Allez au contenu, Allez à la navigation



L'innovation à l'épreuve des peurs et des risques

24 janvier 2012 : L'innovation à l'épreuve des peurs et des risques ( rapport de l'opecst )
4. Le cas du plateau de Saclay

Tout ne va pas pour le mieux pour le plateau de Saclay.

Ce projet devrait à notre sens être la vitrine de l'enseignement supérieur et de la recherche française. Mais l'enchevêtrement de multiples dispositifs (Grand Paris, Plan Campus, Opérations d'intérêt national, Investissements d'avenir), la création de nouvelles structures (Fondation de Coopération scientifique, Etablissement public Paris-Saclay) se superposent à celles déjà existantes (Pôles de compétitivité, PRES). La difficulté de s'accorder sur une gouvernance claire et acceptée par tous les acteurs rend ce projet opaque.

En tant qu'élus, cette question nous intéresse au plus haut point, non seulement parce que nous avons des mandats nationaux, mais aussi parce que nous pensons que la création d'un pôle d'excellence et de prestige au niveau mondial bénéficiera à la France dans son ensemble si ce projet se déroule dans de bonnes conditions.

Les universités et le monde de la recherche, avec les organismes et les établissements publics à caractère scientifique et technologique (EPST), bougent partout. Trois universités ont fusionné à Strasbourg et quatre ont fusionné en Lorraine. Les universités de Marseille ont fusionné et la procédure est en cours à Bordeaux. En Rhône-Alpes, les rapprochements s'accélèrent et la fusion est prévue à moyen terme.

À l'étranger, nous sommes allés voir quels étaient les modèles dans des pays développés, tels le Georgia Institute of Technology (Atlanta), la Duke University (Caroline du Nord), Harvard, le Massachusetts Institute of Technology (MIT), le Karolinska (Suède), l'Université de Heidelberg (Allemagne). Nous avons fait la même démarche en Chine et en Inde.

L'interaction entre les structures, entre les disciplines et les chercheurs, c'est la clé. La mise en réseau, la mise en relation, la mutualisation, le dialogue, l'interdisciplinarité, l'ouverture, voilà quelques pistes qui devraient résonner au sujet de Saclay.

Aux côtés de Paris XI, Polytechnique, le CEA, le CNRS, SupElec, l'INRA, d'autres écoles prestigieuses veulent rejoindre Saclay. C'est pourquoi nous avons fait une audition sur l'avenir du Plateau de Saclay, pour sortir de la situation que certains comparent à un feuilleton « je t'aime moi non plus ».

Même si la situation semble s'être améliorée depuis l'audition du 27 octobre, il faut dynamiser ce formidable potentiel à notre sens sous exploité en associant mieux 

- un projet scientifique articulé autour de thématiques porteuses d'avenir,

- un renforcement de la composante innovation favorisant la création d'entreprises,

- le développement sur l'exemple de l'INRA (ver) d'une filière verte,

- un projet d'urbanisation accueillant étudiants, chercheurs, personnel des organismes de recherche,

- le système de transports,

- dans un modèle de sobriété énergétique et de respect de l'environnement,

- une gouvernance associant l'Etat chargé de la stratégie, les industriels et les collectivités locales concernées.

Le compte rendu intégral de l'audition publique sur ce thème est accessible dans les annexes, tome 2 du rapport, ainsi que les documents écrits que nous avons demandés aux établissements et organismes.

Nous les avons résumés dans le tableau qui suit :

 

Infrastructures

Développement

Autres

AgroParisTech

-1000 personnels

- 500 doctorants

- 1800 étudiants

- 68 000 m²

- Coût : 228 M€

- Urgence et caractère essentiel des transports, caractère ouvert du campus.

- Projets de logement étudiants et du personnel à intensifier et lieux de vie à développer.

· Développement de nouvelles directions de recherche en synergie.

· Plus grande facilité d'identification internationale

- Partenariat étroit avec l'INRA

- La question spécifique du lien aux entreprises est un des sujets à approfondir.

Dans le domaine agro, le caractère essentiel de la démonstration est essentiel pour l'appropriation des résultats de recherche.

Si tous les outils ad hoc ne peuvent être présents sur Saclay (maquettes de produits, de procédés ou démonstration de conditions de cultures innovantes et durables), leur absence pénaliserait toute la cohérence du projet.

Communauté d'agglomération du Plateau de Saclay

- Cloisonnement des établissements

- Transports insuffisants : nécessité d'une intermodalité forte.

- Plateau séparé des villes.

- 10 fois moins de start-up créées que dans les pôles américains équivalents.

- Les investissements d'avenir doivent être en partie utilisés pour l'aménagement urbain.

- Promotion des Instituts Carnot, CIR, JEI si contrôle adéquat.

Gouvernance : mieux associer les élus locaux, notamment pour l'urbanisme et l'aménagement.

Ne pas avoir uniquement recours aux appels à projet, qui privilégient trop la recherche appliquée.

CEA

- Il faut qu'une liaison directe vers Paris et Roissy soit prévue,  et une liaison en bus ou tramway vers l'Ouest de Paris.

- Bonne surface disponible à court et moyen terme, en maintenant des terres agricoles.

- Construction de lieux de vie (commerces, restaurants, hôtels, installations sportives) impérative à l'attractivité.

- Regrouper des équipes de recherche sur une thématique commune au sein de structures en interactions.

- Les difficultés actuelles seront largement compensées par les bénéfices tirés de la dynamique collective qui

s'est mise en place entre les partenaires du Campus.

Toutes les clés sont là, il faut maintenant agir rapidement.

Mise en place d'une structure permettant d'organiser la transversalité : trop peu d'innovations à l'université, grandes écoles pas assez académiques, organismes de recherche sans liens avec les étudiants. Objectif : Université Paris-Saclay à l'horizon 2014.

Le CEA rebaptisera son centre de Saclay : université Paris-Saclay CEA, et affectera 10% de ses recrutements pour la consolidation des projets communs du Campus.

CNRS

94 UMR, UPR, UMI...

3 100 personnes dont 1 441 chercheurs et 1 682 ingénieurs, techniciens

- Il est indispensable que soit réalisée dans les meilleurs délais la ligne de métro automatique desservant trois stations du campus avec une connexion directe avec la ligne 14 permettant au site de se trouver en quelques 40mn au coeur de Paris.

- Université de Paris-Saclay : continuum depuis les sciences fondamentales jusqu'aux sciences appliquées en mettant l'accent sur l'interdisciplinarité et l'ouverture internationale.

- les IRT, les IEED, les SATT permettront de créer la synergie nécessaire rassemblant équipes universitaires et industrielles.

Levier essentiel : la gouvernance. Le CNRS souhaite participer à la gouvernance et au management de l'IDEX et donc être un membre actif du comité exécutif en charge du pilotage opérationnel.

Levier essentiel : la gestion des ressources humaines - politique d'excellence et accueil de chercheurs étrangers.

EPPS

- ligne « verte » du métro solution très satisfaisante (centre de Paris à partir du campus en 30mn).

D'autres infrastructures primaires seront nécessaires pour

réaliser le projet : pour le traitement des eaux, pour la desserte routière, pour les transports en

commun de proximité.

La loi relative au Grand Paris a fixé les limites de la disponibilité du foncier. La compacité est une nécessité positive, car elle permet la mixité,

l'apparition de vrais lieux de vie sur le plateau, l'utilisation optimale des transports en commun,

toutes choses qui favoriseront la mutualisation et la coopération entre les acteurs.

Le Contrat de Développement Territorial, créé par la loi Grand Paris est un outil pertinent pour mettre en oeuvre un projet d'une telle ampleur à la bonne échelle, c'est-à-dire en réfléchissant à la programmation au-delà des limites des communes. Le projet a une ambition mondiale, mais il doit être porté localement. Le rôle des collectivités locales est crucial.

L'EPPS, grâce à sa double vocation d'aménagement et de développement économique, contribue à favoriser la mutualisation maximale des fonctions, en organisant la coopération des acteurs dans un même espace de vie et de travail.

Suite infrastructure :

Il n'est pas imaginable d'accueillir ces programmes nouveaux dans des conditions identiques à celles que connaissent aujourd'hui les établissements et entreprises

présents sur le site.

Il faut les intégrer au contraire dans un ensemble de quartiers mixtes, de haute

qualité architecturale et environnementale, combinant les dimensions enseignement supérieur,

recherche, développement économique et vie urbaine (habitat, services, équipements publics et

privés)

HEC

- Marginalisation fâcheuse d'HEC, car pas de desserte de Jouy-en-Josas.

- Les infrastructures de transport adéquats ne seront pas en place en 2016 quand les établissements ayant le plus de liens avec HEC migreront vers Saclay.

Révision du PLU nécessaire car la CCI-HEC n'aura pas assez de réserves foncières après le développement des actions de l'UPS

- Pour l'instant, le projet vise avant tout à la création d'un pôle universitaire et non d'un pôle d'émergence de start-up innovantes.

- Un dispositif de prospection et d'accueil des investisseurs et des bailleurs de fonds potentiels devra être mis en place.

- Renforcer la culture de l'entrepreneuriat sur le campus.

Gouvernance : associer les entreprises aux orientations stratégiques de l'outil de pédagogie et de recherche, intellectuellement et financièrement.

ENS Cachan

Chacun mesure que la réussite de tous ces projets passe par l'accessibilité de ce

nouveau campus

La qualité de la vie sur le campus, qui sera un facteur déterminant de l'attractivité tant pour les étudiants, pour les enseignants-chercheurs et chercheurs que pour tous les autres personnels, passe par un urbanisme de qualité, par la construction de restaurants à tarifs sociaux, de logements pour toutes les catégories d'usagers du site, et par l'installation de commerces ou d'équipements sportifs et culturels, dont les

bibliothèques.

- un vaste écosystème de formation pour les étudiants, permettant des parcours individualisés au service de leurs projets professionnels ;

- une politique de développement de l'attractivité internationale vers tous les publics : étudiants, chercheurs et acteurs économiques ;

- une accélération de la recherche partenariale et de l'innovation, par la création de liens forts entre les mondes académique et économique, fondés sur des dispositifs suivants : IRT, IEED, Instituts Carnot, SATT, avec l'ambition de créer un écosystème de l'innovation de niveau

mondial ;

· une action au service de la Société, mettant le potentiel de l'Université à l'écoute de ses enjeux

et défis.

On attend aussi de l'Université Paris-Saclay,

la capacité de construire puis d'être responsable de bâtiments communs (hall de technologie, enseignement, laboratoires ou instituts, espaces de documentation, de restauration ou de logement) facilitant les synergies entre établissements. Cet objectif passe par la création et la consolidation de cette université afin qu'elle puisse mener des

opérations de maîtrise d'ouvrage, ce qui devrait raisonnablement être possible à partir

de 2015.

La promotion au niveau mondial d'une marque collective, d'une signature unique, et la création du doctorat de l'Université Paris-Saclay, qui deviendra le diplôme de référence conformément au standard international.

FCS

Campus Paris-Saclay

Les transports sont un élément vital pour la réussite du projet et constituent aujourd'hui l'élément faible du territoire.

Les calendriers annoncés sont en phase avec la montée en puissance du campus, toutefois il y a peu de marge, il est vital pour la réussite du projet que l'ensemble des mesures annoncées soient effectivement implémentées.

Les disponibilités foncières de court et moyen terme ne paraissent pas à ce stade constituer une préoccupation au vu des projets immobiliers annoncés.

Un élément important pour le développement du site est la politique en matière d'habitat : compacts, entre 40 et 100 logements à l'hectare, et mixtes, mêlant activités d'enseignement et de recherche, activités économiques, habitat, services et moyens de transport.

Une telle logique d'aménagement nécessite que les PLU soient revus pour permettre cette évolution.

Structure globale et compréhensible par la communauté internationale, par les entreprises, par les étudiants...et par la communauté académique, impératif pour la lisibilité et l'attractivité de l'ensemble : l'Université Paris-Saclay.

-La mise en place de l'Université Paris-Saclay doit se faire dès janvier 2014, elle permettra une mutualisation de certaines fonctions et elle bénéficiera de l'effet d'entrainement vers l'excellence de l'IDEX

Les investissements d'avenir jouent un rôle central dans la constitution de l'Université Paris-Saclay (aménagement, IDEX, equipex, SATT, ...)

Faire émerger un cluster puissant multithématique prenant appui sur des pôles de compétitivité (Systematic, Movéo, Medicen, etc) sur les grappes d'entreprises (Opticsvalley etc) et sur les CCI, sur de nouveaux réseaux organisés autour des Instituts Carnot (six dans son périmètre) de l'incubateur Incuballiance et autour des nouveaux outils que sont la SATT et les IRT. Une action spécifique est prévue pour attirer les financeurs privés (capital risque business angels) et pour mettre en place un fond d'amorçage

Toutes ces actions seront menées en partenariat étroit avec l'EPPS et les collectivités territoriales Région, CG91 et CG78.

La mutualisation des équipements, le respect de l'environnement et le décloisonnement sont parmi les principes directeurs du projet de campus.

La gouvernance de l'Université Paris-Saclay s'appuiera sur :

-un conseil d'administration où seront représentés les principales parties prenantes et le monde socio-économique ;

-un sénat académique porté par la communauté scientifique et d'innovation ;

-une direction exécutive restreinte et légitime ;

-un comité stratégique composé de personnalités externes de niveau international (universitaires et chefs d'entreprise).

INRA

- L'amélioration de

l'accessibilité et des conditions de déplacement sur le territoire du plateau de Saclay, du Nord au Sud (en passant par Jouy-en-Josas) et d'Est en Ouest sont une condition sine qua non du succès du projet. La réalisation du métro léger, dans le calendrier prévu, est déjà

tardive et ne saurait être différée. Vite !

Logement : coûts correspondants à leurs revenus : étudiants,

jeunes professionnels, sur place ou à proximité accessible.

En association étroite avec AgroParisTech, l'INRA a la volonté de créer, en s'implantant au sein de ce dispositif, un pôle thématique unique en Europe, dédié aux

enjeux de recherche, formation, développement et innovation dans le domaine de

l'Alimentation, de l'Environnement et de l'Agriculture.

Interdisciplinarité : les sciences du climat et de

l'environnement, les sciences de la vie, les sciences économiques et sociales, les

mathématiques, les STIC, les Sciences de l'Ingénieur.

L'AgroParisTech, le CNRS, l'INRA et Paris Sud 11 soulignent le besoin de terrains dédiés à l'expérimentation agricole et environnementale, d'autant plus que les projets immobiliers vont diminuer la superficie

expérimentale aujourd'hui disponible au Moulon.

Gouvernance : Il est souhaitable d'amplifier l'association de l'ensemble des parties concernées : collectivités

territoriales, profession agricole, tissu industriel local, monde associatif, riverains, ....

Polytechnique

Les liaisons Nord-Sud (Versailles, Jouy-en -Josas, Saclay, Palaiseau) ne paraissent pas suffisamment renforcées.

Le calendrier paraît décalé. Une accélération de la mise en place des nouveaux moyens de transport, si elle est possible, serait de nature à favoriser le rythme de développement du

Plateau.

Synergies importantes en termes de formation, de recherche, d'innovation, de vie étudiante et d'organisation du campus. Sans le plan campus, cette nouvelle dynamique ne pourra prendre corps.

Au-delà du levier financier, le développement du campus Paris-Saclay reposera sur le couplage entre

l'enseignement et la recherche.

Un deuxième levier résidera dans la capacité d'ingénierie sur le campus grâce aux moyens additionnés

et combinés des écoles d'ingénieurs. Le campus doit être un grand cluster d'innovation et

d'entrepreneuriat.

Les partenariats avec les entreprises constitueront un autre levier symbolisé par leur présence

renforcée sur le Plateau.

C'est donc un double lien qui est à établir :

- un lien de co-activité lié à l'interdépendance ;

- un lien de solidarité lié à l'unité de destin.

PRES ParisTech

Les écoles de ParisTech ont depuis le début insisté sur l'indispensable amélioration à la fois à très court terme, à moyen et à long terme des transports du plateau, et en particulier du site de Palaiseau.

A très court terme, il y a urgence : la situation est déjà difficile avec un effectif actuel de 7500 personnes, et on en peut prévoir 9500 en 2013 et encore plus dès 2015

7 equipex, 16 projets de labex dont 6 retenus, deux IEED, un IRT, et un engagement dans le projet d'idex de la FCS du plateau de Saclay.

- Renforcement des liens avec nos très grandes entreprises partenaires : plus de 50 chaires d'enseignement et de recherche.

- Favoriser de manière sélective l'installation de centres de R&D de haute technologie à proximité des établissements, et notamment la constitution de laboratoires mixtes.

Entrepreneuriat, formation à l'innovation, développement d'incubateurs, SATT, extension d'incuballiance et de l'hôtel d'entreprises sont autant de clés.

Suite infrastructures :

- des liaisons routières (TCSP) plus nombreuses, en particulier au départ de

la gare de Massy-Palaiseau, et afin de permettre la liaison entre les différents quartiers de Saclay, et en particulier entre les implantations de ses écoles sur Palaiseau et sur Jouy-en-Josas ; le plan d'amélioration prévu pour 2016 doit être impérativement respecté

- assurer une plus grande régularité des liaisons du RER B,

- améliorer la liaison entre la gare RER de Lozère et le site de Palaiseau.

PRES Universud

Si le projet de développement des transports envisagé apparaît raisonnable en termes de besoins, son calendrier de réalisation ne manque pas d'inquiéter et tout retard risquera de porter atteinte à la crédibilité même du projet d'ensemble.

L'intégration au sein d'une seule structure d'établissements de statuts divers, de culture et d'histoires différentes ne peut se réaliser que par étapes successives de structuration et de mutualisation.

Les Investissements d'avenir et le Plan campus semblent pouvoir accélérer le processus.

C'est par les applications de ses résultats et l'utilisation des outils qu'elle développe que la recherche ouvre la voie à l'innovation sociale et économique en fonction des potentialités entrepreneuriales d'un territoire (écosystème d'innovation).

- dégager une vision prospective commune de recherche ;

- synergies sur des projets de recherche partagés ;

- détectant les enjeux de formation en construisant une offre lisible et coordonnée

- adaptant le contenu des formations en y introduisant des modules de connaissance de l'entreprise ou de la société ;

- se donnant la possibilité de répondre à des enjeux industriels et de société par la production de connaissances nouvelles

- les partenariats avec les industriels (contrats de recherche en partenariat, réponses communes aux appels à projet, prestations de service, l'accès partagé à des plates-formes de haute technologie)

- favoriser tout particulièrement les liens entre universités et PME-PMI

Après la création de l'Université Paris-Saclay (envisagée pour 2014), l'objectif stratégique d'UniverSud Paris sera pleinement atteint et à plus grande échelle qu'initialement prévu. L'existence même d'un PRES, structure intermédiaire entre la nouvelle université et ses établissements-composantes, n'aurait alors sans doute plus lieu d'être.

Il convient de passer d'un projet plutôt issu des équipes dirigeantes des établissements

(ce qui fut inévitable compte tenu des délais impartis) à une volonté réellement partagée par les acteurs de terrain de l'enseignement et de la recherche dans les divers établissements engagés dans la démarche de création de l'Université Paris-Saclay. Management bottom-up.

Université

Paris Sud

La question des transports doit être traitée à 3 niveaux :

- au niveau du maillage des transports de proximité : exigence immédiate, nécessaire avant même que de nouveaux établissements s'installent sur le plateau. Les liens entre Vallée-Plateau doivent constituer les axes vertébraux de ces transports de proximité.

- au niveau des liaisons rapides à l'intérieur du territoire : La traversée Est-Ouest du territoire en 2015 est adaptée à l'arrivée de premières installations nouvelles (2016 pour les premières relocalisations de l'université), mais sa capacité comme sa vitesse de croisière est sans doute déjà insuffisante pour répondre à l'arrivée de flux étudiants importants.

- au niveau des connexions du territoire avec le dispositif francilien.

Le succès de la Silicon Valley tient beaucoup à l'engagement des capitaux risqueurs spécialisés dans le financement des entreprises émergentes de hautes technologies. Il faut associer de telles structures directement au développement du cluster.

Le succès durable de la Silicon Valley a été dans sa capacité à évoluer et diversifier ses orientations technologiques.

Il faut se doter d'outils de prospection technologiques et économiques, pour diversifier les pôles

d'activité en nouvelles technologies, notamment pour développer les secteurs des

biotechnologies et celui des technologies pour les énergies renouvelables.

Le conseil d'administration de l'EPPS, dont la majorité est constituée d'élus des collectivités, ne comprend aucun représentant des établissements d'ESR, et seulement deux scientifiques à titre individuel. Il est donc nécessaire de mettre en place une structure de concertation et de pilotage - associant l'EPPS, les élus, et les établissements scientifiques- pour identifier/accompagner les entreprises susceptibles de venir s'installer dans le cluster.

Ce projet va au-delà du seul projet scientifique. Bien sûr, l'Etat doit définir les grandes priorités, les collectivités locales doivent être parties prenantes, mais elles ne doivent pas rester seules. Il faut donc établir un véritable partenariat sur des bases équitables, pour que chacun sache quel est son rôle, ce qui va advenir de lui, et ce qu'il peut en attendre. Si l'on veut que les choses avancent, chacun doit y trouver un minimum d'intérêt.

Il ne semble pas que dans un premier temps il y ait eu une cohérence d'ensemble du Plateau. Non pas qu'il faille créer une superstructure, mais il faut peut-être au moins un bureau de liaison, afin que certains documents ne restent pas à la merci d'un pointillisme qui serait malvenu.

On ne peut pas implanter une université nouvelle s'il n'y a pas au moins une interaction avec les gens qui vont vivre, avec ceux qui sont élus et qui essaient de partager ce qui va se faire. Ce projet n'est pas un château fort. L'envie de connaître l'ouverture, n'est-ce pas l'identité même de l'université ?

Une université n'est pas quelque chose de recroquevillée sur elle-même. Le rapprochement est indispensable entre grandes écoles et universités. Il ne doit pas se traduire par la main mise des parties sur un nouvel ensemble, mais par la mise en commun intelligente des richesses de chacun. Elle doit être ouverte à tous les courants, à la discussion. Avec non seulement des disciplines, mais aussi des institutions, sa pluridisciplinarité sera originale.