Allez au contenu, Allez à la navigation



Le contrôle de la sûreté et de la sécurité des installation nucléaires (annexes, comptes rendus des auditions publiques)

 

VII. ÉVALUATION DES TRANSFERTS PAR LES DIFFÉRENTS VECTEURS

PRÉAMBULE

Pour 8 points de l'environnement (stations de surveillance atmosphérique, chapitre III-4) et pendant 8 années, les valeurs des concentrations atmosphériques mensuelles moyennes maximales possibles ont été calculées à partir des résultats connus pour :

- les activités des rejets d'argon 41 par la cheminée d'EL-3,

- les coefficients de dispersion,

- et les termes correctifs,

mentionnés ci-après pour les rejets de longue durée.

En général, ces concentrations maximales sont de 1,1 à 2,5 fois les concentrations déduites directement des résultats des mesures faites pendant la même période.

En ce qui concerne les rejets de courte durée, les coefficients de dispersion à utiliser sont ceux figurant sur les abaques et correspondant aux conditions au moment du rejet.

1. DISPERSION ATMOSPHÉRIQUE

1.1 Modèle de dispersion pour des rejets de courte durée

Les coefficients de dispersion des rejets atmosphériques (gaz, vapeurs et aérosols fins) ont été déterminés à la suite des lâchers expérimentaux de courte durée effectués sur le site de Saclay à partir des points-sources (cheminées). D'autres expériences similaires sur d'autres installations françaises (centres nucléaires et industriels) ont permis de mieux préciser leurs variations selon les conditions météorologiques et la distance au point-source (LEQUINIO R., rapport CEA-R 3945).

Les abaques qui en découlent, utilisées à Saclay, sont données figure VII-1-1. Pour des rejets de courte durée (de 30 à 60 mn), ces coefficients peuvent être directement utilisés comme l'ont prouvé les mesures faites à l'occasion de rejets programmés.

1.2 Modèle de dispersion pour des rejets de longue durée

En ce qui concerne les rejets dont la durée dépasse 1 h, pour connaître l'activité moyenne pour une période donnée en un point de l'environnement, il convient d'appliquer les termes correctifs tenant compte :

a priori de la probabilité (ou, a posteriori, de la fréquence déduite des mesures) pour que le point considéré soit sous le vent de l'installation pendant la durée du rejet ; la direction du vent doit être donnée par secteurs de 20° ;

de la variabilité de la direction du vecteur vent entre deux mesures consécutives du vent ; pour un espacement de 3 h, le coefficient est égal à 0,58 ;

de la variation du coefficient de dispersion en fonction des conditions de diffusion.

En tenant compte des éléments précités, on obtient, pour les lieux considérés dans le tableau de la page [suivante], les coefficients suivants pour calculer les activités volumiques moyennes annuelles à partir des activités totales annuelles rejetées.

COEFFICIENTS POUR LE CALCUL DE L'ACTIVITÉ VOLUMIQUE MOYENNE ANNUELLE

Lieu

Coefficient

Fréquence de la

condition de

dispersion

Coefficient moyen

Fréquence

des vents

vers le lieu

Coefficient moyen annuel (*)

 

Condition normale

Condition mauvaise

Normale

Mauvaise

     

K1

 

s/m3

s/m3

%

%

s/m3

%

 Ci/m3 par Ci/s

Ci/m3 par Ci/an

Christ-de-Saclay

1,3.10-5

1,9.10-5

51

49

1,6.10-5

6,4

5,9.10-7

1.9.10-14

Grand-Viltain

5,0. 10-6

8,0.10-6

47

53

6,6.10-6

5,1

2,0.10-7

6,3.10-15

Saint-Aubin

7,0.10-6

1,2.10-5

52

48

9,4.10-6

6,5

3,5.10-7

1,1.10-14

Villiers-le-Bâcle

7,0.10-6

1,2.10-5

45

55

9,8.10-6

4,9

2,8.10-7

8.8.10-15

Mesnil-Blondel

7,0.10-6

1,2.10-5

45

55

9,8.10-6

5,7

3,2.10-7

1,0.10-14

Saclay bourg

7,0.10-6

1,2.10-5

52

48

9,4.10-6

6,0

3,3.10-7

1,0.10-14

Paris (20 km)

3,6.10-7

5,0.10-7

58

42

4,2.10-7

8,0

1,9.10-8

6,2.10-16

(*) Il est tenu compte du facteur de correction de la variabilité de la direction du vent entre les mesures faites en routine toutes les 3 h (0,58).