Allez au contenu, Allez à la navigation



L'innovation à l'épreuve des peurs et des risques

24 janvier 2012 : L'innovation à l'épreuve des peurs et des risques ( rapport de l'opecst )
b. L'exemple de la Belgique et des Pays Bas pourrait être suivi pour mieux valoriser la recherche

(i) A l'Université de Leuven

La KU Leuven est spécialisée en sciences, en ingénierie, en technologie, en humanités et sciences sociales, et en sciences biomédicales. Forte de ses 7000 chercheurs, 1500 professeurs, 4400 doctorants, 1100 post-docs, elle poursuit deux objectifs : contribuer à un niveau élevé d'éducation ; être l'un des leaders dans le domaine de la recherche en Europe, où elle occupe la 6ème place dans les universités européennes en matière de recherche.

Cette université fait un effort particulier de valorisation du potentiel économique de la recherche en remplissant plusieurs tâches : rédaction des contrats de recherche, gestion des droits de propriété intellectuelle, création d'entreprises (spin-off), promotion de l'esprit d'entreprise et de l'innovation, contribution au développement régional. Elle a reçu le prix IPTEC qui récompense l'excellence en matière de transfert technologique et de diffusion des connaissances, en battant le MIT.

Ses dépenses pour la recherche sont de 350 millions par an. 25 % viennent de l'Université, 75 % de l'extérieur. Les fonds de l'Université font levier pour ces fonds extérieurs : pour un euro de l'université, les chercheurs collectent 3 euros à l'extérieur au titre du transfert de technologie.

30 % des efforts de recherche de financements sont dirigés vers l'Europe. Les financements européens représentent 7 % des sommes disponibles pour la recherche.

Un bureau de 28 personnes (23 équivalents temps plein) informe les chercheurs des possibilités de financement, et apporte une aide pour monter les projets européens (une part des budgets européens peut être affectée à ce type de services). Il informe les chercheurs des possibilités de financement extérieurs, et communique à l'extérieur sur ses équipes de recherche. 5 personnes travaillent à temps plein pour l'audit et le contrôle européen.

L'Université de Leuven dépense 15 % de son budget dans des coopérations avec l'industrie, ce qui la met à la première place en Europe. Chaque année, elle signe plus d'un millier de contrats de coopération avec l'industrie dans le domaine de la recherche. En 2010, 1384 nouveaux accords ont été conclus, tandis que les revenus liés à la propriété intellectuelle ont atteint 51 millions d'euros.

Entre 2005 et 2010, l'Université a investi 4,7 millions dans des spin-off, ce qui a incité des tiers à y investir 476 millions d'euros. 82 spin-off sur les 92 ainsi créées sont encore actives, et emploient 3000 salariés. L'Université a généralement 10 % du capital de ces entreprises.

Le rapport entre investissement propre et investissements extérieurs est de 1 à 100, ce qui montre combien l'Université est intégrée dans sa région dans un environnement de technologie de pointe.

Cette démarche découle du cadre juridique instauré par les pouvoirs publics en Flandre : l'Université est autonome et très libre. Selon la loi, les revenus qu'elle touche sont répartis pour un tiers au chercheur (ce qui permet souvent un double salaire), un tiers au département, (somme qui peut être réinvestie dans la recherche), un tiers à l'Université. Les impôts sur ces suppléments de revenus pour les chercheurs sont de l'ordre de 15 %.

De même, en Flandres, toute Université doit avoir un bureau de transfert de technologie, ce qui permet d'éviter des abus liés aux sociétés de consultants autrefois créées par des professeurs. Les domaines les plus concernés sont les sciences dites « dures » et la médecine. Mais on trouve aussi une entreprise créée par des psychologues dans le domaine musical.

Le transfert de technologie rentre dans le cadre des services à la société, troisième tâche des universités, après l'éducation et la recherche.

Le transfert de technologie résulte de la combinaison d'outils centralisés et décentralisés.

65 personnes font partie d'une équipe centralisée qui ont pour tâche de faciliter le transfert de technologie des professeurs en recherchant des partenaires potentiels, en protégeant la propriété intellectuelle, en aidant à la création de sociétés. Bien connaître la propriété intellectuelle est essentiel pour créer une spin-off, et cette activité doit être centralisée alors qu'elle est trop souvent dispersée dans la plupart des universités.

Ses employés du service transfert de technologie doivent être de bons professionnels et non des personnes mises sur le côté, comme dans beaucoup d'universités.

Mais l'Université utilise aussi des outils qu'elle appelle décentralisés : elle crée pour un chercheur qui veut avoir des relations avec l'industrie, une petite PME, un espace budgétaire indépendant dont il est responsable. Le chercheur possède un compte bancaire virtuel (car l'argent est propriété de l'université). Il a ainsi une vision de son activité, qu'il s'agisse du nombre de personnes qu'il emploie, du nombre de contrats qu'il a obtenus et des revenus générés.

Le professeur ne peut pas employer ces revenus pour des buts privés, mais il peut embaucher, investir. Il y a une identification forte entre l'activité et les résultats.

Ces revenus reviennent au compte bancaire virtuel du chercheur. 17 % sont prélevés pour les frais généraux et les frais de recherche de l'université. 50 % des bénéfices nets peuvent servir à augmenter la rémunération du chercheur, sans dépasser toutefois deux fois son salaire académique. Mais ce système est peu utilisé. Les professeurs préfèrent investir ce bénéfice, pour des raisons fiscales. 55 personnes ont utilisé ce droit à prime, sur 800 projets différents.

Une cellule de 8 personnes rémunérées par le compte virtuel du professeur et non par l'Université, est chargée de la propriété intellectuelle. Ce système permet de rationaliser le brevetage en filtrant les projets. Toutes les découvertes, toutes les inventions sont la propriété de l'Université. Un tel système a permis de passer de 20 demandes de brevets en 1999 à 146 en 2010.

Les critères de succès de l'ensemble de ces activités ont été clairement identifiés : une recherche de haute qualité, menée par des équipes multidisciplinaires ; une structure incitative claire pour les chercheurs ; un environnement d'affaires favorable au sein de l'université ; un cadre juridique favorable ; des outils et des réseaux de soutien.

(ii) A l'Université de Louvain-la-Neuve

A Louvain-la-Neuve, des solutions proches ont été trouvées. Comme à Leuven, l'université a une nouvelle tâche à remplir : celle de service à la société, mais cet objectif semble davantage proclamé.

Forte de 26 000 étudiants, de plus de 5 000 enseignants chercheurs et de 140 000 anciens étudiants dans le monde, l'Université de Louvain participe à 6 programmes Erasmus Mundus, à 500 conventions bilatérales Erasmus et à 120 conventions bilatérales hors de l'Union européenne.

Elle regroupe 4 000 personnes actives dans la recherche, 600 chercheurs étrangers, 200 laboratoires, 20 écoles doctorales qui forment 220 docteurs par an. Elle signe plus de 1 000 contrats de recherche par an. Elle a créé plus de 50 spin-off.

Son intérêt est marqué pour l'innovation sociétale, le développement durable et la valorisation de la recherche Son budget de la recherche atteint 340 millions d'euros. Un tiers de cette somme provient de crédits de recherche extérieurs.

Dès le moment où elle a démarré ses activités à Louvain la Neuve, à la suite de ses démêlés politiques avec l'Université de Leuven, elle a créé un parc scientifique avec des spin-off et des centres de recherche développement des entreprises. Ouvert à la technologie, à la santé, mais aussi aux sciences humaines, son parc scientifique regroupe 140 sociétés et a permis de créer 5000 emplois très qualifiés.

A cette fin, l'université encourage ses professeurs à s'impliquer davantage dans l'offre d'avis d'experts, dans la participation au transfert de technologie, dans la prise de brevets et dans la création de spin-off. Les professeurs savent qu'ils seront évalués sur trois critères : l'enseignement, la recherche et le service à la société.

Il en résulte une motivation très différente du personnel de l'université, qui s'intéresse davantage aux brevets et à l'entreprise.

Elle a élaboré une Charte du service à la société, de même qu'une Charte de Préincubation et de Maturation qui indique aux chercheurs leurs droits et devoirs. C'est un outil utile pour éviter le départ des chercheurs. La définition des règles du jeu permet de préciser les tâches de chacun : le chercheur a vocation à rester dans son laboratoire, l'université n'a pas pour but de le transformer en homme d'affaires ; il va par contre être associé avec des hommes d'affaires afin de créer une spin-off.

L'université a créé une société anonyme, la Sopartec, qu'elle contrôle à 100 %. Il s'agit d'une société de participations technologiques, qui permet de les gérer. L'Université reste propriétaire de tous les résultats de la recherche menée en son sein.

L'université a également créé un bureau de transfert de technologie de Louvain - le LTTO -, à partir de l'ADRE, (l'Administration de la Recherche de l'Université) qui existe depuis 1979 et de la Sopartec (créée à la fin des années 90), après un audit de 15 mois réalisé par Mc Kinsey, à la suite de divergences.

Ce bureau dépend de 2 conseils d'administration : celui de l'Université ; celui de la Sopartec.

Le LTTO est articulé avec des incubateurs. On parlerait en France de pépinière d'entreprises. L'Université possède à 50 % sa pépinière d'entreprises, la région wallonne les 50 % restants.

L'Université a ainsi un groupe de détecteurs de résultats de recherche valorisable, qui font le tour des laboratoires. Financé par la région, ce groupe est composé de docteurs ayant souvent une expérience industrielle, qui proviennent de plusieurs disciplines (scientifiques durs, ingénieurs, juristes et économistes). Ce sont des contractuels de l'université, financés en partie par des fonds FEDER, employés à plein temps.

Cette équipe comprend une quarantaine de personnes, dont un tiers sur des contrats extérieurs publics de recherche. Le LRD à Leuven a à peu près la même taille. L'Imperial College aussi. Leur objectif est de faciliter l'incubation et la valorisation à l'intérieur de l'université. Cette équipe est aidée par une équipe de la Sopartec qui est plus orientée vers les affaires. La combinaison de ces deux équipes est facteur d'efficacité.

L'objectif poursuivi est clair : faire reconnaître le métier de valorisateur de la recherche au sein de l'Université. C'est un métier spécifique, qui exige une grande stabilité, et  qui tend à la recherche de contrats européens et à la création de spin-off.

C'est une structure qui vise à renforcer les synergies et les complémentarités, et qui travaille avec les pôles de compétitivité et les administrations de la région wallonne.

Ce travail est basé sur une approche très volontariste. L'Université a la triple volonté d'inculquer l'esprit de création d'entreprise chez les étudiants en faisant travailler ensemble étudiants ingénieurs et étudiants d'écoles de commerce ; de créer un continuum entre la transmission de valeurs aux étudiants et la recherche dans les laboratoires ; d'établir un autre continuum entre le financement de la recherche en amont du transfert de technologie et l'accord de licence ou la création de spin-off (transfert effectif). Ce processus est géré par des équipes pluridisciplinaires afin d'éviter les ruptures.

La conviction de l'université est que le transfert de technologie doit être en son sein. Elle mobilise à cette fin des moyens financiers permettant de financer les brevets et d'assurer la preuve de principe.

Il en résulte un retour de la valorisation sur l'enseignement et la recherche, dans le cadre d'un cercle vertueux. Le message adressé aux professeurs et aux doctorants est clair : « Publiez, mais rencontrez nos détecteurs. Votre brevet peut être déposé en urgence en deux semaines. »

On note une corrélation positive entre la politique de publications et la politique de valorisation. Les projets qui aboutissent ont souvent mûri en laboratoire pendant 20 ans. Le transfert de technologie dure quant à lui de 2 à 3 ans.

Cette action cohérente s'appuie sur deux fonds d'investissement, gérés par la Sopartec. Le premier, Vives 1, a permis de collecter 15 millions d'euros. Des banques en sont notamment actionnaires. Le second, Vives 2, est plus important (Ses possibilités d'intervention globales atteignent 45 millions d'euros. Ses lignes d'investissement peuvent atteindre 4 millions d'euros). Ouvert à l'international, il intègre la Caisse des Dépôts et Consignations.

Le résultat de ce processus est important : 3000 emplois ont été ainsi créés. Il faut néanmoins constater qu'il est encore difficile de trouver des moyens financiers lorsque l'idée n'est pas encore sortie du laboratoire ou lorsque la société a finalisé son produit et cherche à le commercialiser.

(iii) A l'Université de Twente

La manière dont l'Université de Twente met ses talents au service de la vitalité économique régionale ont été présentés lors de l'audition publique du 24 novembre 2011 par M. Wilbert Pontenagel.

« Deux mots sur Twente. Souvent, les gens pensent à « twenty » comme « twenty talents », mais ils pourraient être beaucoup plus. D'abord la région. Enschede est situé à l'est des Pays-Bas, c'est une commune qui comprend 14 municipalités et quelque 2 600 PME. Le marché est assez fragmenté, il n'y a pas de secteur d'activité dominant. Il y a quelque 300 000 emplois dans la région.

Le campus de l'Université de Twente est un espace vert où l'on peut faire de la randonnée et de l'aviron. C'est assez sympathique. Nous avons été créés en 1971 et nous allons fêter notre quarantième anniversaire la semaine prochaine. Avec 9 000 étudiants, notre identité se fonde plus sur la recherche que sur l'éducation. Notre université est reconnue pour son travail de recherche, notamment sur les nanotechnologies et les technologies de la communication et de l'information.

Aux Pays-Bas, chaque département a son slogan pour se présenter au reste du monde. Il faut être ni trop spécifique, ni trop long. Le nôtre, c'est : « High Tech and Human Touch », que l'on pourrait traduire par « Technique de pointe et Dimension humaine ». Nous nous intéressons aux applications des nouvelles découvertes technologiques que sont les applications de la recherche fondamentale.

Au cours des années 80, on était défini comme une université entrepreneuriale. A l'époque, ce n'était même pas acceptable d'être à la fois dans le monde de l'entreprise et dans le monde de l'université. Nous étions vraiment des francs-tireurs. Depuis, quelque 750 sociétés sont nées du travail de recherche dans notre université.

C'était une région où il y avait beaucoup d'emplois autour du textile. Ce n'était peut-être pas très attrayant, mais la population en était très fière. Cette tradition a commencé à décliner dans les années 50 et 60. C'est à ce moment-là que l'Université de Twente a été fondée. On aurait pu penser que c'était l'ouverture d'une nouvelle ère, mais les capitaines d'industrie de ce secteur n'étaient pas contents du tout. Ils ne voulaient pas d'enseignement supérieur. La compétition étant farouche, ils voulaient de la main-d'oeuvre bon marché pour survivre. Notre gouvernement a insisté en disant : « c'est ce qu'il faut : un établissement d'enseignement supérieur et de recherche ».

Notre université s'est développée au fil des ans, jusqu'aux années 90, où elle a fini par prospérer. Cela a abouti à la création de Kennispark, le parc de la connaissance. En néerlandais, « Kennis » a un double sens : la notion de savoir-faire, les connaissances scientifiques, et comme en français, les personnes que l'on rencontre et qui deviennent des « connaissances ». Avec Kennispark, nous avons créé un campus de l'innovation qui a été générateur de nouvelles connaissances qui se sont développées.

Autre point important, la triple hélice. On dit qu'il n'y a pas de survie sans idées innovantes, mais il n'y a pas d'idées innovantes si elles ne sont pas liées aux centres de décision, c'est-à-dire la classe politique, la classe universitaire et les milieux d'affaires. Le monde économique, l'Etat et le monde universitaire doivent travailler de manière triangulaire comme une triple hélice.

Il faut ensuite que les gens puissent tenir la tête haute, être fiers de ce qu'ils font. Notre rôle est de permettre aux gens de tenter le risque, quitte à essuyer quelquefois des échecs. Cette attitude a porté ses fruits. Notre objectif est de créer 10 000 emplois à Twente en 2020, « Twente twenty-twenty ».

D'autres universités sont jumelées à la nôtre. Sur le campus, il y a l'un des premiers incubateurs « Business & Science », pépinière de la science et du commerce. Il ne regroupe pas seulement des consultants ou des juristes qui sont concernés par le développement intellectuel. Il rassemble aussi des sociétés high tech. Le cycle de la connaissance jaillit de l'université pour se répandre dans l'environnement et créer de nouveaux emplois et de nouvelles activités économiques.

En même temps, nous veillons à ce que l'université soit suffisamment ouverte pour accepter les idées venant de l'extérieur. Ça se passe dans les deux sens. Il ne suffit pas de transmettre, de diffuser notre savoir, pour permettre au secteur économique de se développer. Inversement, les nouvelles idées doivent venir de ce nouvel environnement. C'est un cycle. Souvent, ces nouvelles idées font intervenir de nouvelles approches qui n'étaient pas dans le quotidien de l'université. Là, nous profitons de la diversité culturelle européenne, des idées, des contextes différents. Parmi les têtes pensantes, il y a énormément d'idées nouvelles qui viennent alimenter notre réflexion.

Nous avons des installations communes Open Innovation qui sont partagées entre le secteur économique et l'université. Les gens de l'extérieur que nous accueillons pour qu'ils nous apportent leur concours peuvent aussi utiliser nos installations. Cela suppose des investissements importants. Dans le domaine des nanotechnologies, il a fallu construire des cellules blanches dans les locaux de l'université. Les spin-off, les petites entreprises peuvent se servir de ces installations pour commencer la production d'objets qu'ils auront imaginés, créés, grâce au savoir qui vient de l'université. La boucle est ainsi bouclée.

Les idées émergentes qui viennent de l'Université nécessitent une protection de la propriété intellectuelle et un réseau de financement. Des portails de coopération offrent un accès aux PME qui souhaitent former des entreprises communes, des joint-ventures, avoir accès à la connaissance, et participer à des projets de R&D. Des infrastructures hôtelières et routières contribuent à le permettre. Kennispark mettra le lubrifiant pour que tout fonctionne.

Quand on veut un esprit d'entreprise dans une université, il faut laisser une place à la perception extérieure, sur une période de plusieurs années. Quelque 6 500 emplois ont été créés. Tous ne sont pas liés à notre écosystème. Il y a l'héritage du passé, qui est indépendant de l'université. Mais comme je l'ai dit, les nouvelles connaissances que nous créons aboutissent à de nouveaux emplois.

650 spin-off ont essaimé des premières entreprises créées, même si ces entreprises restent toujours petites. Nos PME ont un maximum de 15 salariés. Pour nous, ce qui est important, c'est d'avoir un écosystème qui donne beaucoup de fleurs, beaucoup de plantes qui puissent s'épanouir, mais pas d'arbres qui prendraient toute la place.

On compte une vingtaine d'entreprises dans le secteur biomédical qui existent depuis une vingtaine d'années mais qui restent toutes petites avec un maximum de 40 à 60 personnes. Pourtant, le biomédical, c'est l'exemple type de la croissance et de l'ouverture sur le reste du monde. Je suis allé demander aux PDG de ces entreprises pourquoi ils étaient si petits. Voici leurs réponses : ce sont des gens originaires de la région. Ils y sont nés et ils y ont grandi. Ils sont allés à Twente et ils ont créé leur entreprise. Ils ont fait le choix de rester à cette petite taille. Ils n'ont pas besoin de devenir une méga-entreprise. On voit que cet écosystème s'auto-entretient, il trouve en quelque sorte ses ressources sur place.

C'est donc très bien si l'on veut créer des PME. Ce n`est pas propice à la création de grosses entreprises. L'an dernier, quelque 50 millions d'euros ont été investis dans la création de nouvelles installations, avec un financement à peu près à parts égales entre le privé et l'Etat.

Pour conclure, je dirais que notre écosystème n'a pas de figure dominante. C'est probablement ce qui est le plus important dans l'expérience de Twente. L'esprit d'entreprise caractérise cette université, les gens ayant le sentiment, à juste titre, qu'ils peuvent s'appuyer sur l'université pour ensuite voler de leurs propres ailes.

Il s'agit de construire cela dans l'excellence. Un écosystème ne peut pas survivre s'il n'est pas fondé sur l'excellence. Il faut mettre l'accent sur l'excellence dans l'éducation. C'est le point de départ, sans quoi, ça ne survivra pas.

La triple hélice, c'est très important dans notre dispositif. Les initiatives public-privé peuvent être extrêmement cohérentes Je n'ai pas fait référence aux projets d'affaires ou aux cas d'affaires que nous avons suscités, mais soyez assurés que tous ceux sur lesquels nous nous penchons à Kennispark sont ceux qui peuvent résister à de fortes mesures. Seuls sont retenus les projets qui ont des critères draconiens et dont on peut être fiers.

Enfin, Kennispark, grâce à l'écosystème, c'est une toute petite structure de 15 personnes à temps partiel, comme le mien. »