Allez au contenu, Allez à la navigation



L'avenir des « années collège » dans les quartiers sensibles (Tome II : annexes)

10 mars 2011 : L'avenir des « années collège » dans les quartiers sensibles (Tome II : annexes) ( rapport d'information )

SEVRAN 5 JANVIER 2011

RÉUNION À LA MAIRIE DE SEVRAN

EN PRÉSENCE DU MAIRE M. STÉPHANE GATIGNON

M. Gilles Kepel, politologue, professeur des universités et directeur de la chaire « Moyen-Orient Méditerranée » à l'Institut d'études politiques (IEP) de Paris, présente le contenu de l'enquête qu'il mène actuellement pour l'Institut Montaigne avec Leyla Arslan sur le rapport des habitants à la religion en Ile de France et plus spécialement sur Clichy-Montfermeil. Plus d'une centaine de personnes ont fait l'objet d'interviews menés en sept langues.

L'échange permet de constater un manque crucial d'intercommunalité en Ile-de-France, dans le département du 93 particulièrement. Il y a un retard dans la prise de conscience de cette complexité. Par ailleurs, on constate également l'absence des contrats territoriaux qui permettrait d'avoir une lisibilité et une cohérence territoriale pour les différents quartiers sensibles limitrophes des municipalités concernées.

M. Stéphane Gatignon, Maire de Sevran, explique qu'il faut prendre conscience qu'on se trouve en rupture vis-à-vis des générations passées. Le monde que l'on construit pour demain sera différent de celui du XXe siècle. En raison de la désindustrialisation massive, la normalité aujourd'hui dans ces quartiers n'est plus le travail, autrefois considéré comme « normal », mais le chômage et la précarité. On assiste de ce fait à une rupture dans la conception de la réalité. « Qu'est-ce qu'une réussite aujourd'hui ? ». Il semble que l'on ne réussisse plus par la carrière. « Un jeune aujourd'hui quand il a un travail va passer par cinq, six boulots complètements différents. Les intérimaires travaillant sur Roissy en sont l'exemple le plus frappant. »

Sevran se présente comme une zone de rupture complète à beaucoup de niveaux. Un gros problème de trafic existe, car Sevran est une plaque tournante pour le cannabis en provenance majoritairement de la région du Riff au Maroc. La rénovation urbaine a permit une réorganisation des réseaux avec une concentration monopolistique du trafic. Auparavant le trafic était émietté, il est maintenant rationalisé. Il s'agit ici d'une énorme économie grise, de type mafieuse, différente de « l'économie de la débrouille » qui touche tout le monde à Sevran.

M. Gatignon évoque ensuite le PRU en vigueur sur Sevran. Il existe 14 bailleurs sociaux différents sur la commune, ce qui complique le travail de rénovation urbaine. Un gros travail de reconquête des chantiers doit être mené pour qu'ils ne soient pas gangrénés par certains individus du quartier. Il s'agit ici d'une question de réappropriation du quartier. Pour le maire de Sevran, la République unie et indivisible n'existe plus. L'agglomération parisienne est l'une des zones les plus inégalitaires d'Europe.

La visite de terrain se poursuit par la visite du quartier de Rougemont, la maison de quartier, la médiathèque, les jardins partagés, le Centre Social de Rougemont.

Deux rencontres à Sevran :
au Centre social du quartier de Rougemont et à la Mairie,
en présence du Maire M. Stéphane Gatignon et de M. Gilles Kepel,

politologue, spécialiste de l'Islam