Allez au contenu, Allez à la navigation

CHATELAIN Fernand

Ancien sénateur du Val-d'Oise

  • Vème République

    Ancien sénateur de la
    Ve République

Election

  • Elu le 22 septembre 1968
  • Réélu le 25 septembre 1977
  • Fin de mandat le 11 juin 1979 (décédé)

Fonctions exercées au cours de ses mandats de sénateur

  • Secrétaire de la commission des affaires économiques

Situation en fin de mandat

  • Membre de la commission des affaires économiques
  • Membre du Groupe Communiste

Extraits de la table nominative :

Biographie

Ve République  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

Ve République

CHATELAIN (Fernand)

BONO


CHATELAIN (Fernand)

Né le 31 janvier 1920 à Issou (Yvelines)

Décédé le 11 juin 1979 à Argenteuil (Val-d'Oise)

Sénateur du Val-d'Oise de 1968 à 1979

Fils d'un père employé aux chemins de fer, Fernand Chatelain est issu d'un milieu modeste qui ne lui permet pas d'effectuer les études d'ingénieur agronome dont il rêve. Après ses classes primaires, il poursuit des études supérieures à Rouen, et obtient le brevet sans aucune difficulté.

Il est nommé instituteur mais le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale suspend sa carrière. Appelé à effectuer son service militaire au début de l'année 1940, il est démobilisé l'année suivante. De retour en région parisienne, il reprend sa carrière professionnelle tout en cultivant un intérêt certain pour les affaires publiques locales.

Au lendemain de l'armistice, Fernand Chatelain adhère au Parti communiste français. Jeune militant de vingt ans, il se forge lentement une image d'homme de parti et se fait apprécier de ses collègues pour son engagement. Animateur de groupes d'enfants, puis responsable de mouvements de jeunesse, les élections municipales de 1947 le portent au conseil municipal d'Argenteuil (Val-d'Oise), dont il devient, en 1965, le premier adjoint au maire. Acteur engagé sur le plan politique municipal, il est nommé membre du secrétariat fédéral du Parti communiste de Seine-et-Oise en 1954, puis président de l'office HLM d'Argenteuil-Bezons.

Ses premiers succès politiques l'incitent à se présenter aux élections sénatoriales. Inscrit en tête de la liste communiste, qui obtient 295 voix (24,6%) sur les 1 199 suffrages exprimés, Fernand Chatelain est élu sénateur du Val-d'Oise le 22 septembre 1968. Dès son arrivée au Palais du Luxembourg, il s'inscrit au groupe communiste et siège à la commission des lois. En 1969, il passe à la commission des affaires économiques, dont il est nommé secrétaire dès 1970.

La construction de logements et l'aménagement urbain sont deux aspects essentiels de la vie quotidienne des populations, souvent défavorisées, dont il est le représentant. Ainsi, ses propositions de loi, ses interventions, ses questions écrites ou orales s'organisent autour de trois thèmes : l'amélioration de l'habitat, la multiplication des équipements sociaux dans les grands ensembles et les villes nouvelles, l'accès aux moyens de transports collectifs. Le 1er juin 1972, il vote contre la loi portant création et organisation des régions.

Lors des élections législatives des 4 et 11 mars 1973, Fernand Chatelain est désigné candidat officiel du Parti communiste dans la 1ère circonscription du Val-d'Oise. Au soir du premier tour, il est mis en ballotage par Michel Poniatowski en obtenant 16 864 voix (26,5%) sur les 63 473 suffrages exprimés. Le second tour confirme la défaite du candidat communiste : il recueille 28 220 voix (45,1%) sur les 62 513 suffrages exprimés. A défaut d'accéder au Palais Bourbon, il poursuit son mandat sénatorial et s'abstient, le 21 novembre 1973, de voter le projet de loi d'orientation du commerce et de l'artisanat.

En revanche, il se prononce en faveur de la loi fixant à 18 ans l'âge de la majorité en 1974. La même année, en décembre, il vote pour le projet de loi relatif à l'interruption volontaire de grossesse et, en 1975, pour la loi portant réforme du divorce. Il poursuit également ses réflexions pour améliorer les conditions de vie des populations vivant en milieu urbain et participe, à ce titre, à la commission portant réforme de l'urbanisme.

Le 25 septembre, Fernand Chatelain est réélu sénateur du Val-d'Oise : la liste communiste sur laquelle il figure obtient 436 voix (29 %) sur les 1 501 suffrages exprimés. De retour au Sénat, il est nommé membre de la commission des affaires économiques. A la même époque, il poursuit son ascension au sein de sa formation politique. Il est désigné membre du bureau politique du PCF.

Le 3 avril 1978, il est appelé à la vice-présidence du groupe communiste au Sénat. La réhabilitation du Vexin français devient alors l'une de ses préoccupations majeures. En mai 1978, il présente un plan de redressement économique de cette région, au sein duquel de nombreuses mesures sont envisagées pour l'emploi, la protection des sites et des rivières, l'amélioration des conditions de transport et des équipements scolaires. Surtout, l'ensemble de ces mesures doit mettre fin à la désertification du territoire. Enfin, en octobre 1978, il dépose avec plusieurs collègues parlementaires, une proposition de loi tendant à assurer l'accès du public aux documents administratifs et l'information des consommateurs.

Il décède en cours de mandat, après plusieurs années de lutte contre la maladie. Dans son éloge funèbre, Alain Poher, président du Sénat, souligne que l'action politique de Fernand Chatelain « aura été essentiellement tournée vers l'amélioration des conditions de vie des habitants de sa région ».

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. Fernand CHATELAIN, ancien sénateur
Appartenance politique
Membre du Groupe Communiste
Etat-civil
Né le 31 janvier 1920
Décédé le 11 juin 1979
Profession
Instituteur
Département
Val-d'Oise