Allez au contenu, Allez à la navigation



L'innovation à l'épreuve des peurs et des risques

24 janvier 2012 : L'innovation à l'épreuve des peurs et des risques ( rapport de l'opecst )
3. La place des grands groupes

En France, les grands groupes nationaux ne jouent pas suffisamment le rôle clé qu'ils devraient jouer, et qu'ils jouent dans d'autres pays.

Si les grands groupes ne sont pas naturellement des moteurs de l'innovation par leur taille et leurs rigidités internes, ils ont par contre un rôle important à jouer dans son financement.

En effet, comme nous le verrons dans le chapitre suivant, l'un des problèmes français n'est pas tant l'amorçage, où le secteur public joue son rôle, mais dans le passage à l'échelle industrielle, et l'absence notable de financements en quantité suffisante.

C'est dans ce secteur que les grands groupes nationaux doivent impérativement redoubler d'efforts, par la montée au capital, le rachat, ou toute autre activité permettant d'apporter financement, liquidités et compétences, à des start-up dynamiques en développement rapide.

C'est par cette participation active au développement de jeunes entreprises innovantes que les grands groupes peuvent éviter « l'aveuglement du leader » et rester à la pointe de la technologie en réorientant, au fur et à mesure, leurs compétences sur les secteurs et dans les domaines des start-up dont ils ont facilité le développement et dont ils peuvent détenir une part du capital.

C'est cela, le développement d'un écosystème dynamique.