Allez au contenu, Allez à la navigation



L'innovation à l'épreuve des peurs et des risques

24 janvier 2012 : L'innovation à l'épreuve des peurs et des risques ( rapport de l'opecst )
b. L'hébergement des créateurs d'entreprises afin d'accélérer l'innovation : l'exemple du Cambridge Innovation Center 

Cette structure, créée il y a douze ans, héberge 400 entreprises qui y restent généralement deux ans. Elle leur propose pour un loyer mensuel un petit local de 3 m2 pour 900 dollars, ou un siège dans une grande salle pour 250 dollars.

Le centre, qui ne reçoit aucun soutien public, permet ainsi la création de réseaux, en proposant d'une part des services de base (salles de réunion, bureau, téléphone, photocopieuse, cafeteria, réceptionniste), d'autre part la possibilité de rencontrer d'autres entrepreneurs ou des spécialistes du venture capital.

Une cinquantaine de personnes y travaillent afin d'offrir ces services à 400 entrepreneurs dont la majorité vient de pays étrangers, ce qui est également le cas dans la Silicon Valley.

C'est en fait un micro-cluster qui permet une aide mutuelle et la création de liens avec des investisseurs ou des consommateurs. Ses tâches sont certes limitées : le CIC ne forme pas les entrepreneurs qui y sont hébergés. Mais son utilité est certaine. C'est un écosystème, permettant des contacts non seulement avec les universités voisines de Cambridge et de la région de Boston, mais aussi avec des business angels, des juristes et des experts comptables spécialisés en start-up.

Le Cambridge Innovation Center travaille surtout avec le MIT, beaucoup moins avec Harvard, essentiellement pour des raisons culturelles : le MIT a une culture d'entreprenariat, ce qui n'est pas le cas d'Harvard qui s'intéresse plus aux idées qu'au commerce. En outre, c'est le MIT qui possède le bâtiment loué par le CIC.