'Autorité nationale palestinienne en tant que président et gouvernement, ainsi que les mouvances nationales et islamiques, les organisations de la société civile et les personnalités publiques, afin de mobiliser un soutien et une solidarité politiques, financiers, économiques et humanitaires auprès des instances arabes, islamiques et internationales en faveur de notre peuple et de l'Autorité nationale palestinienne. Promouvoir le droit de notre peuple à l'auto-détermination, à la liberté, au retour sur sa terre et à l'indépendance, s'opposer à la volonté d'Israël d'imposer à notre peuple une solution israélienne et lutter pour faire cesser le siège qui opprime le peuple palestinien.

Protéger et renforcer l'Autorité nationale palestinienne car elle est le noyau du futur État, et a été installée au prix du combat et des sacrifices, du sang et de la souffrance du peuple palestinien. Insister sur le fait que les intérêts supérieurs de la nation imposent de respecter le caractère temporaire de l'Autorité nationale palestinienne, les lois, les responsabilités et les pouvoirs du président élu par la volonté du peuple palestinien dans le cadre d'élections libres, honnêtes et démocratiques. Respecter les responsabilités et les pouvoirs du gouvernement qui a reçu le vote de confiance du Conseil législatif palestinien (PLC), promouvoir l'importance et la nécessité d'une coopération constructive entre la présidence et le gouvernement, qui doivent travailler de concert et se réunir régulièrement pour régler les différends qui peuvent survenir, au travers d'un dialogue fraternel fondé sur la constitution provisoire et dans l'intérêt supérieur de la nation. Engager une réforme complète des institutions de l'Autorité nationale palestinienne, en particulier de l'appareil juridique et garantir le respect de l'autorité judiciaire à tous les niveaux pour mettre en oeuvre ses décisions et renforcer l'état de droit.

Former un gouvernement d'unité nationale sur des bases qui garantissent la participation de tous les blocs représentés au Parlement, en particulier le Fatah et le Hamas ainsi que les forces politiques désireuses de participer sur la base du présent manifeste et du programme commun, afin d'améliorer la situation palestinienne aux niveaux local, arabe, régional et international et de relever les défis grâce à un gouvernement national fort, bénéficiant du soutien populaire et politique de toutes les forces palestiniennes, mais aussi pour offrir les meilleures conditions possibles aux secteurs qui ont supporté avec ténacité le fardeau de la résistance et de l'Intifada et qui ont été les victimes de l'agression criminelle israélienne, en particulier les familles des martyrs, les prisonniers et les blessés, ainsi que les propriétaires des maisons et des biens détruits par l'occupation, sans oublier l'aide aux chômeurs et aux diplômés.

La gestion des négociations relève de la juridiction de l'OLP et du président de l'Autorité palestinienne, guidés par les objectifs nationaux et la volonté de les réaliser, en sachant que tout accord final doit être soit présenté au nouveau Conseil national palestinien pour ratification soit soumis à un référendum, dans la mesure du possible.

La libération des prisonniers et des détenus est un devoir sacré national qui doit être assumé par toutes les forces et factions palestiniennes nationales et islamiques, mais aussi par l'OLP et l'Autorité palestinienne en tant que président et gouvernement, par le Conseil législatif palestinien et toutes les forces de la résistance.

Redoubler d'efforts pour soutenir et aider les réfugiés et défendre leurs droits. Travailler à organiser une assemblée populaire représentative des réfugiés, qui créerait des commissions pour remplir ses obligations en mettant l'accent sur le droit au retour, en s'accrochant à ce droit et en en appelant à la communauté internationale pour faire appliquer la Résolution 194 qui stipule le droit pour les réfugiés de rentrer chez eux et de recevoir des réparations.

Former un front unifié de résistance sous le nom de « Front palestinien de résistance » pour diriger la résistance contre l'occupation. Unifier et coordonner l'action et la résistance pour donner une référence politique unifiée à ce front.

Protéger le mouvement démocratique et tenir régulièrement des élections générales libres et honnêtes, respectant la loi, pour la présidence, le Conseil national palestinien, les conseils locaux et municipaux. Respecter le principe d'une passation de pouvoir dans le calme et sans heurts, promettre de protéger l'expérience démocratique palestinienne, respecter le choix démocratique et ses résultats ainsi que l'état de droit, le peuple, les libertés fondamentales, la liberté de la presse et l'égalité des citoyens en droits et en devoirs sans aucune discrimination, protéger, développer et renforcer les acquis des femmes.

Rejeter et dénoncer le siège qui opprime le peuple palestinien, piloté par les États-Unis et Israël. Faire appel aux Arabes, aux niveaux populaire et officiel, pour soutenir le peuple palestinien, l'OLP et l'Autorité palestinienne. Demander aux gouvernements arabes de mettre en oeuvre les décisions politiques, financières, économiques et d'information prises aux sommets arabes en faveur du peuple palestinien et de sa cause nationale. Mettre en évidence l'engagement de l'Autorité palestinienne à l'égard d'un consensus arabe et d'une action commune.

Appeler le peuple palestinien à l'unité et à la solidarité, unifier les rangs, soutenir l'OLP et l'Autorité palestinienne en tant que président et gouvernement, renforcer la détermination et la résistance face à l'agression et au siège, rejeter toute intervention dans les affaires intérieures palestiniennes.

Dénoncer toute forme de division qui peut conduire à des conflits internes, condamner l'usage des armes, pour quelque raison que ce soit, dans le règlement des conflits internes, bannir l'usage des armes au sein du peuple palestinien, mettre l'accent sur la sainteté du sang palestinien, recourir au dialogue comme seul moyen de surmonter les désaccords, respecter la liberté d'expression dans tous les médias, y compris en ce qui concerne l'opposition à l'autorité et à ses décisions, ainsi que le droit à la protestation pacifique. Organiser des défilés, des manifestations et des sit-in à la condition que ce soit dans le calme, sans arme et en respectant les biens publics et ceux des citoyens.

L'intérêt national passe par l'obligation de rechercher les meilleurs moyens possibles de pérenniser l'implication du peuple palestinien et de ses forces politiques dans la bande de Gaza, avec leur nouveau statut dans leur combat pour la liberté, le retour et l'indépendance. Libérer la Rive occidentale et Jérusalem de manière à faire de la bande de Gaza une force de soutien réelle à la résistance de notre peuple sur la Rive occidentale et à Jérusalem. L'intérêt national demande aussi une révision des méthodes de lutte afin de trouver les moyens les plus efficaces pour résister à l'occupation.

Réformer l'institution de sécurité palestinienne et toutes ses branches afin de les moderniser et de leur donner les moyens d'assumer leurs missions pour la défense du pays et des citoyens, de répondre à l'agression et à l'occupation, d'assurer le maintien de la sécurité et de l'ordre publics, de faire appliquer les lois, de mettre fin au chaos et à l'insécurité, de faire cesser toutes formes de parades publiques armées, de confisquer les armes qui font du tort à la résistance, déforment son image et menacent l'unité de la société palestinienne. Coordonner et organiser la relation avec les forces de la résistance, organiser et protéger son armement.

Appeler le Conseil législatif palestinien à poursuivre la promulgation de lois destinées à organiser le travail de l'institution et des organes de sécurité avec leurs différentes branches, mais également à promulguer une loi qui interdise toute action politique et partisane de la part des membres des services de sécurité et qui les soumette à l'autorité politique élue, telle que définie par la loi.

OEuvrer pour étendre le rôle et la présence des comités internationaux de solidarité et des groupes pacifistes qui soutiennent politiquement et localement notre peuple dans leur juste combat contre l'occupation, l'installation de colonies, le mur de l'apartheid et oeuvrer pour la mise en application de la décision de la cour internationale de justice de la Haye concernant la suppression du mur et des colonies, dont la présence est illégale.

Signé par :

Fatah : Marwan Barghouti, membre du Conseil législatif palestinien (PLC), Secrétaire du Fatah.

Hamas : Sheikh Abdul Khaleq al-Natsheh, Haut Comité de direction

Jihad islamique : Sheikh Bassam al-Sa'di.

FPLP : Abdul Rahim Mallouh, membre du Comité exécutif de l'OLP et Secrétaire général adjoint du FPLP.

DFLP : Mustafa Badarneh