Allez au contenu, Allez à la navigation

Colombie : une paix encore fragile

5 juin 2019 : Colombie : une paix encore fragile ( rapport d'information )

C. UN IMPORTANT VOLET CONSACRÉ À L'AIDE AU DÉVELOPPEMENT

L'aide au développement constitue un autre volet important de notre relation.

L'Agence française de développement (AFD) a mis un certain temps à intervenir en Amérique latine et la Colombie est le premier pays où elle s'est implantée, en 2009. Elle est aujourd'hui présente dans 8 pays, à travers trois directions régionales : Andes (Colombie, Equateur, Bolivie, Pérou), Mexique-Cuba-Amérique centrale, Brésil-Cône Sud.

Depuis son implantation en 2009, a consenti 2 milliards d'euros de prêts à la Colombie, soit en moyenne 200 millions d'euros chaque année et environ 24 % du montant total des engagements en Amérique latine sur la période (9 milliards d'euros).

Une grande partie de ces prêts correspond à des prêts souverains consentis à l'Etat colombien en matière de décentralisation (2009), de gestion intégrée des ressources en eau (2011), de protection sociale (2013), d'adaptation au changement climatique (2015, 2016 et 2018) ainsi qu'en appui de la gestion du post-conflit et du développement rural (2017).

Le reste est constitué de prêts non souverains à des collectivités territoriales, comme celui qui a permis le financement du tramway et de deux métrocâbles à Medellin. Ces infrastructures urbaines réalisées par les entreprises Alstom et Poma ont modifié sensiblement le visage de la ville, permettant de désenclaver des quartiers défavorisés où vivent 300 000 personnes. Lors de leur déplacement, vos rapporteurs se sont rendus par le métrocâble dans un de ces quartiers, au profit desquels l'entreprise Poma intervient aussi par des actions socio-culturelles (construction d'aires de jeu, ateliers de théâtre...), contribuant à l'apaisement du climat social et à une baisse de l'insécurité. Le métrocâble de Medellin est ainsi devenu une référence et un modèle pour toute l'Amérique latine.

Ces prêts non souverains sont aussi accordés à des banques de développement ou des institutions financières comme Findeter, spécialisée dans le financement d'actions de développement local, notamment dans les 170 zones considérées comme les plus affectées par le conflit. Selon l'AFD, il est en effet important de répondre au besoin urgent de financement du développement rural dans ces zones, dont le retard est l'une des racines du conflit.

Ces prêts s'articulent avec des subventions émanant d'autres partenaires tels que l'Union européenne (à travers la Latin America Investment Facility ou LAIF), qui permettent le financement, en complément, d'actions d'assistance technique fournies par l'AFD, qui constituent une expertise très appréciée par nos partenaires.

Depuis 2009, les prêts consentis ont porté sur des projets liés pour 35 % à la mobilité urbaine et aux infrastructures, pour 33 % à la lutte contre le changement climatique, pour 18 % à la protection sociale et pour 14 % à l'accompagnement de l'accord de paix.

En ce qui concerne le post-conflit, les actions financées vont de l'appui au développement rural dans les 170 zones les plus affectées par le conflit à des actions de moindre envergure comme la conduite de deux projets pilotes visant à définir une méthodologie pour la mise en place d'un cadastre.

Malgré ses réussites en Colombie, l'AFD se trouve confrontée actuellement à deux difficultés : d'une part, la limitation de ses conditions d'engagement en matière de prêts souverains, liée à l'application de ratios prudentiels (situation dont on s'approche également au Mexique et au Brésil et qui a pour conséquence l'absence de prêt souverain consenti à l'Etat colombien en 2019, le montant des prêts susceptibles d'être accordés dépendant de celui des remboursements les années précédentes), d'autre part, la concurrence d'autres bailleurs internationaux, en capacité d'offrir des conditions financières plus avantageuses.

Actuellement, l'agence est en train de redéfinir son « cadre d'intervention pays », qui doit définir ses grandes priorités pour la Colombie sur la période 2019-2024 et qu'elle souhaite articuler étroitement avec les orientations stratégiques du gouvernement colombien.

Depuis 10 ans, l'AFD accompagne la Colombie dans la réponse qu'elle apporte à ses défis politiques, économiques, sociaux et environnementaux. Cette action a permis de vraies réussites et donné aussi l'occasion à des entreprises françaises de faire bénéficier ce pays de leur savoir-faire. Vos rapporteurs se félicitent de cette action positive et espèrent la mise au point rapide du nouveau cadre d'intervention dans lequel elle est appelée à se poursuivre sur la période 2019-2024.