Vous êtes ici : Rapports > Rapports d'information



Retour Sommaire Suite

2. Un prix du timbre élevé

Du fait de l'existence du monopole, le particulier utilisant le service du courrier ne peut qu'accepter le prix du timbre qui est fixé sous la tutelle de l'État. Mais les temps de cette facilité, à laquelle il était possible de recourir sans hésitations à l'époque du budget annexe et dont on s'est encore servi récemment pour rétablir les comptes de l'opérateur, sont désormais révolus.

Aujourd'hui, les principaux clients de La Poste -les entreprises- ont, pour la plupart, la liberté de choisir leur fournisseur. Ils suivent l'évolution du tarif de base du courrier, le comparant au coût d'un envoi par fax ou d'un transfert de données informatiques. Les " grands comptes " de La Poste négocient le prix du service postal, comme n'importe quelle autre fourniture de services ou de matériel. Ils réclament des tarifs préférentiels en fonction du nombre d'envois qu'ils adressent et de la qualité de service qui leur est offerte. Le timbre a bel et bien commencé à perdre son statut de quasi-redevance prélevée par l'État, pour devenir le plus souvent, si l'on excepte les envois des ménages, un tarif commercial négocié.

Or, après des hausses successives, le prix du timbre n'est plus compétitif. Son augmentation en France entre 1991 et 1996 a été particulièrement forte. Le coût d'affranchissement pour la lettre de moins de 20 grammes est passé de 2,30 francs en 1990 à 3 francs en 1996, ce qui représente une augmentation de près de 30 %, largement supérieure à l'évolution de l'indice des prix à la consommation.

A titre de comparaison, aux Pays-Bas, le tarif de base n'a pas varié durant la même période.

Cet accroissement du coût de l'affranchissement ne s'est pas limité en France au prix du service de base. Au cours de la même période 1991-1996, selon les évaluations de La Poste, l'ensemble des tarifs courrier a augmenté de 17,4 %, soit 7 points de plus que l'indice des prix à la consommation.

Le développement des nouvelles techniques de communication, qui offrent des services alternatifs à des prix très compétitifs, interdit désormais la poursuite d'une telle politique. En prenant pour base l'indice 100 en 1990, les prix moyens des services de télécommunications qui concurrencent directement la lettre sont passés, en 1996, à l'indice 95, tandis que le prix du timbre destiné à l'affranchissement d'une lettre de moins de 20 grammes est passé de l'indice 100 en 1990 à l'indice 128 en 1996.

Tout laisse à penser que les grands clients de La Poste n'hésiteront pas à faire jouer davantage encore la concurrence nationale et même internationale -songeons aux convoitises que suscitent les segments les plus rentables du marché français de la part de KPN ou de British Mail- lorsque le monopole commencera à se contracter, surtout si l'opérateur public ne parvient pas à " tenir ses prix ". Or, les comparaisons internationales sont défavorables au timbre français. En Europe, pour le service de base (lettre de moins de 20 grammes), seuls les tarifs d'affranchissement suédois et allemand sont plus chers que le timbre à l'effigie de Marianne.

Soulignons toutefois, s'agissant de la Suède, que depuis le début de l'année 1997, le prix du timbre est distinct pour les particuliers (4,15 francs) et pour les entreprises (1,65 franc).

Le timbre français est 25 % plus cher que le timbre néerlandais ou britannique.

A titre d'illustration de cette fragilité tarifaire de La Poste française, le tableau ci-dessous présente les tarifs de la lettre dans les principaux pays d'Europe et aux Etats-Unis.

ÉVOLUTION DU TARIF DE BASE DE LA LETTRE (RÉGIME INTÉRIEUR)
(1987-1997)

(en francs)

France

Allemagne

Royaume Uni

Pays-Bas

Italie

Etats-Unis

Suède

1987

2,20

2,67

1,77

2,22

2,78

1,32

1,99

1997

3,00

3,36

2,39

2,39

2,53

1,80

particuliers : 4,15

entreprises : 1,65

(Source : La Poste)

De même, La Poste subit une forte concurrence sur les marchés qui ne sont pas protégés par le monopole, tels que la publicité non adressée : elle est, par conséquent, dans l'obligation de maîtriser ses coûts. Cet impératif de stabilisation, voire de compression, des prix se renforcera dans les années à venir, au gré de l'accroissement tendanciel de la concurrence.

Il serait donc illusoire de croire que la voie de la facilité tarifaire reste encore ouverte à La Poste.

Retour Sommaire Suite



Haut de page
Actualités | Travaux Parlementaires | Vos Sénateurs | Europe et International | Connaître le Sénat | Recherche
Liste de diffusion | RSS | Contacts | Recrutement | Plan | Librairie | FAQ | Mentions légales | Accessibilité | Liens | Ameli