Allez au contenu, Allez à la navigation

Pour une école de la confiance

Projet de loi pour une école de la confiance :
procédure accélérée engagée par le Gouvernement le 5 décembre 2018

Objet du texte



Ce projet de loi a été déposé le 5 décembre 2018 à l'Assemblée nationale par le Gouvernement.

Le projet de loi initial comprend 5 titres.

Le titre Ier (articles 1er à 5) comporte, selon le Gouvernement, des dispositions destinées à garantir la maîtrise des savoirs fondamentaux par tous :
- l'instauration d'une obligation d'instruction à partir de trois ans, au lieu de six ans actuellement (art 2), en prévoyant une compensation des dépenses supplémentaires induites pour les communes (art 4) ;
- l'amélioration de l'information fournie aux familles instruisant leurs enfants à domicile, concernant l'objet et les modalités des contrôles pédagogiques dont elles font l'objet et les sanctions auxquelles elles s'exposent en cas de non-respect des dispositions encadrant l'instruction en famille (art 5).

Le titre II (articles 6 à 9) est intitulé « innover pour s'adapter aux besoins des territoires ». Le Gouvernement y propose notamment la création d'un rectorat de plein exercice à Mayotte qui se substituerait, dès 2020, au vice-rectorat (article 7).

Le titre III (articles 10 à 16) contient des dispositions relatives à la gestion des ressources humaines : transformation des écoles supérieures du professorat et de l'éducation (ESPE) en instituts nationaux supérieurs du professorat et de l'éducation (INSPÉ). Il appartiendrait désormais aux ministres chargés de l'enseignement supérieur et de l'éducation nationale d'arrêter leur référentiel de formation, l'objectif étant que la qualité celle-ci soit la même sur tout le territoire (article 10).

Le titre IV (articles 17 à 21) vise, selon le Gouvernement, à simplifier le système éducatif. Il prévoitnotamment :
- l'habilitation du Gouvernement à prendre par voie d'ordonnance les dispositions législatives rendues nécessaires par le nouveau découpage territorial des circonscriptions académiques et la réorganisation, sur le territoire national, des services déconcentrés relevant des ministères chargés de l'éducation nationale et de l'enseignement supérieur (art 17) ;
- la mise en œuvre d'un mécanisme de compensation entre l'attribution par l'État des bourses nationales de lycée aux familles d'une part et d'autre part le recouvrement des frais de pension ou de demi-pension par l'établissement public local d'enseignement (EPLE) qui gère les services d'hébergement et de restauration (art 19).

Le titre V (articles 22 à 25) comprend des dispositions diverses dont une habilitation du Gouvernement à prendre par voie d'ordonnance les dispositions législatives particulières à l'outre-mer (art 22).

Ce projet de loi a été modifié lors de son examen à l'Assemblée nationale (en savoir plus).

Le Gouvernement ayant engagé une procédure accélérée sur le texte le5 décembre 2018, celui-ci pourrait ne faire l'objet que d'une seule lecture au Parlement

Les étapes de la discussion :

Première lecture

1ère lecture
  • Texte n° 1481 de M. Jean-Michel BLANQUER, ministre de l'Éducation nationale, déposé à l'Assemblée Nationale le 5 décembre 2018
  • Rapport n° 1629 de Mmes Fannette CHARVIER et Anne-Christine LANG, fait au nom de la commission des affaires culturelles et de l'éducation, déposé le 31 janvier 2019
  • Texte de la commission n° 1629 déposé le 31 janvier 2019
  • Texte n° 233 adopté par l'Assemblée nationale le 19 février 2019
1ère lecture
  • Texte n° 323 (2018-2019) transmis au Sénat le 20 février 2019

Commission mixte paritaire

Les thèmes associés à ce dossier :
Pour toute remarque relative à ce dossier législatif, veuillez contacter : dosleg@senat.fr Cette page a été générée le 27 mai 2019