Allez au contenu, Allez à la navigation



L'innovation à l'épreuve des peurs et des risques

24 janvier 2012 : L'innovation à l'épreuve des peurs et des risques ( rapport de l'opecst )
4. Les multiples formes de l'innovation

Au cours de nos auditions, nous avons pu rencontrer de très nombreuses formes d'innovation : l'innovation technologique (de produit, de procédé ou de service), l'innovation organisationnelle, mais également, l'innovation financière, l'innovation pédagogique, l'innovation sociale, l'innovation marketing...

Nous nous concentrerons prioritairement sur les deux premières formes d'innovation, qui sont les plus structurantes. Toutefois, pour dépasser les goulets d'étranglement qui constituent les blocages, il faut parvenir à ce que ces innovations soient des innovations de rupture.

Il convient ainsi de différencier dans notre approche l'innovation incrémentale, qui se fait étape par étape, de l'innovation de rupture, qui induit ou est induite par un changement radical de paradigme.

a. L'innovation de produit et l'innovation de procédé

L'innovation de produit correspond à l'apparition d'un produit nouveau ou encore à un produit déjà existant mais incorporant une nouveauté. C'est l'innovation qui touche le grand public le plus directement, et à laquelle correspond la définition courante de l'innovation, généralement assimilée à l'invention.

L'innovation de produit est source de profits car l'entreprise innovante est la seule à fournir le produit et peut donc, tant qu'elle est la seule, en fixer le prix à un niveau plus élevé que son coût marginal, le différentiel étant la plus value de l'innovation.

L'innovation de procédé correspond à la mise au point ou à l'adoption de méthodes de production ou de distribution nouvelles. Par exemple, une optimisation de la chaîne de montage, comme nous l'avons vu sur le pôle de décolletage de Haute-Savoie (démarche lean). La production assistée par ordinateur (P.A.O.) et la vente sur internet sont ou ont été des innovations de procédé.

Elles permettent une amélioration de la productivité et des coûts de production inférieurs afin de gagner des parts de marché.

b. L'innovation organisationnelle

L'innovation peut être aussi organisationnelle. C'est cette innovation qui permet l'architecture de l'écosystème d'innovation, notamment dans sa mise en place actuelle par les pôles de compétitivité et les alliances de recherche.

Ces innovations organisationnelles permettent de mutualiser les compétences et de répandre les bonnes pratiques.

La création d'alliances de recherche a pour objectif de décloisonner les relations entre les acteurs qui partagent la légitimité dans un domaine, et de développer des initiatives de coordination et de partenariat.

Les pôles de compétitivité permettent le regroupement sur un même territoire d'entreprises, d'établissements d'enseignement supérieur et d'organismes de recherche publics ou privés qui ont vocation à travailler en synergie pour mettre en oeuvre des projets de développement économique pour l'innovation.