Allez au contenu, Allez à la navigation

Concurrence dans le transport aérien : l'indispensable transparence

19 novembre 2015 : Concurrence dans le transport aérien : l'indispensable transparence ( rapport d'information )

ANNEXES

1. Le réseau européen d'Etihad Airways

2. Les formes d'emploi dans les compagnies aériennes

3. Les griefs de compagnies américaines contre leurs concurrentes du Golfe

4. Les griefs d'Etihad Airways contre les compagnies américaines

I. LE RÉSEAU EUROPÉEN D'ETIHAD AIRWAYS

Avec ses filiales européennes, Etihad Airways draine les voyageurs depuis les hubs, mais aussi depuis certains aéroports régionaux de l'Union.

Source: Etihad

II. LES FORMES D'EMPLOI DANS LES COMPAGNIES AÉRIENNES

Tous les graphiques repris ici proviennent du rapport Atypical Employment in Aviation. Final report. Universiteit Gent 2015. (287 pages)

Parmi l'échantillon de pilotes étudié par l'université de Gand, 79 % disposaient d'un contrat de travail (CDD ou CDI) signé directement avec la compagnie aérienne, seulement 5 % avaient un statut de travailleur indépendant (justifié ou non), 4 % étaient mis à disposition par une entité extérieure (qui peut être une structure coopérative de 2 ou 3 pilotes).

Parmi les pilotes disposant d'un contrat de travail signé directement avec la compagnie aérienne, 53 % volent pour une compagnie à réseau classique, 15 % pour une compagnie low cost.

En revanche, 80 % des pilotes travaillant sous statut « atypique » volent sur des lignes low cost, contre seulement 5 % pour des compagnies à réseau.

Il reste que la structure des emplois de pilotes n'a rien d'homogène au sein du monde du low cost, comme le montrent les trois graphiques suvants, portant sur les compagnies Ryanair, easyJet et Norwegian.

Ryanair se distingue par l'existence significative de tous les types de statuts, avec les plus fortes proportions de pilotes classés « indépendants » (28 %) ou « mis à disposition » (19 %), soit presque la moitié de l'effectif total de la compagnie sous deux formes d'emploi réputées particulièrement précaires.

La compagnie easyJet est caractérisée par le recours massif aux contrats directs (88 % de ses pilotes) et la quasi absence des pilotes sous statut de travailleurs indépendants.

Enfin, Norwegian privilégie l'emploi de pilotes fournis par des sociétés d'intérim (63 %), pour des contrats temporaires.

Les pilotes volant sous statut de « travailleurs indépendants » ne se distinguent pas des salariés, dont la caractéristique cardinale est l'absence de subordination envers le donneur d'ordre. Or, la réponse des intéressés au questionnaire est sans appel.

III. LES GRIEFS DE COMPAGNIES AMÉRICAINES CONTRE LEURS CONCURRENTES DU GOLFE

Les principaux griefs sont les suivants :

- une croissance trop rapide pour être honnête ;

- des coûts de fonctionnement sans commune mesure avec le reste du monde ;

- au total, des subventions massives ;

- une absurdité économique avec une hausse de l'offre sans rapport avec l'évolution de la demande et l'allongement des trajets ;

- l'ouverture d'une liaison directe reliant New-York à Milan, sans rapport avec le Golfe.

Une croissance trop rapide pour être honnête

Évolution des capacités des trois compagnies du Golfe
et de trois compagnies américaines

Source : Restoring open skies : addressing subsidized competition
from state-owned airlines in Qatar and the UAE,
janvier 2015

Des coûts de fonctionnement sans comparaison avec le reste du monde

Une main-d'oeuvre très bon marché :
part des dépenses de personnel dans les charges d'exploitation hors carburant

Source : Restoring open skies : the need to address subsidized competition
from state-owned airlines in Qatar and the UAE, 28 janvier 2015

Source : Restoring open skies : the need to address subsidized competition
from state-owned airlines in Qatar and the UAE, 28 janvier 2015

Au total, des subventions massives (42,3 milliards de dollars pour la période 2004 à 2014, dont 17,5 milliards versés par les Émirats arabes unis, le reste par le Qatar).

Source : OPEN & FAIR SKIES

Une absurdité économique

La hausse de l'offre est déconnectée de la demande :
offre et trafic de passagers entre les aéroports des États-Unis
et les destinations du Golfe (Dubaï, Abou Dabi, Doha)

Hausse des sièges quotidiens (en moyenne) proposés à la réservation, en forte croissance.

Évolution des réservations quotidiennes moyennes depuis ou vers les plates-formes américaines de transit, en faible hausse.

Réservations quotidiennes depuis ou vers les aéroports américains atteints depuis les plates-formes de transit, en très légère diminution.

Des trajets allongés : se rendre de Chicago à Bangkok via Doha au lieu de Tokyo allonge le trajet de 13,7%

Source : Restoring open skies : the need to address subsidized competition
from state-owned airlines in Qatar and the UAE, 28 janvier 2015

L'existence d'une liaison directe États-Unis - Italie, sans rapport avec le Golfe

Évolution des parts de marché sur la liaison de New York à Milan : les compagnies américaines ont perdu 19 points, intégralement au profit de transporteurs du Golfe.

Compagnies des États-Unis (ou liées par accord)

Compagnies du Golfe

Autre compagnies

Source : Restoring open skies : the need to address subsidized competition
from state-owned airlines in Qatar and the UAE, 28 janvier 2015