Allez au contenu, Allez à la navigation



Mutation des virus et gestion des pandémies - l'exemples du virus A (H1N1)

 

B - LE PRECEDENT DE LA GRIPPE AVIAIRE A JOUE UN ROLE CONSIDERABLE DANS LE PROCESSUS DECISIONNEL

Tant en France qu'aux Etats-Unis, les plans pandémie grippale ont été mis en place à la suite de la grippe aviaire.

Le virus H5N1 a créé le même choc dans les deux pays, du fait de sa dangerosité extrême (plus de 50 % des personnes infectées en mourraient). C'est du reste ce choc qui avait conduit l'Etat à accorder une immunité aux entreprises pharmaceutiques en matière de responsabilité civile par une loi de 2005 - la PREP - afin de les convaincre de fabriquer des produits permettant de s'opposer au virus (les entreprises restent cependant responsables en cas de faute grave).

Les mêmes questions se sont posées : comment prévenir sa diffusion ? Comment éviter la désorganisation de l'économie qui en résulterait ? Quelles mesures exceptionnelles envisager ?

Le plan américain et le plan français sont semblables dans leurs objectifs. Ils ont inspiré les mesures prises lors de la grippe A(H1N1) en avril et en mai 2009, lorsque l'on a craint - de la même manière - que le virus pandémique soit extrêmement dangereux.

L'incertitude étant renforcée par les déclarations de l'OMS, qui élève le 11 juin le niveau de pandémie (en passant de 5 à 6), les décisions gouvernementales reflètent dans les deux pays les réflexions antérieures sur la grippe aviaire.

Les autorités sanitaires relèvent que leur niveau de préparation et de réactivité n'aurait pas été le même sans la grippe aviaire et le plan pandémie.

Les autorités ont également tenu compte de l'expérience passée, et notamment des réactions insuffisantes des pouvoirs publics lors du cyclone Katrina (dont les effets médiatiques sont proches de ceux dûs en France à la canicule).

C - LES DECISIONS FONDAMENTALES DES POUVOIRS PUBLICS ONT ETE PRISES DANS LE MEME CLIMAT D'INCERTITUDE QU'EN FRANCE.

L'incertitude est la même. Les Etats-Unis ont néanmoins été confrontés plus tôt que la France à la pandémie, ce qui explique des réactions différentes en matière de commandes de vaccins (antigène en vrac pour les Etats Unis, en doses pour la France). La France a en effet pris des décisions postérieures à celles des Etats-Unis, en ayant une vision différente des choix possibles.

Au moment des commandes de vaccin, les scientifiques des deux pays estiment qu'il faudra deux doses de vaccin et qu'une grande partie de la population risque d'être atteinte. Le même choix est fait de rendre le vaccin disponible à tous ceux qui souhaiteraient se faire vacciner, tout en tenant compte des réticences d'une partie de la population.

C'est ainsi que les Etats Unis décident de commander plus de 250 millions de doses de vaccin.

À l'époque, les deux pays s'interrogent sur la manière de faire face à la pénurie de badiane (l'anis étoilé produit en Chine), produit nécessaire à la fabrication du seul antiviral efficace, le Tamiflu.

Face à cette incertitude, les deux pays veulent se prémunir contre une recombinaison des virus H1N1 et H5N1 qui pourrait entraîner l'émergence d'un virus à la fois dangereux et très contagieux. Ils font la même analyse des capacités d'évolution du virus, et de l'utilité de la vaccination, qui reste le seul moyen d'endiguer une propagation exponentielle du virus.