Allez au contenu, Allez à la navigation

BRUNHES Julien

Ancien sénateur de la Seine

Election

  • Elu du 8 décembre 1946 au 7 novembre 1948
  • Réélu le 18 mai 1952
  • Réélu le 8 juin 1958
  • Fin de mandat le 26 avril 1959 (Elu(e) sénateur de la cinquième République)

Extraits de la table nominative :

Biographie

1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)
Ve République  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

1940-1958

BRUNHES (Julien)

Né le 25 novembre 1900 à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme)

Décédé le 11 novembre 1986 à Paris

Membre de la seconde Assemblée nationale Constituante (Seine)

Conseiller de la République, puis Sénateur de la Seine de 1946 à 1948, puis de 1952 à 1958

Julien Brunhes entre, en 1918, à l'Ecole Navale puis, en 1925, à l'Ecole Supérieure d'électricité.

Il obtient alors le brevet d'officier des transmissions de la Marine, et sert dans cette arme. Il a le grade de lieutenant de vaisseau lorsqu'il est réformé en 1931 à l'issue d'une grave maladie. Rendu alors à la vie civile, il devient en 1932 secrétaire général de la Fédération nationale des transports routiers puis, en 1937, chef du service du personnel de la Compagnie du gaz Lebon.

En 1941, il est appelé au secrétariat général du Groupement professionnel des industries coloniales, qu'il abandonne en janvier 1945 pour devenir secrétaire général adjoint de la Société d'aviation Louis Bréguet.

Il se tourne alors vers la vie politique, et est élu à la seconde Assemblée Constituante, le 2 juin 1946 ; en troisième position sur la liste du Parti Républicain de la Liberté qui recueille 119 350 suffrages sur 452 255 exprimés pour 10 sièges à pourvoir, il est élu à la plus forte moyenne.

Il intervient alors sur la sécurité sociale, et l'élaboration de la Constitution.

Candidat, mais non élu, aux élections législatives du 10 novembre 1946, il se présente au Conseil de la République, toujours dans la Seine, le 8 décembre 1946, en tête de la liste d'Union du PRL, des républicains indépendants et gaullistes, et de la réconciliation française.

Cette liste obtient un élu avec 948 voix sur 9 910 suffrages exprimés, ce qui permet à Julien Brunhes de devenir Conseiller de la République.

Membre du groupe du PRL, il siège aux Commissions de la France d'outre-mer et à celle des moyens de communication dont il est élu président. Il est en outre nommé secrétaire du Conseil de la République.

Parlementaire actif, Julien Brunhes intervient fréquemment dans les débats budgétaires et financiers, et rapporte pour la commission qu'il préside de nombreux textes : réglementation des transports par chemin de fer, rétablissement du conseil supérieur des transports, coordination des transports ferroviaires et routiers, tarifs réduits pour les expéditions de librairie, réorganisation des transports de voyageurs dans la région parisienne, institution de la compagnie nationale Air-France, et création du Centre national du tourisme.

Aux élections du 7 novembre 1948, il est candidat en deuxième position sur la liste indépendante d'entente républicaine, qui n'obtient qu'un élu.

Il retrouve cependant son siège en mai 1952, puisqu'il est élu, au quotient, en deuxième position sur la liste d'union du RGR et des Indépendants : cette liste recueille alors 331 voix sur 3 097 suffrages exprimés, et remporte ainsi deux des vingt sièges à pourvoir.

Il rejoint alors le groupe des Républicains indépendants, et siège à nouveau à la Commission des moyens de communication, ainsi qu'à celle de la défense nationale.

Il intervient alors à de nombreuses reprises en séance publique comme rapporteur de la Commission des moyens de communication. Il est ainsi chargé de l'examen des textes les plus importants dans le domaine des transports : statut du personnel navigant de l'aéronautique civile, modernisation des voies navigables, achèvement du Canal du Nord, statut des autoroutes, repos hebdomadaire dans les entreprises de transport, responsabilité des transporteurs aériens, tunnel sous le Mont-Blanc, police de la circulation routière.

Il est d'ailleurs élu en octobre 1957 vice-président de la Commission des moyens de communication.

Mais son intérêt ne se limite pas à ce secteur d'activité, et il intervient également sur l'organisation de la défense nationale, le projet de loi-cadre relatif aux territoires d'outre-mer, les pouvoirs spéciaux en Algérie, et les Communautés économique et atomique européennes.

Les 2 et 3 juin 1958, il vote pour les pleins pouvoirs et pour la révision constitutionnelle.

Julien Brunhes est facilement reconduit dans son mandat le 8 juin 1958 : il est alors premier de la liste du CNIP qui, avec 356 voix sur 3 112 suffrages exprimés, obtient deux des vingt sièges à pourvoir.

Parallèlement à ses fonctions nationales, il avait été élu, en 1945, et reconduit, en 1953, comme conseiller municipal de Vitry-sur-Seine.

Julien Brunhes était depuis 1949 chevalier de la Légion d'honneur.

Afficher le texte

Ve République

BRUNHES (Julien)

Né le 25 novembre 1900 à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme)

Décédé le 11 novembre 1986 à Paris

Membre de la seconde Assemblée nationale Constituante

Conseiller de la République, puis sénateur de la Seine de 1946 à 1948, et de 1952 à 1968

(Voir première partie de la biographie dans le dictionnaire des parlementaires français 1940-1958, tome II, p. 532-535)

Les 2 et 3 juin 1958, Julien Brunhes vote en faveur des pleins pouvoirs au général de Gaulle et de la révision constitutionnelle. Le 8 juin 1958, il est réélu sénateur de la Seine en tête de la liste des candidats présentés par le Centre national des indépendants et paysans (CNIP) qui obtient deux des sièges à pourvoir. Au niveau national, il est d'ailleurs membre du comité directeur du CNIP. En décembre 1958, Julien Brunhes, fort de son autorité de membre du Conseil de la République de 1946 à 1958, est élu à la commission chargée de rédiger le règlement intérieur provisoire du Sénat. Le 21 janvier 1959, il est élu membre de la commission des finances, du contrôle budgétaire et des comptes économiques de la Nation.

Aux élections sénatoriales du 26 avril 1959, qui interviennent après le renouvellement des conseils municipaux, il est candidat en quatrième position sur la liste d'Union pour la défense des intérêts du département de la Seine présentée par le Centre national des indépendants et le Centre républicain, dirigée par Edmond Barrachin. Il est élu et la liste obtient cinq des vingt-deux sièges à pourvoir. Au Sénat, il rejoint le groupe des Républicains indépendants (RI). Il retrouve la commission des finances et y siège jusqu'en octobre 1964, date à laquelle il la quitte pour devenir membre de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées. Julien Brunhes est, en outre, élu en décembre 1960 membre de la commission de contrôle chargée d'examiner la gestion de la Réunion des théâtres lyriques nationaux.

A plusieurs reprises, il assure une représentation dans des organisations internationales. En décembre 1959, il est élu délégué représentant la France à l'Assemblée des communautés européennes. Réélu à cette fonction en 1961, 1963 et 1965, il est vice-président de cette Assemblée en 1964. En mai 1968, il est nommé représentant du Sénat au sein de la commission pour l'éducation, la science et la culture des Nations unies (Unesco).

Au Sénat, il intervient souvent en séance, principalement sur les questions de finances et en particulier sur les dépenses militaires. Tant qu'il siège à la commission des finances, il est le rapporteur spécial des crédits affectés à l'armée de l'Air. C'est à ce titre qu'il prend la parole le 8 novembre 1960 dans le débat concernant le projet de loi de programme relative à certains équipements militaires, projet qui a pour objectif de doter la France d'une force de dissuasion nucléaire. Il manifeste sa vive opposition et justifie son refus de le voter. Il estime que cette force de frappe n'aurait aucune utilité car, selon lui, ni les États-Unis ni l'URSS n'oseront un jour recourir à une attaque nucléaire. Il estime que les crédits militaires doivent plutôt être utilisés pour lutter contre la guerre subversive ou renforcer nos forces militaires dans le cadre de l'Organisation du traité de l'atlantique nord (OTAN) afin de préparer l'Europe à une attaque plus classique du camp communiste : « Entre la guerre nucléaire, la guerre localisée non nucléaire et la guerre subversive, votre projet semble négliger les deux dernières au profit de la première. C'est pourquoi il m'est impossible de vous suivre dans cette voie ». A l'occasion de ce débat, il rappelle combien il est, selon lui, essentiel pour la France et l'Occident que l'Algérie reste française, au risque, dans le cas contraire, qu'elle tombe entre les mains des Russes, des Chinois ou des Égyptiens, bref de ceux qu'il appelle « nos adversaires ». Fort logiquement, il avait voté la loi du 4 février 1960 autorisant le Gouvernement à prendre certaines mesures relatives au maintien de l'ordre, à la pacification et à l'administration de l'Algérie.

Sa présence au Parlement européen l'amène également à intervenir dans les débats concernant la politique européenne du Gouvernement. Il prend ainsi la parole le 20 juin 1963 à l'occasion de la discussion du projet de loi portant ratification du traité sur la coopération franco-allemande signé en janvier précédent, sous la houlette du général de Gaulle et du chancelier Adenauer. Il se félicite de ce qu'il nomme les « avantages psychologiques » de ce traité qui poursuit l'oeuvre de la réconciliation franco-allemande. Mais il expose aussi deux critiques. Premièrement, en insistant sur la coopération entre la France et la République fédérale d'Allemagne, le traité semble placer les autres membres de la Communauté économique européenne dans une position secondaire : « il ne nous est pas possible de comprendre que le gouvernement français souhaite, avec le gouvernement allemand, travailler ces problèmes en dehors des Six. » Deuxièmement, il s'interroge sur la compatibilité entre l'accord militaire contenu dans ce traité et la participation à l'OTAN: « nous nous inquiétons d'un accord militaire inutile s'il ne s'inscrit pas dans le cadre de l'alliance atlantique, et ce n'est pas assez spécifié. » Ces observations effectuées, il décide de voter néanmoins le projet de loi de ratification.

En mai 1965, il vote le projet de loi réformant les régimes matrimoniaux. En revanche, en décembre 1967, il ne prend pas part au vote de la loi Neuwirth relative à la régulation des naissances.

Les élections sénatoriales du 22 septembre 1968 marquent le terme de la carrière parlementaire de Julien Bruhnes qui est candidat à Paris en deuxième position sur la liste d'Entente centriste pour le progrès et la démocratie moderne présentée par Dominique Padovani, qui n'a qu'un élu. Il se retire alors de l'action politique.

Sénateur honoraire, officier de la Légion d'honneur, il disparaît en 1986. Ses obsèques religieuses ont lieu en l'église Saint-Marcel du 13e arrondissement de Paris.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. Julien BRUNHES,
Appartenance politique
Groupe des Républicains Indépendants
Etat-civil
Né le 25 novembre 1900
Décédé le 11 novembre 1986
Profession
Secrétaire général adjoint de la société d'aviation Louis Bréguet
Département
Seine