Allez au contenu, Allez à la navigation

GAUTIER Lucien

Ancien sénateur de Maine-et-Loire

  • Vème République

    Ancien sénateur de la
    Ve République

Election

  • Elu le 26 septembre 1965
  • Réélu le 22 septembre 1974
  • Fin de mandat le 2 octobre 1983 (non réélu)

Situation en fin de mandat

  • Membre de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées
  • Membre du Groupe du Rassemblement pour la République

Extraits de la table nominative :

Biographie

Ve République  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

Ve République

GAUTIER (Lucien)

Né le 27 juillet 1913 à Saumur (Maine-et-Loire)

Décédé le 3 février 1992 à Saumur (Maine-et-Loire)

Sénateur du Maine-et-Loire de 1965 à 1983

Lucien Gautier nait le 27 juillet 1913 à Saumur. Il appartient à un milieu aisé (sa famille possède depuis plusieurs générations un commerce en gros de fer et charbon), déjà engagé dans la vie politique nationale et locale. Son oncle est en effet le contre-amiral André Commentry qui a commandé la marine française au Tonkin en 1943-1945 avant d'être élu député RPF du Maine-et-Loire en 1951 et maire de Saumur en 1954 (il en était premier adjoint depuis 1947). Lucien Gautier suit une scolarité primaire et secondaire dans des établissements privés catholiques (Institut Saint-Louis à Saumur puis Pensionnat Saint-Gabriel à Saint-Laurent-sur-Sèvre) qui exercent une forte influence sur sa personnalité morale et intellectuelle. Après avoir participé aux combats du printemps 1940, il reprend l'entreprise de négoce familiale.

Encouragé par son oncle, Lucien Gautier entre à son tour en politique en 1953. Il devient conseiller municipal de Saumur puis adjoint au maire deux ans plus tard. En 1955 également, il remporte le siège de conseiller général de Saumur-sud et le conserve en 1961 puis 1967. Dès 1959, il est élu maire de Saumur et garde ce mandat jusqu'en 1971. En 1969, Lucien Gautier bataille pour maintenir à Saumur le prestigieux Cadre Noir, porteur d'une part importante de l'identité historique de la ville. Contre le souhait du Gouvernement de transférer l'école militaire au sein de l'Institut national d'équitation, il obtient le regroupement à Saumur des deux institutions. Lors de ses obsèques en 1992, cette victoire importante sera rappelée par la presse locale et reconnue même par ses adversaires politiques.

Le 26 septembre 1965, les grands électeurs du département portent au Sénat celui qui occupe les fonctions de vice-président de l'association des maires de France et qui avait été en 1959 le suppléant d'Etienne Rabouin, élu aux sénatoriales. Bien que gaulliste par sensibilité personnelle et culture familiale, Lucien Gautier est élu au deuxième tour sous l'étiquette des Républicains indépendant (RI), courant politique alors dominant dans le département. Toutefois, dès 1967, il choisit d'être apparenté au groupe gaulliste de l'Union des démocrates pour la Ve République puis, lorsque Valéry Giscard d'Estaing prend ses distances vis-à-vis du général de Gaulle lors du référendum de 1969, il quitte les RI pour rejoindre l'Union des Démocrates pour la République (UDR). Il ne cesse depuis cette époque d'afficher sa fidélité gaulliste. Membre du comité central de l'UDR dès novembre 1971, il siège dans la même instance au sein du RPR à partir de 1977.

Au Sénat, Lucien Gautier est membre de la commission des affaires étrangères de 1965 à 1968, des affaires culturelles en 1968, des finances de 1968 à 1974, puis à nouveau des affaires étrangères de 1974 à 1983. Il intervient dans les discussions des projets de loi de finances sur les crédits de l'équipement, du logement et du tourisme. En 1965, il prend part au débat portant sur les accords entre la France et l'Algérie concernant les hydrocarbures. Membre de la commission nationale d'urbanisme commerciale jusqu'en 1975, il se penche sur les dossiers de la simplification fiscale (1970), de la formation du personnel communal (1971) et de l'organisation des régions (1972). En 1976, il dépose un important rapport sur les contrôleurs généraux des armées. En tant que membre de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées, et sénateur d'un département encore assez rural, Lucien Gautier suit de près les questions relatives à la gendarmerie. Lors de l'examen des lois de finances, il intervient fréquemment sur des points techniques relevant des crédits, des effectifs, de la formation, du matériel, du personnel féminin ou des retraites de la gendarmerie.

Lucien Gautier vote contre la loi Neuwirth du 28 décembre 1967 relative à la régulation des naissances. Il approuve la loi du 5 juillet 1972 portant création et organisation des Régions ainsi que la loi Royer du 27 décembre 1973 d'orientation du commerce et de l'artisanat. Il soutient la loi du 5 juillet 1974 fixant à 18 ans l'âge de la majorité. Il s'oppose à la loi Veil du 17 janvier 1975 relative à l'interruption volontaire de grossesse. Il s'abstient lors du vote de la loi du 11 juillet 1975 portant réforme du divorce. Il vote la loi Peyrefitte du 2 février 1981 renforçant la sécurité et protégeant la liberté des personnes. Il désapprouve la loi du 9 octobre 1981 portant abolition de la peine de mort mais accepte la loi Defferre du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés des communes, des départements et des régions. Il soutient la loi du 13 juillet 1982 relative aux prestations de vieillesse, d'invalidité et de veuvage.

A 70 ans, il décide de se représenter aux sénatoriales de septembre 1983, mais la configuration politique lui est défavorable. Les mauvaises relations au niveau local entre l'UDF et le RPR n'améliorent pas la position du sortant. Au second tour, Lucien Gautier est battu par l'UDF Charles Jolibois, un avocat d'affaires, maire d'Etriché depuis 1956, conseiller général du canton de Tierce depuis 1960 et vice-président du Conseil général.

A partir de 1983, Lucien Gautier vit retiré dans sa propriété de Chetigné, à quelques kilomètres de Saumur. Il meurt le 3 février 1992. Il était chevalier des Palmes académiques et du Mérite agricole, titulaire de la Croix de guerre 1939-1945.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. Lucien GAUTIER, ancien sénateur
Appartenance politique
Membre du Groupe du Rassemblement pour la République
Etat-civil
Né le 27 juillet 1913
Décédé le 3 février 1992
Profession
Négociant
Département
Maine-et-Loire