Allez au contenu, Allez à la navigation



L'innovation à l'épreuve des peurs et des risques

24 janvier 2012 : L'innovation à l'épreuve des peurs et des risques ( rapport de l'opecst )
c. Des équipes supports au montage et à la gestion des projets

Le basculement d'une partie des financements de la recherche d'un mode récurrent vers un mode sur projet a abouti à un renouvellement des fonctions des chercheurs. Les chercheurs statutaires bénéficiant d'un poste permanent ont vu la part de leur temps de travail consacrée à la recherche de financement et de gestion de projet nettement croitre. Or les chercheurs ne sont pas forcément bien formés à ces différentes tâches qui, pour certaines d'entre elles, sont bien éloignées de leur mission première.

Les pratiques universitaires dans des pays tels que le Royaume Uni ou les Etats-Unis, où l'histoire des financements sur projet est plus ancienne, peuvent sans doute nous inspirer. Le cas britannique est d'autant plus intéressant pour nous que son taux de réussite aux appels d'offre européens est presque deux fois plus élevé que le nôtre ; pour ne pas noircir le tableau, il faut porter au crédit de la recherche française sa très bonne place dans les financements européens (généralement dans les trois premières nations en terme de chiffres globaux).

La première explication de ce meilleur taux de réussite Outre-Manche tient essentiellement à la professionnalisation croissante de la fonction de recherche de financements. Dans la plupart des grandes universités d'autres pays, comme par exemple à Louvain-la-Neuve et à Leuwen, des équipes supports à la candidature et à la gestion de projets permettent de dégager les chercheurs d'une bonne part du travail administratif lié à ces nouvelles activités.

L'encouragement au développement ou à la création de tels services lorsqu'ils n'existent pas encore apparaît comme une nécessité. Cet encouragement devra permettre, par la professionnalisation des équipes, d'aboutir à une meilleure gestion de l'argent public et, à terme, d'améliorer le taux de réussite des chercheurs français aux appels d'offres européens.

d. Un transfert des connaissances plus efficace vers le monde économique

Le transfert des connaissances vers le monde économique, première étape indispensable à leur valorisation, apparaît comme relativement faible dans notre pays comparé à des pays comme les Etats-Unis ou l'Allemagne. Dans le cas des Etats-Unis notamment, les universités américaines sont plus impliquées dans le développement économique local, et ce, depuis plus longtemps.

En France, la dichotomie universités/grandes écoles a abouti au fait que les universités ne s'intéressaient que peu au monde économique alors que les grandes écoles elles, plus proches des entreprises, ne menaient quasiment pas d'activités de recherche. Le transfert des connaissances vers le monde économique s'en trouvait, et s'en trouve encore, forcément fragilisé.

Les deux mots « recherche » et « innovation » sont souvent associés comme s'il suffisait d'avoir une recherche publique et privée de qualité pour que l'innovation suive. Le très bon niveau de notre recherche ne trouve qu'un écho limité dans la création de produits, de services, de méthodes, de procédés. Aider l'innovation c'est améliorer la qualité de la recherche, c'est mieux former les chercheurs et les professionnels, c'est enseigner les règles du jeu de l'innovation et de la diffusion, c'est apprendre au chercheur comment créer son entreprise à partir de son invention, c'est l'associer à un manager, c'est l'accompagner efficacement.

La loi de 1983 sur le CIR, modifiée plusieurs fois notamment à partir de 2004, la loi Allègre de 1999 sur l'innovation et la recherche, la possibilité donnée aux chercheurs de déposer des brevets, l'implication croissante d'OSEO et de la CDC dans la financements, le rôle accru des régions, constituent des avancées mais il reste encore beaucoup de freins à lever.

Le développement de ces transferts ne pourra se faire que par différents vecteurs et non par le biais d'une solution unique. Le double mouvement des universités vers le monde économique et des grandes écoles vers la recherche a certes nettement amélioré la situation. Mais la valorisation économique par le biais de la prise de propriété intellectuelle sur les résultats de la recherche ne saurait être l'alpha et l'oméga d'une politique de transfert des connaissances vers le monde économique.

En effet, la valorisation économique par les universités et les organismes de recherche, même si elle est importante, n'est pas l'unique moyen de valoriser les résultats de leur recherche, et ce, d'autant plus que celle-ci n'a pas forcément un impact sur leur environnement dans le cas ou les brevets et licences sont exploités par des entreprises n'opérant pas sur leur territoire.

Afin d'attirer les meilleurs étudiants, les universités ont un intérêt certain à ce que le tissu économique qui les entoure soit actif et en capacité d'employer les nouveaux diplômés. Les organismes de recherche quant à eux trouvent souvent dans les entreprises locales de formidables partenaires de recherche tant technologique que sociologique et tant fondamentale qu'appliquée. La recherche fondamentale qui a besoin d'équipements matériels importants a besoin d'avoir des partenaires locaux pour lui fournir des équipements qui ne sont pas toujours produits de façon industrielle.

Le transfert des connaissances par le biais d'un lien continu et proche entre recherche et formation tout au long des études supérieures apparaît comme un double avantage. Ce lien garantit que les nouveaux diplômés emporteront avec eux dans leurs entreprises les dernières connaissances. Il garantit aussi que ces nouveaux diplômés seront en capacité d'importer de nouvelles connaissances dans leur entreprise pour garantir leur compétitivité. En outre, avoir travaillé dans des laboratoires (notamment durant un stage ou une thèse) permet aux nouveaux diplômés de connaître un minimum la recherche académique, ce qui est sans doute le moyen le plus sûr de faire tomber les préjugés tenaces dont elle souffre dans le monde de l'entreprise.

Le développement des formations en alternance ou par apprentissage dans le supérieur, qui sont à cet égard sans doute les plus à même de renforcer ce lien, devrait être une priorité de notre pays. D'autant plus que ce type de formations présente l'avantage de renforcer l'égalité des chances car les alternants et apprentis perçoivent une rémunération leur permettant de poursuivre des études longues.

Enfin, les questions d'attribution de la propriété intellectuelle restent trop souvent une pomme de discorde entre universités, organismes de recherche et entreprises partenaires. La réglementation doit absolument être simplifiée afin de faciliter les procédures et mettre un terme aux effets dévastateurs sur la dynamique de recherche que peuvent avoir ces questions.

Afin d'accélérer et de professionnaliser ce transfert de connaissance, il est prévu de mettre en place des Sociétés d'accélération du Transfert de Technologies, ou SATT. Toutefois, nous aimerions souligner qu'un des risques de ces SATT ad hoc est une forme de déconnexion et de découplage avec les équipes de recherche.
Nous insistons sur l'indispensable proximité entre les personnels des cellules de valorisation et les chercheurs. Créer une personne morale supplémentaire présente un certain nombre d'avantages, mais présente également des difficultés, notamment pour les chercheurs voyant toujours d'un drôle d'oeil une personne d'un organisme apparemment externe à l'université venir dans leur laboratoire.

Si les projets de SATT sont maintenus, il faut impérativement trouver des solutions qui permettront au chercheur d'être convaincu que cette personne n'est pas déconnectée de l'établissement, n'est pas une personne qui n'a à l'esprit que les questions économiques ; elle doit être ressentie comme membre à part entière de l'université, en charge du service à la société et de la diffusion et de la valorisation des connaissances et de leurs applications.

L'accompagnement du transfert de technologie est devenu de plus en plus complexe. Aux incubateurs se sont ajoutés des clusters, des pôles de compétitivité, des réseaux thématiques de recherche avancée, des instituts Carnot, des instituts de recherche technologique, des sociétés d'accélération du transfert de technologie, des instituts d'excellence pour les énergies décarbonnées...

L'Etat a souhaité que tous ces outils soient dotés de structures juridiques indépendantes alors que dans le même temps il prône l'autonomie des universités, ce qui se révèle être un choix incohérent comme par exemple dans le cas des IRT. Il est également paradoxal de demander à des SATT d'atteindre l'équilibre financier alors que les règles françaises interdisent à ces structures de prendre des participations dans la création de start-up ou de spin-off. Dans ces conditions très contraintes, ces structures n'atteindront jamais, à notre sens, leur autonomie financière.