Allez au contenu, Allez à la navigation



Les ordonnances - bilan au 31 décembre 2007

 

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

Série   ÉTUDES JURIDIQUES

LES ORDONNANCES

BILAN AU 31 DÉCEMBRE 2007

n° EJ 4 Mars 2008

La Constitution du 4 octobre 1958 mentionne à plusieurs reprises la possibilité, pour le Gouvernement, d'avoir recours à la procédure des ordonnances. L'article 92, abrogé par l'article 14 de la loi constitutionnelle n° 95-880 du 4 août 1995, a ainsi permis l'adoption d'ordonnances organiques en vue de la mise en place des institutions de la Ve République. Actuellement, quatre articles de la Constitution peuvent servir de fondement juridique à des habilitations à légiférer par voie d'ordonnance :

- l'article 38, qui instaure une procédure de législation par ordonnance tirant les conséquences des pratiques qui s'étaient imposées sous les IIIe et IVe Républiques ;

- les articles 47 et 47-1, qui permettent de mettre en vigueur par ordonnance les projets de loi de finances et les projets de loi de financement de la sécurité sociale lorsque le Parlement ne s'est pas prononcé dans un délai de respectivement soixante-dix jours et cinquante jours ;

- l'article 74-1, issu de la récente loi constitutionnelle n° 2003-276 du 28 mars 2003 relative à l'organisation décentralisée de la République, qui fonde une habilitation permanente pour actualiser le droit applicable outre-mer.

La présente étude concerne principalement le régime législatif des ordonnances ayant pour fondement l'article 38 de la Constitution, c'est-à-dire celles résultant d'une habilitation législative donnée au Gouvernement pour la mise en oeuvre de son programme. Après avoir dressé un panorama de l'utilisation qui a été faite de cette procédure au cours des vingt-quatre dernières années (1984-2007), elle fait le point sur le régime juridique applicable et ses difficultés.

Elle évoque, en outre, le début de mise en application du nouvel article 74-1 de la Constitution, qui a donné lieu à la publication de deux ordonnances en 2005, puis quatre en 2006 et quatre en 2007, pour l'actualisation du droit applicable outre-mer.

En revanche, les articles 47 et 47-1 de la Constitution, qui n'ont jamais été utilisés pour mettre en oeuvre par ordonnance un projet de loi de finances ou de loi de financement de la sécurité sociale, n'appellent de ce fait aucun développement particulier.

Article 38 de la Constitution

« Le Gouvernement peut, pour l'exécution de son programme, demander au Parlement l'autorisation de prendre par ordonnances, pendant un délai limité, des mesures qui sont normalement du domaine de la loi.

« Les ordonnances sont prises en Conseil des ministres après avis du Conseil d'État. Elles entrent en vigueur dès leur publication mais deviennent caduques si le projet de loi de ratification n'est pas déposé devant le Parlement avant la date fixée par la loi d'habilitation.

« A l'expiration du délai mentionné au premier alinéa du présent article, les ordonnances ne peuvent plus être modifiées que par la loi dans les matières qui sont du domaine législatif. »

Article 74-1 de la Constitution

« Dans les collectivités d'outre-mer visées à l'article 74 et en Nouvelle-Calédonie, le Gouvernement peut, dans les matières qui demeurent de la compétence de l'État, étendre par ordonnances, avec les adaptations nécessaires, les dispositions de nature législative en vigueur en métropole, sous réserve que la loi n'ait pas expressément exclu, pour les dispositions en cause, le recours à cette procédure.

« Les ordonnances sont prises en Conseil des ministres après avis des assemblées délibérantes intéressées et du Conseil d'État. Elles entrent en vigueur dès leur publication. Elles deviennent caduques en l'absence de ratification par le Parlement dans le délai de dix-huit mois suivant cette publication. »

Les données chiffrées figurant dans la présente étude ont été établies
à la date du 31 décembre 2007.

I. LA PRATIQUE DES ORDONNANCES DE L'ARTICLE 38 DE LA CONSTITUTION

La première habilitation sur le fondement de l'article 38 de la Constitution résulte de la loi n° 60-101 du 4 février 1960 autorisant le Gouvernement à prendre certaines mesures relatives au maintien de l'ordre, à la sauvegarde de l'État, à la pacification et à l'administration de l'Algérie. Elle est intervenue moins d'un an et demi après l'entrée en vigueur de la Constitution.

La première loi de ratification, en revanche, n'a été adoptée que beaucoup plus tard : il s'agit de la loi n° 68-698 du 31 juillet 1968 portant ratification des ordonnances relatives à la sécurité sociale prises en application de la loi n° 67-482 du 22 juin 1967 autorisant le Gouvernement, par application de l'article 38 de la Constitution, à prendre des mesures d'ordre économique et social.

Au cours des trente premières années d'utilisation de la procédure de l'article 38 (1960-1990), quelque 25 lois d'habilitation ont été adoptées, sur le fondement desquelles 158 ordonnances ont été prises. Une trentaine seulement de ces ordonnances ont été expressément ratifiées.

Les dispositions correspondantes ont concerné des domaines très divers tels que l'Algérie, l'outre-mer, la fiscalité ou la législation sociale1(*).

Les années 1984-2003, soit une période de vingt ans, ont connu une intensification de l'utilisation de cette procédure bien que la périodicité n'en soit pas régulière2(*) :

Année

Nombre de lois contenant des mesures d'habilitation

Nombre d'ordonnances publiées

Nombre d'ordonnances expressément ratifiées

1984

0

2

8

1985

1

9

0

1986

2

8

0

1987

0

0

0

1988

0

0

0

1989

1

0

0

1990

0

2

0

1991

1

5

7

1992

1

22

22

1993

0

0

0

1994

0

0

0

1995

1

0

0

1996

3

9

2

1997

0

0

1

1998

1

20

1

1999

2

0

20

2000

1

29

0

2001

3

19

2

2002

5

12

4

2003

7

18

31

Sous-total sur 20 ans

29

155

98

2004

9

52

62

2005

10

83

9

2006

9

24

19

2007

10

11

39

Sous-total 2004-2007

38

170

129

TOTAL

67

325

227

Au cours de la dernière période quinquennale (2003-2007), le nombre de lois contenant des mesures d'habilitation dépasse celui enregistré pour les vingt années 1984-2003. Par ailleurs, au cours de ces cinq dernières années, 188 ordonnances ont été publiées, soit plus que le nombre total d'ordonnances publiées sur vingt ans de 1984 à 2003, et le nombre d'ordonnances ratifiées est également supérieur à celui des vingt années de cette même période de référence, ce qui témoigne de la volonté de garantir une meilleure sécurité juridique.

Année

Nombre de lois contenant des mesures d'habilitation

Nombre d'ordonnances publiées

Nombre d'ordonnances expressément ratifiées

2003

7

18

31

2004

9

52

62

2005

10

83

9

2006

9

24

19

2007

10

11

39

TOTAL

sur les cinq dernières années

45

188

160

La fréquence d'utilisation de la procédure de l'article 38, qui s'est renforcée après l'an 2000, a connu entre 2003 et 2005 une forte accélération avec :

- outre des mesures ponctuelles d'habilitation, deux lois de simplification du droit ayant pour objet principal d'autoriser le Gouvernement, dans de vastes domaines, à légiférer par ordonnances ;

- un nombre d'ordonnances publiées qui a presque quintuplé entre 2003 et 2005 pour atteindre le nombre record de 83 en 2005.

En revanche, le recours aux ordonnances a connu un certain ralentissement en 2006 et 2007, avec seulement 24  et 11 ordonnances publiées.

En ce qui concerne le nombre d'ordonnances ratifiées, après avoir fortement augmenté en 2003 et 2004, il a connu une diminution sensible en 2005, puis s'est à nouveau fortement accru en 2006 et 2007.

A. L'HABILITATION À LÉGIFÉRER PAR ORDONNANCE

Le nombre annuel de lois comportant une ou plusieurs mesures d'habilitation varie entre zéro et dix, pour un total de 67 en vingt-quatre ans (1984-2007). 45 ont été publiées de 2003 à 2007, soit en cinq années seulement un nombre nettement supérieur à celui observé pour les trente premières années d'utilisation de la procédure de l'article 38 de la Constitution (25 mesures d'habilitation).

De 1984 à l'été 2001, les habilitations accordées, à l'exception d'une seule, ont pour origine des projets de loi ayant pour objet exclusif d'autoriser le Gouvernement à légiférer par ordonnance. L'exception concerne, en 1985, la Nouvelle-Calédonie : l'habilitation résultait de l'article 27 de la loi n° 85-892 du 23 août 1985 qui avait un objet plus étendu puisqu'elle était relative à l'évolution de cette collectivité.

1. La période la plus récente a consacré de nouvelles pratiques en ce qui concerne le support ainsi que l'origine de la demande d'habilitation

Depuis la loi n° 2001-616 du 11 juillet 2001 relative à Mayotte, les habilitations résultent généralement d'un ou de plusieurs articles d'une loi ayant un objet plus large.

Cette pratique est caractéristique des deux années 2002 et 2003 puisque toutes les habilitations consenties résultent non de lois d'habilitation proprement dites mais de dispositions de textes ayant une portée plus étendue (soit 12 lois comportant des mesures d'habilitation) ; elle témoigne en outre d'une prise de conscience nouvelle de la nécessité d'actualiser le droit applicable outre-mer puisque les mesures d'habilitation contenues dans 11 des 12 lois susvisées concernent l'extension à l'outre-mer des dispositions législatives adoptées pour la métropole. L'année 2004 s'inscrit dans cette pratique puisque, d'une part, 6 des 9 lois promulguées contenant des mesures d'habilitation recouvrent un champ plus large que la seule habilitation et que, d'autre part, cinq desdites mesures concernent l'actualisation du droit applicable outre-mer.

Cette évolution s'est poursuivie en 2005. En effet, les 10 lois promulguées contenant des mesures d'habilitation avaient toutes un champ plus large que la seule habilitation, à l'exception notable de la loi n° 2005-846 du 26 juillet 2005 habilitant le Gouvernement à prendre, par ordonnance, des mesures d'urgence pour l'emploi. Par ailleurs, 7 mesures d'habilitation ont été prises en vue de l'actualisation du droit applicable outre-mer.

De même, en 2006 et 2007, l'ensemble des lois promulguées contenant des mesures d'habilitation ne se limitaient pas à ces seules mesures. Parmi celles-ci, 4 en 2006 et 7 en 2007 ont concerné spécifiquement l'adaptation du droit applicable outre-mer (sur un total de 9 et 10).

L'année 2003 a par ailleurs été marquée par l'adoption d'une loi contenant 32 articles habilitant le Gouvernement à légiférer par ordonnance dans les domaines les plus divers, certains articles comprenant d'ailleurs de multiples rubriques. Au 1er janvier 2006, 37 ordonnances ont été prises sur le fondement de cette loi n° 2003-591 du 2 juillet 2003 habilitant le Gouvernement à simplifier le droit.

Cet exercice a été renouvelé en 2004 avec l'adoption d'une nouvelle loi de simplification du droit (loi n° 2004-1343 du 9 décembre 2004) qui autorise le Gouvernement à légiférer par ordonnance dans des domaines aussi divers que les relations des usagers avec les administrations, le droit des sociétés, la santé et la protection sociale, la filiation, le droit de l'urbanisme et de la construction, le droit de la concurrence, l'agriculture ou encore le droit de l'environnement. Le nombre d'articles d'habilitation figurant dans ce dernier texte s'élève à 60, soit presque le double de celui contenu dans la loi de 2003 précitée. 58 ordonnances ont été prises sur le fondement de cette loi au cours de l'année 2005 et 5 au cours de l'année 2006, s'ajoutant à une ordonnance publiée dès la fin de l'année 2004.

Par ces deux lois, les années 2003 et 2004 marquent un tournant dans l'utilisation de l'article 38 de la Constitution : le champ des habilitations est désormais très vaste et les domaines juridiques concernés sont très divers.

En revanche, les années 2005 et 2006 ont vu le retour à des habilitations plus ponctuelles, sauf en ce qui concerne la loi d'habilitation du 26 juillet 2005 qui a permis au Gouvernement dirigé par M. Dominique de Villepin, Premier ministre, de mettre en oeuvre dans des délais très courts un ensemble de mesures en faveur de l'emploi.

Un nouveau projet de loi de simplification du droit a été déposé en 2006, comportant 18 articles d'habilitation, mais ce projet de loi n'a pas été examiné par le Parlement3(*). Cependant, le Gouvernement a introduit par amendement deux articles d'habilitation4(*) au sein de la proposition relative à la simplification du droit adoptée par l'Assemblée nationale le 9 octobre 2007 et devenue la loi n° 2007-1787 du 20 décembre 2007.

Pour les onze lois des années 2002 et 2003 comportant des mesures d'habilitation isolées, l'article d'habilitation figure généralement dans le projet de loi initial. Dans trois cas cependant, il en va différemment :

- il en est ainsi pour l'article 6 de la loi n° 2002-1577 du 30 décembre 2002 relative à la responsabilité médicale qui résulte d'un amendement gouvernemental présenté au cours de la première lecture d'une proposition de loi5(*) devant le Sénat ;

- de même, l'article 46 de la loi d'orientation et de programmation n° 2003-710 du 1er août 2003 pour la ville et la rénovation urbaine est issu d'un amendement du Gouvernement présenté sur le projet de loi en première lecture à l'Assemblée nationale ;

- enfin, l'article 93 de la loi n° 2003-1119 du 26 novembre 2003 relative à la maîtrise de l'immigration, au séjour des étrangers en France et à la nationalité a été introduit par voie d'amendement parlementaire6(*), alors même que l'article 38 de la Constitution désigne le seul Gouvernement comme titulaire du droit d'initiative. Saisi de cette loi, le Conseil constitutionnel n'a pas relevé ce point de procédure dans sa décision n° 2003-484 DC du 20 novembre 2003, qu'il conclut par la mention selon laquelle « il n'y a lieu, [...] de soulever d'office aucune autre question de conformité à la Constitution ».

Le Conseil constitutionnel n'avait pas davantage émis d'observation sur ce point dans sa décision n° 2003-473 DC du 26 juin 2003 sur la loi habilitant le Gouvernement à simplifier le droit, alors que cinq des trente-sept articles de ce texte ayant pour objet une habilitation avaient pour origine un amendement parlementaire7(*).

L'année 2004 a fourni cinq nouveaux exemples d'insertion de mesures d'habilitation sur initiative parlementaire : l'un figure à l'article 3 de la loi n° 2004-237 du 18 mars 2004 portant habilitation du Gouvernement à transposer, par ordonnances, des directives communautaires et à mettre en oeuvre certaines dispositions du droit communautaire ; les quatre autres résultent des articles 34, 35, 54 et 81 de la loi n° 2004-1343 du 9 décembre 2004 habilitant le Gouvernement à simplifier le droit8(*). Notons qu'une nouvelle fois le Conseil constitutionnel, dans sa décision n° 2004-506 du 2 décembre 2004 sur cette dernière loi de simplification du droit, n'a fait aucune observation sur ce point.

En revanche, alors qu'il n'était saisi de cette question ni par les députés, ni par les sénateurs, le Conseil constitutionnel a censuré l'article 10 de la loi relative aux compétences du tribunal d'instance, de la juridiction de proximité et du tribunal de grande instance, qui avait pour objet d'autoriser le Gouvernement à prendre par ordonnance les mesures permettant de rendre applicables cette loi en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie française, à Wallis-et-Futuna et à Mayotte (décision n° 2004-510 DC du 20 janvier 2005). Il a ainsi affirmé qu'il résultait du premier alinéa de l'article 38 de la Constitution que « seul le Gouvernement [pouvait] demander au Parlement l'autorisation de prendre de telles ordonnances » et, après avoir observé que « l'article 10 figurait dans le texte initial de la proposition de loi », il a estimé « qu'en l'absence de demande du Gouvernement » cette disposition devait être déclarée contraire à la Constitution.

En dépit de cette jurisprudence, on peut encore dénombrer en 2005 trois mesures d'habilitation d'initiative parlementaire.

La première concerne l'adaptation outre-mer de la loi n° 2005-5 du 5 janvier 2005 relative à la situation des maîtres des établissements d'enseignement privés sous contrat, issue d'une proposition de loi déposée à l'Assemblée nationale et non déférée au Conseil constitutionnel ; figurant à l'article 6 de la loi, la mesure d'habilitation résulte du texte de la proposition de loi soumis au vote de l'Assemblée nationale par la commission des affaires culturelles, familiales et sociales, saisie au fond.

La deuxième autorise le Gouvernement à procéder par ordonnance à la création de la partie législative du code de l'énergie ; inscrite à l'article 109 de la loi n° 2005-781 du 13 juillet 2005 de programme fixant les orientations de la politique énergétique, elle a pour origine d'un amendement adopté par le Sénat en première lecture, le 10 juin 2004, sur proposition de la commission des affaires économiques, saisie au fond, avec l'avis favorable du Gouvernement ; toutefois dans un souci de sécurité juridique, afin d'éviter une éventuelle censure, l'article contenant la mesure d'habilitation a été entièrement réécrit par un amendement du Gouvernement adopté en première lecture à l'Assemblée nationale, le 29 mars 2005. Dans sa décision n° 2005-516 DC du 7 juillet 2005 sur cette loi de programme, le Conseil constitutionnel n'a formulé aucune observation sur cette mesure d'habilitation.

La troisième a pour objet de permettre l'adaptation à Saint-Pierre-et-Miquelon de la loi n° 2005-82 du 2 août 2005 en faveur des petites et moyennes entreprises ; elle est prévue par l'article 102 de cette loi qui résulte du texte de la commission mixte paritaire ; cependant, le Conseil constitutionnel, dans sa décision n° 2005-523 DC du 29 juillet 2005, n'a pas soulevé d'office la question de la conformité à la Constitution de cette nouvelle mesure d'habilitation d'initiative parlementaire.

En revanche, d'autres nouvelles tentatives d'habilitation d'initiative parlementaire n'ont pas abouti. Par exemple, au cours de la discussion au Sénat du projet de loi d'orientation agricole, le 3 novembre 2005, M. Charles Revet a retiré un amendement tendant à habiliter le Gouvernement à modifier par ordonnance les dispositions du code général des collectivités territoriales relatives aux sections de commune, le rapporteur de la commission des affaires économiques ayant fait valoir, avec l'approbation du ministre, que cet amendement était contraire à la Constitution, se référant à la décision précitée du Conseil constitutionnel du 20 janvier 2005 sur la loi relative aux juges de proximité 9(*).

Par ailleurs, au cours de cette même séance du 3 novembre 2005 au Sénat, la discussion de l'article 3 du projet de loi d'orientation agricole, par lequel le Gouvernement demandait une habilitation pour modifier par ordonnance les dispositions du code rural relatives au statut du fermage, a donné lieu à un débat sur l'opportunité du recours aux ordonnances. Plusieurs sénateurs de l'opposition ont en effet dénoncé ce « déni du rôle du Parlement », selon l'expression de Mme Yolande Boyer. En particulier, M. Paul Raoult a déploré que le recours accru aux ordonnances conduise à « réduire le pouvoir des législateurs "comme une peau de chagrin" ».

Pour apaiser les inquiétudes des parlementaires, et en réponse aux demandes de précision du rapporteur, M. Gérard César, qui s'était également déclaré « un peu allergique aux ordonnances » tout en les jugeant « parfois nécessaires », M. Dominique Bussereau, ministre de l'agriculture, a fait distribuer en séance le projet d'ordonnance mis en cause afin d'éclairer le Sénat sur son contenu.

En 2006 et 2007, on ne relève plus d'articles d'habilitation d'origine parlementaire. En revanche, le Gouvernement a utilisé à plusieurs reprises le droit, qui lui a été expressément reconnu par le Conseil constitutionnel, dans sa décision n° 2006-534 DC du 16 mars 200610(*), de demander au Parlement l'autorisation de prendre des ordonnances en application de l'article 38 de la Constitution, non seulement par le dépôt d'un projet de loi, mais également par voie d'amendement à un texte en cours d'examen.

En effet, sur les 18 articles d'habilitation figurant dans les lois promulguées en 200611(*), cinq résultent d'un amendement présenté par le Gouvernement au cours de la discussion du texte, et un d'un sous-amendement gouvernemental à un amendement d'initiative sénatoriale12(*).

Le Conseil constitutionnel a précisé, dans cette même décision du 16 mars 2006, qu'aucune disposition constitutionnelle n'interdisait au Gouvernement de déposer un amendement l'autorisant à prendre des ordonnances devant la seconde assemblée saisie, « fût-ce immédiatement avant la réunion de la commission mixte paritaire ». Tel a en particulier été le cas de l'article 32 de la loi n° 2006-339 du 23 mars 2006 relative au retour à l'emploi et sur les droits et les devoirs des bénéficiaires des minima sociaux, tendant à habiliter le Gouvernement à instituer à titre expérimental un contrat de transition professionnelle, qui résulte d'un amendement adopté au cours de la discussion au Sénat.

En 2007, sur 16 articles d'habilitation figurant dans les lois promulguées, sept, soit près de la moitié, ont pour origine l'adoption d'un amendement présenté par le Gouvernement au cours de la discussion du texte.

Sur une période de vingt ans (1984-2003), les deux tiers des projets de texte contenant des mesures d'habilitation ont été déposés et discutés en premier lieu devant l'Assemblée nationale.

Toutefois, la fréquence du dépôt en priorité devant le Sénat s'est nettement accrue à partir de 1999 puisque sur la dizaine de textes déposés sur son bureau au cours des vingt années considérées, sept l'ont été depuis cette date. En 2004, cinq des neuf lois contenant des mesures d'habilitation ont fait l'objet d'un examen en priorité par le Sénat. En 2005, quatre des dix lois comprenant des articles d'habilitation ont été examinées en premier lieu au Sénat ; cependant, le seul projet de loi ayant exclusivement pour objet une habilitation, relatif aux mesures d'urgence pour l'emploi, a été déposé sur le bureau de l'Assemblée nationale. En 2006, parmi les cinq lois qui comportaient dans le texte du projet de loi initial des mesures d'habilitation, deux ont été déposées en premier lieu au Sénat et trois à l'Assemblée nationale. En 2007, on dénombre six lois qui prévoyaient des mesures d'habilitation dès le stade du projet de loi initial, dont la moitié avait été déposée sur le bureau du Sénat et l'autre moitié sur le bureau de l'Assemblée nationale.

2. Les délais d'habilitation se sont sensiblement allongés au cours des dernières années et l'habilitation a parfois dû être renouvelée ou prorogée

Les délais d'habilitation consentis par le Parlement au Gouvernement pour prendre des ordonnances se sont sensiblement allongés au cours de la période la plus récente : jusqu'en 2001, le délai n'était qu'exceptionnellement d'un an ou davantage, tandis qu'à partir de 2002 une année a constitué la norme.

S'agissant des habilitations concernant l'outre-mer, le délai est le plus souvent supérieur à celui prévu pour l'adoption des autres ordonnances, ce qui s'explique par la double nécessité de prévoir des adaptations tenant compte des spécificités locales et de consulter les assemblées délibérantes. En 2003, la loi n° 2003-660 du 21 juillet 2003 de programme pour l'outre-mer prévoit même, selon les domaines de l'habilitation, des délais de dix-huit, vingt-quatre ou trente mois.

Entre 1984 et 2001, le délai imparti oscille en général entre trois et neuf mois. Il a cependant été une fois inférieur à deux mois13(*) et une autre fois de plus de dix-huit mois14(*).

En 2004, les délais impartis pour prendre les ordonnances sont de six, neuf, douze, quinze, dix-huit ou vingt-quatre mois. Seule la loi n° 2004-1343 du 9 décembre 2004 de simplification du droit prévoit certains délais inférieurs à un an ; dans tous les autres cas, le délai est au minimum fixé à douze mois, ce qui confirme la tendance à l'allongement.

En 2005, les délais d'habilitation fixés sont allés de deux mois, s'agissant des mesures d'urgence pour l'emploi prévues par la loi d'habilitation n° 2005-846 du 26 juillet 2005, à trente-six mois pour le code de l'énergie et le code des mines prévus par l'article 109 de la loi n° 2005-781 du 13 juillet 2005, le délai le plus fréquemment choisi étant de douze mois.

En 2006, les délais d'habilitation ont été fixés entre deux mois (pour l'expérimentation du contrat de transition professionnelle prévu par la loi n° 2006-339 du 23 mars 2006 et pour l'ordonnance relative aux sociétés anonymes de crédit immobilier prévue par l'article 51 de la loi n° 2006-872 du 13 juillet 2006) et dix-huit mois (pour trois mesures d'adaptation du droit applicable outre-mer).

En 2007, les délais d'habilitation se sont échelonnés de trois mois (pour certaines ordonnances prévues par la loi n° 2007-248 du 26 février 2007 portant diverses dispositions d'adaptation au droit communautaire dans le domaine du médicament) à près de vingt-et-un mois (pour l'extension à l'outre-mer de la loi n° 2007-308 du 5 mars 2007 portant réforme de la protection juridique des majeurs15(*)).

Par ailleurs, en 2004, la loi n° 2004-1343 du 9 décembre 2004 de simplification du droit a renouvelé, pour des délais variables allant de 6 à 18 mois, certaines habilitations non utilisées de la loi n° 2003-591 du 2 juillet 2003 habilitant le Gouvernement à simplifier le droit, les ordonnances prévues n'ayant pu être finalisées dans les délais initialement fixés.

Ces habilitations concernaient :

- le code de l'organisation judiciaire (habilitation prévue au 4° de l'article 33 de la loi du 2 juillet 2003 et renouvelée à l'article 86 de la loi du 9 décembre 2004, ce qui a finalement abouti à l'ordonnance n° 2006-673 du 8 juin 2006 portant refonte du code de l'organisation judiciaire et modifiant le code de commerce, le code rural et le code de procédure pénale) ;

- le code de l'artisanat, le code des propriétés publiques et le code monétaire et financier (habilitation prévue aux 1°, 2° et 4° de l'article 34 de la loi du 2 juillet 2003 et renouvelée aux articles 89 et 90 de la loi du 9 décembre 2004, ce qui a donné lieu à la publication de l'ordonnance n° 2005-429 du 6 mai 2005 modifiant le code monétaire et financier)16(*) ;

- les marchés publics (habilitation prévue à l'article 5 de la loi du 2 juillet 2003 et renouvelée à l'article 65 de la loi du 9 décembre 2004, ce qui a permis la publication des ordonnances n° 2005-645 du 6 juin 2005 relative aux procédures de passation des marchés publics des collectivités territoriales et n° 2005-649 du 6 juin 2005 relative aux marchés passés par certaines personnes publiques ou privées non soumises au code des marchés publics) ;

- la substitution de régimes de déclaration à certains régimes d'autorisation préalable pour les entreprises (habilitation prévue à l'article 22 de la loi du 2 juillet 2003 et renouvelée à l'article 27 de la loi du 9 décembre 2004)17(*) ;

- le régime social des travailleurs indépendants (habilitation prévue au 5° de l'article 24 de la loi du 2 juillet 2003 et renouvelée au 12° de l'article 71 de la loi du 9 décembre 2004, ce qui a permis la publication des ordonnances n° 2005-299 du 31 mars 2005 relative à la création à titre provisoire d'institutions communes aux régimes de sécurité sociale des travailleurs indépendants, n° 2005-1528 du 8 décembre 2005 relative à la création du régime social des indépendants et n° 2005-1529 du 8 décembre 2005 instituant un interlocuteur social unique pour les indépendants) ;

- et l'exercice des activités relatives à l'organisation et à la vente de séjours ou de voyages (habilitation prévue à l'article 27 de la loi du 2 juillet 2003 et renouvelée à l'article 88 de la loi du 9 décembre 2004, ce qui a donné lieu à la publication de l'ordonnance n° 2005-171 du 24 février 2005 relative à l'organisation et à la vente de voyages et de séjours).

De même, en 2005, dans deux cas, les habilitations ont consisté en réalité à renouveler des habilitations précédemment accordées par le Parlement, concernant le domaine public et privé des personnes publiques et le régime juridique des organismes de placement collectif dans l'immobilier (OPCI) (articles 48 et 50 de la loi n° 2005-842 du 26 juillet 2005 pour la confiance et la modernisation de l'économie).

- En ce qui concerne le droit du domaine public et privé, une première habilitation résultant de l'article 34 de la loi n° 2003-591 du 2 juillet 2003 habilitant le Gouvernement à simplifier le droit avait autorisé le Gouvernement à prendre par ordonnance des mesures d'ordre législatif dans ce domaine, avec pour perspective la rédaction d'un code des propriétés publiques, le délai d'habilitation, fixé à dix-huit mois, courant jusqu'au 3 janvier 2005.

Dans ce délai, le Gouvernement avait pris une ordonnance (n° 2004-825 du 19 août 2004 relative au statut des immeubles à usage de bureaux et des immeubles dans lesquels est effectué le contrôle technique des véhicules et modifiant le code du domaine de l'État), mais n'avait pas épuisé le champ de l'habilitation.

Aussi, lors de la discussion de la loi du 9 décembre 2004 de simplification du droit, le Gouvernement a-t-il demandé la prorogation de l'habilitation à rédiger un code des propriétés publiques, ce qui a donné lieu à l'adoption de l'article 89 de ladite loi, résultant d'un amendement gouvernemental reprenant les termes exacts de la précédente habilitation en prolongeant sa durée pour six mois, c'est-à-dire jusqu'au 10 juin 2005.

L'article 48 de la loi du 26 juillet 2005, qui figurait dans le projet de loi initial, a renouvelé cette même habilitation pour neuf mois supplémentaires, ce qui a permis la publication de l'ordonnance n° 2006-460 du 21 avril 2006 relative à la partie législative du code général de la propriété des personnes publiques.

- En ce qui concerne le régime juridique des OPCI, une première habilitation du Gouvernement à prendre une ordonnance dans ce domaine avait été accordée par l'article 81 de la loi du 9 décembre 2004 de simplification du droit, pour une durée de six mois. L'ordonnance n'ayant pu être finalisée dans ce délai, une nouvelle habilitation a été accordée, pour un délai de trois mois, par l'article 50 de la loi n° 2005-842 du 26 juillet 2005, résultant de l'adoption d'un amendement gouvernemental adopté par le Sénat en première lecture. Il est à noter que l'initiative de ce renouvellement avait en fait été prise par la commission des finances du Sénat, qui a en séance retiré son amendement au profit d'un amendement identique du Gouvernement. Cette nouvelle habilitation a permis la publication de l'ordonnance n°  2005-1278 du 13 octobre 2005 définissant le régime juridique des organismes de placement collectif immobilier et les modalités de transformation des sociétés civiles de placement immobilier en organismes de placement collectif immobilier.

En outre, une autre prorogation de délai d'habilitation a été effectuée par une modification de l'article d'habilitation initial. L'article 10 de la loi n° 2005-809 du 20 juillet 2005 relative aux concessions d'aménagement a en effet prorogé de six mois le délai accordé au Gouvernement par l'article 92 de la loi du 9 décembre 2004 pour réformer par ordonnance les différents régimes d'enquêtes publiques, en se contentant de modifier la date limite de prise des ordonnances figurant dans l'habilitation initiale.

Le délai initialement envisagé par le Gouvernement pour prendre cette ordonnance était de dix-huit mois à compter de la promulgation de la loi, mais le Parlement avait préféré le réduire à un an. Ce délai n'ayant pas suffi pour achever l'élaboration de cette ordonnance, le Gouvernement a proposé, en première lecture du projet de loi relatif aux concessions d'aménagement à l'Assemblée nationale, un amendement tendant à porter le délai d'habilitation à dix-huit mois (ce qui revient à l'allonger jusqu'au 9 juin 2006) ; cet amendement est devenu l'article 10 de la loi n° 2005-809 du 20 juillet 2005. En dépit de cette prorogation, l'ordonnance n'a cependant pas été prise dans le délai imparti.

En 2006, à nouveau deux habilitations ont eu pour objet de renouveler des habilitations précédemment consenties pour des travaux de codification non achevés dans les délais prévus.

D'une part, l'article 55 de la loi n° 2006-10 du 5 janvier 2006 relative à la sécurité et au développement des transports a prorogé de six mois, par une simple modification de références, le délai accordé au Gouvernement par l'article 92 de la loi n° 2004-1343 du 9 décembre 2004 pour procéder par ordonnance à l'adoption de la partie législative du code des transports, initialement fixé à dix-huit mois à compter de la publication de cette dernière loi. Cependant, nonobstant de cette prorogation, l'habilitation n'a pu être utilisée dans le délai imparti qui a expiré le 10 décembre 2006.

D'autre part, les travaux de réécriture du code du travail n'ayant pu être menés à bien dans les délais initialement fixés, l'article 57 de la loi n° 2006-1770 du 30 décembre 2006 pour le développement de la participation et de l'actionnariat salarié et portant diverses dispositions d'ordre économique et social a renouvelé pour une durée de neuf mois l'habilitation qui avait été donnée au Gouvernement par l'article 84 de la loi n° 2004-1343 du 9 décembre 2004 pour procéder à l'« adaptation » de la partie législative du code du travail afin d'y inclure les dispositions de nature législative non encore codifiées ou de remédier aux éventuelles erreurs ou insuffisances de codification, la nouvelle habilitation précisant explicitement que cette adaptation devait être effectuée « à droit constant ». Cette habilitation a finalement donné lieu à la publication de l'ordonnance n° 2007-329 du 12 mars 2007 relative au code du travail18(*).

Par ailleurs, sur l'initiative de la commission des finances de l'Assemblée nationale, l'article 27 de la loi n° 2006-387 du 31 mars 2006 relative aux offres publiques d'acquisition a procédé à la correction d'une erreur matérielle qui s'était glissée dans la rédaction de l'article 48 de la loi n° 2005-842 du 26 juillet 2005 pour la confiance et la modernisation de l'économie, qui avait renouvelé, pour une durée de neuf mois à compter de sa publication, l'habilitation du Gouvernement à prendre par ordonnance des mesures législatives tendant à modifier et à compléter le droit du domaine des personnes morales de droit public. Cette erreur matérielle a ainsi pu être corrigée moins d'un mois avant l'expiration du délai fixé pour l'habilitation. Celle-ci a finalement donné lieu à la publication de l'ordonnance n° 2006-460 du 21 avril 2006, qui comporte dans ses visas, la référence à la loi n° 2005-842 du 26 juillet 2005 pour la confiance et la modernisation de l'économie, modifiée par la loi n° 2006-387 du 31 mars 2006 relative aux offres publiques d'acquisition, notamment son article 48.

Il est à noter que l'amendement de la commission des finances de l'Assemblée nationale s'étant limité à la simple correction d'une erreur matérielle, il peut ne pas être considéré comme une habilitation d'initiative parlementaire, qui aurait été contraire à la jurisprudence du Conseil constitutionnel résultant de la décision précitée n° 2004-510 DC du 20 janvier 2005. La loi n° 2006-387 du 31 mars 2006 n'ayant pas été déférée au Conseil constitutionnel, celui-ci n'a cependant pas été appelé à se prononcer sur ce point.

En 2007, trois habilitations ont à nouveau consisté en réalité à renouveler des habilitations déjà consenties précédemment. Dans deux cas sur trois, il s'agissait de permettre l'achèvement de travaux de codification n'ayant pu être menés à bien dans les délais prévus.

Premièrement, l'habilitation prévue par la loi n° 2004-1343 du 9 décembre 2004 de simplification du droit pour procéder à l'adoption de la partie législative du code général de la fonction publique n'ayant pu être utilisée dans le délai imparti de 18 mois, elle a été reprise à l'article 56 de la loi n° 2007-148 du 2 février 2007 de modernisation de la fonction publique, qui laisse au Gouvernement un nouveau délai de 18 mois pour réaliser cette codification.

Deuxièmement, le Gouvernement s'est trouvé dans l'impossibilité de respecter le délai de 18 mois prévu par l'article 5 de la loi n° 2005-811 du 20 juillet 2005 portant diverses dispositions d'adaptation au droit communautaire dans le domaine des marchés financiers pour prendre par ordonnance les mesures législatives de transposition de la directive 2004/39/CE du 21 avril 2004 concernant les marchés d'instruments financiers (dite directive MIF). En effet, les négociations concernant la directive et le règlement d'application ont été particulièrement longues et la transposition impliquait d'importantes modifications de la partie législative du code monétaire et financier, ainsi que de nombreuses mesures réglementaires. Aussi le Gouvernement a-t-il sollicité une nouvelle habilitation jusqu'au 1er novembre 2007, date d'entrée en vigueur de la directive, qui lui a été accordée par l'article 9 de la loi n° 2007-212 du 20 février 2007 portant diverses dispositions intéressant la Banque de France. Cette nouvelle habilitation a permis la publication de l'ordonnance n° 2007-544 du 12 avril 2007, relative aux marchés financiers.

Troisièmement, l'habilitation prévue par l'article 84 de la loi n° 2004-1343 du 9 décembre 2004 de simplification du droit pour procéder à l'adoption de la partie législative du code des transports, qui n'avait pu être utilisée dans le délai imparti, malgré une première prorogation de six mois19(*), a été renouvelée, jusqu'au 31 décembre 2008, par l'article 28 de la loi n° 2007-1787 du 20 décembre 2007 de simplification du droit.

3. Une situation nouvelle apparue depuis 2002 : l'habilitation non utilisée

Au cours des vingt années 1984-2003, l'habilitation demandée a toujours été utilisée, à deux exceptions près.

En effet, en 2002, deux mesures d'habilitation sont restées non appliquées, toutes deux concernant l'actualisation du droit applicable outre-mer : la première, résultant de l'article 8 de la loi n° 2002-1094 du 29 août 2002 d'orientation et de programmation pour la sécurité intérieure, avait pour objet d'étendre par ordonnance, dans un délai de neuf mois, deux dispositions de cette loi à la Nouvelle-Calédonie, à la Polynésie française, aux îles Wallis et Futuna, à Mayotte et à Saint-Pierre-et-Miquelon ; la seconde, résultant de l'article 6 de la loi n° 2002-1577 du 30 décembre 2002 relative à la responsabilité médicale, tendait à rendre applicable cette loi ainsi que les dispositions relatives à la réparation des conséquences des risques sanitaires instituées par la loi n° 2002-303 du 4 mars 2002 aux collectivités susvisées ainsi qu'au territoire des Terres australes et antarctiques françaises.

Un certain nombre d'habilitations prévues par la loi n° 2003-591 du 2 juillet 2003 n'ont pas été utilisées par le Gouvernement.

Hormis les habilitations renouvelées par la loi n° 2004-1343 du 9 décembre 2004 de simplification du droit20(*), deux autres habilitations figurant dans la loi du 2 juillet 2003 ont finalement fait l'objet, non d'ordonnances, mais de dispositions législatives spécifiques.

Il s'agit des habilitations concernant :

- le nantissement des fonds de commerce (habilitation prévue par le 1° de l'article 26), qui a fait l'objet des dispositions de l'article 3 de la loi n° 2003-721 du 1er août 2003 sur l'initiative économique ;

- la simplification des procédures de contrôle de légalité des actes des collectivités territoriales (habilitation prévue par l'article 28), qui a fait l'objet des dispositions de l'article 139 de la loi n° 2004-809 du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales.

En revanche, l'habilitation prévue à l'article 11 de la loi du 2 juillet 2003, autorisant le Gouvernement à prendre des mesures destinées à préciser les conditions d'établissement de la possession d'état de Français, est restée inutilisée et aucune mesure législative n'a été adoptée en ce domaine.

Par ailleurs, l'habilitation prévue par l'article 75 de la loi n° 2004-130 du 11 février 2004 réformant le statut de certaines professions judiciaires et juridiques, des experts judiciaires, des conseils en propriété industrielle et des experts en ventes aux enchères publiques, en vue de l'extension de cette loi à l'outre-mer n'a pas été utilisée dans les délais fixés.

Cependant, le Gouvernement a conservé la faculté de procéder à cette extension par ordonnance dans le cadre de l'habilitation permanente que lui confère désormais l'article 74-1 de la Constitution pour l'actualisation du droit applicable outre-mer, ce qu'il a fait en publiant l'ordonnance n° 2006-639 du 1er juin 2006 portant extension et adaptation outre-mer de dispositions réformant le statut des avocats, des notaires, des experts judiciaires, des conseils en propriété industrielle et des administrateurs judiciaires, qui a été ratifiée par la loi n° 2007-224 du 21 février 2007, dans le délai de dix-huit mois prévu par la Constitution.

Enfin, on constate que certaines habilitations prévues par la loi n° 2004-1343 du 9 décembre 2004 de simplification du droit n'ont pas été utilisées dans les délais impartis.

Deux d'entre elles, concernant respectivement le code des propriétés publiques et le régime juridique des organismes de placement collectif dans l'immobilier (OPCI) ont fait l'objet d'un renouvellement en 2005.21(*)

En revanche, d'autres habilitations de la loi du 9 décembre 2004, inutilisées dans les délais fixés, n'ont fait l'objet d'aucun renouvellement.

Il s'agit, d'une part, de deux habilitations prévues pour un délai de 6 mois :

- à l'article 32 (simplification de certaines procédures effectuées par les juges d'instance) ;

- à l'article 59 (régime budgétaire et comptable applicable aux établissements publics à caractère scientifique et technique).

D'autre part, n'ont pas non plus été utilisées, dans le délai de 12 mois imparti au Gouvernement, les habilitations prévues :

- à l'article 2 (harmonisation des règles de retrait des actes administratifs) ;

- à l'article 22 (harmonisation de la définition des surfaces bâties prises en compte pour l'application des législations de l'urbanisme, de l'habitat et de la construction) ;

- à l'article 27 (substitution de régimes déclaratifs à certains régimes d'autorisation administrative préalable pour les entreprises) ;

- à l'article 56 (harmonisation du cadre législatif des groupements d'intérêt public) ;

- aux 2°, 3°, 7°, 9°, 13° et 15° de l'article 71 (dispositions diverses en matière de sécurité sociale) ;

L'ordonnance prévue par l'article 60 de la loi du 9 décembre 2004 pour simplifier et harmoniser les règles relatives aux enquêtes publiques n'a pas non plus été publiée, en dépit de la prorogation du délai d'habilitation réalisée par l'article 10 de la loi n° 2005-809 du 20 juillet 2005 relatives aux concessions d'aménagement.

L'habilitation du Gouvernement à élaborer par ordonnance un code des métiers et de l'artisanat, initialement prévue par l'article 34 de la loi du 2 juillet 2003, puis renouvelée à l'article 90 de la loi du 9 décembre 2004, est finalement restée inutilisée, la rédaction du projet d'ordonnance n'ayant pu être menée à bien dans les délais impartis en dépit du renouvellement de l'habilitation, ce qu'a déploré la commission des affaires économiques du Sénat dans le cadre de son contrôle de l'application des lois.

L'élaboration des parties législatives du code de l'administration, du code de la commande publique, du code général de la fonction publique et du code des transports22(*), n'a pas non plus pu être réalisée dans le délai de 18 mois fixé par l'article 84 de la loi du 9 décembre 2004. Il en a été de même de l'adaptation des parties législatives des codes de l'action sociale et des familles, de la santé publique, de la sécurité sociale et du travail23(*), ainsi que de la modification du code de l'expropriation pour cause d'utilité publique, pour lesquels les articles 84 et 85 de la loi du 9 décembre 2004 avaient fixé un délai d'habilitation de dix-huit mois.

En outre, l'habilitation figurant à l'article 66 de la loi n° 2006-1640 du 21 décembre 2006 de financement de la sécurité sociale pour 2007, qui devait permettre au Gouvernement de prendre, avant le 30 avril 2007, des mesures destinées à limiter les conséquences de la mise en jeu de la responsabilité civile médicale et à maîtriser les charges en résultant pour les médecins concernés, est restée inutilisée, les négociations engagées avec les professionnels sur ce sujet n'ayant pu aboutir dans ce bref délai.

De même, diverses mesures d'habilitation à adapter par ordonnances le droit applicable outre-mer, prévues par des lois adoptées en 2004, 2005 et 2006, sont restées inutilisées, aucune ordonnance n'ayant été publiée dans le délai d'habilitation24(*).

On observera cependant sur ce point que l'habilitation permanente résultant de l'article 74-1 de la Constitution permettra au Gouvernement de procéder à ces adaptations du droit applicable outre-mer sans avoir à solliciter de nouvelles habilitations.

Par ailleurs, il est à noter qu'en 2007, nonobstant les dispositions de l'article 38 de la Constitution prévoyant le dépôt d'un projet de loi de ratification « avant la date fixée par la loi d'habilitation », une mesure d'habilitation n'a prévu aucun délai pour le dépôt du projet de loi de ratification : il s'agit de l'article 14 de la loi n° 2007-1774 du 17 décembre 2007 portant diverses dispositions d'adaptation au droit communautaire dans les domaines économique et financier, qui habilite le Gouvernement à étendre les dispositions de cette loi dans les collectivités d'outre-mer et en Nouvelle-Calédonie. D'après les travaux préparatoires de ce texte, il semble avoir été considéré que le délai d'un an à compter de la promulgation de la loi, fixé pour l'habilitation, s'appliquerait également pour le dépôt du projet de loi de ratification25(*).

B. LES ORDONNANCES

1. Des vagues annuelles d'ordonnances de plus en plus importantes depuis 2000, mais un net ralentissement en 2006 et 2007

Le nombre annuel d'ordonnances publiées varie, au cours des vingt- quatre dernières années, de zéro à 83 ; cependant, la tendance est à une forte hausse depuis 2000 (29 ordonnances), qui s'est intensifiée en 2004 et 2005, mais nettement ralentie en 2006 et 2007.

 

2003

2004

2005

2006

2007

Total sur cinq ans

Nombre d'ordonnances publiées

18

52

83

24

11

188

De 1984 à 2007, 325 ordonnances ont été publiées dont plus des trois quarts depuis l'année 2000. En 2004, le nombre d'ordonnances publiées, s'élevant à 52, avait déjà atteint un sommet puisque cela représentait quasiment le quart du total des ordonnances publiées au cours des vingt et une dernières années. Cependant, ce sommet a été très largement dépassé en 2005, avec un nombre record de 83 ordonnances publiées sur le fondement de l'article 38 de la Constitution26(*), soit plus du tiers du total des ordonnances publiées au cours des vingt-deux dernières années. En revanche, en 2006, seules 24 ordonnances ont été publiées en application de l'article 38 de la Constitution27(*), et en 2007, on n'a dénombré que 11 ordonnances prises en application de cet article28(*).

On observe que, entre 2000 et 2003, la proportion de textes intervenus dans le domaine de la loi correspondant à des ordonnances se situe entre le quart et les deux cinquièmes (ce calcul exclut du décompte les lois constitutionnelles et les lois portant approbation ou ratification d'accords, conventions ou traités internationaux). Cette proportion s'établit à plus de 56,5% en 2004 : pour la première fois, plus de la moitié des textes intervenus dans le domaine de la loi (hors lois constitutionnelles, lois portant approbation ou ratification d'accords, conventions ou traités internationaux) sont des ordonnances.

Cette situation s'est reproduite en 2005, avec une proportion de 63,3 %. En revanche, en 2006 et en 2007, cette proportion n'est plus que de respectivement 34,8 % et 22,5 %.

2. Une banalisation des domaines concernés par la législation par voie d'ordonnance

Sur l'ensemble de la période, la législation par voie d'ordonnance a connu des domaines de prédilection.

De 1990 à 2002, cette partie de la législation a essentiellement concerné l'actualisation du droit applicable outre-mer, la transposition de textes européens et la codification : sur un total de 118 ordonnances pour la période considérée, 83 (soit 70 %) concernent l'outre-mer, 17 la transposition de textes européens et 12 l'adoption de codes ; les 6 ordonnances restantes sont intervenues en matière de protection sociale et de finances sociales (5 ordonnances en 1996) et pour tenir compte de l'introduction de l'euro (1 ordonnance en 2000).

À cet égard, l'année 2003 se singularise et marque un tournant : sur les 18 ordonnances publiées, seulement 5 concernent l'outre-mer ; les 13 autres touchent aux domaines les plus divers (mesures de simplification en matière électorale ou fiscale, en matière de droit du travail et de formalités à accomplir par les professionnels ou encore en matière de permis de chasse, droit des collectivités territoriales, droit rural ou droit social).

Sur le fondement des lois d'habilitation n° 2003-591 du 2 juillet 2003 et n° 2004-1343 du 9 décembre 2004, portant habilitation du Gouvernement à simplifier le droit, cette diversification s'est activement poursuivie, révélatrice d'une banalisation de la législation par ordonnance. Au 31 décembre 2004, le nombre d'ordonnances prises sur le fondement de la loi n° 2003-591 précitée était de 37 et une ordonnance, prise sur le fondement de la loi n° 2004-1343, avait déjà été publiée.

En 2005, pas moins de 58 ordonnances ont été prises sur le fondement de la loi n° 2004-1343 du 9 décembre 2004 de simplification du droit, dans les domaines les plus variés touchant la plupart des branches du droit, y compris le droit civil.29(*)

La mise en oeuvre des habilitations prévues par la loi du 9 décembre 2004 s'est achevée en 2006 avec encore 5 ordonnances publiées sur ce fondement, certaines habilitations étant cependant restées inutilisées30(*).

Par ailleurs, l'adaptation du droit applicable outre-mer s'est poursuivie en 2004 et 2005 avec plus d'une dizaine d'ordonnances publiées par an en application de l'article 38 de la Constitution, auxquelles sont venues s'ajouter en 2005 les deux premières ordonnances prises sur le fondement de l'article 74-1 de la Constitution. En 2006, les ordonnances concernant l'adaptation du droit applicable outre-mer se sont réparties quasiment à part égales entre ordonnances prises sur le fondement de l'article 38 de la Constitution (5 ordonnances) et ordonnances prises sur le fondement de l'article 74-1 de la Constitution (4 ordonnances). De même, en 2007, les ordonnances relatives à l'outre-mer ont été prises pour moitié sur le fondement de l'article 38 (4 ordonnances) et pour moitié sur le fondement de l'article 74-1 (4 ordonnances).

C. LA RATIFICATION DES ORDONNANCES

De 1984 à 2003, 24 lois portant ratification d'ordonnances ou contenant des dispositions ayant un tel objet ont été publiées. Ces lois ont permis de ratifier expressément 98 ordonnances, soit 63 % du nombre total d'ordonnances publiées au cours de cette période.

L'année 2004 a permis de ratifier 62 ordonnances supplémentaires dont 57 ratifiées par la seule loi n° 2004-1343 du 9 décembre 2004 de simplification du droit31(*). En revanche, seules 9 ordonnances prises en application de l'article 38 de la Constitution ont été expressément ratifiées en 2005, et 19 en 200632(*). En 2007, le nombre de ratifications expresses s'est à nouveau fortement accru, avec 39 ordonnances ratifiées au total, dont 25 par la seule loi n° 2007-224 du 21 février 2007 portant dispositions statutaires et institutionnelles relatives à l'outre-mer33(*).

1. Une pratique fluctuante de la ratification et des délais de ratification qui ont eu tendance à s'allonger

Alors que les ordonnances prises en 1985 et 1986, soit un total de 17 ordonnances, n'ont jamais été expressément ratifiées, celles prises de 1990 à 1992, soit 29 ordonnances concernant l'actualisation du droit applicable outre-mer, ont toutes fait l'objet d'une ratification expresse, pour 27 d'entre elles au cours de l'année qui a suivi leur publication. Sur ces 29 ordonnances, 12 ont même été ratifiées dans un délai inférieur à trois mois. Si les 20 ordonnances prises en 1998 ont été ratifiées dès l'année suivante, 5 ordonnances publiées en 1996 n'ont jamais été expressément ratifiées.

Enfin, les années 2003 et 2004 se caractérisent par un effort pour combler le retard pris en matière de ratification des ordonnances, avec 93 ordonnances ratifiées en deux ans, soit plus que de 1984 à 2002. A l'exception des années 1992 et 1999 pour lesquelles on dénombre chaque fois une vingtaine d'ordonnances ratifiées, les ratifications n'intervenaient jusqu'à présent que de façon ponctuelle, créant une situation de précarité juridique. Sur les 78 ordonnances publiées de 2000 à 2003, une dizaine restent encore non ratifiées au 31 décembre 2006 (4 de 2000, 4 de 2002 et 2 de 2003).

Les délais de ratification ont eu tendance à s'allonger dans la période récente. Les ordonnances adoptant la partie législative de codes ont été tout particulièrement concernées par cet allongement des délais entre la date de publication de l'ordonnance et l'entrée en vigueur de la mesure de ratification. Sur neuf codes adoptés par voie d'ordonnance en 2000, six ont ainsi fait l'objet d'une ratification dans un délai supérieur à trente mois ; le plus court délai, légèrement supérieur à un an, a bénéficié au code de l'action sociale et des familles et le plus long, de trente huit mois, a concerné le code de justice administrative.

On observe que le Parlement a pris l'initiative de ratifier cinq codes :

- l'ordonnance n° 2000-1249 du 21 décembre 2000 relative à la partie législative du code de l'action sociale et des familles a été ratifiée par l'article 87 de la loi n° 2002-2 du 2 janvier 2002 rénovant l'action sociale et médico-sociale, la mesure de ratification ayant été introduite en commission mixte paritaire à l'initiative des deux rapporteurs ;

- l'ordonnance n° 2000-548 du 15 juin 2000 relative à la partie législative du code de la santé publique a été ratifiée par l'article 92 de la loi n° 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé, la mesure de ratification ayant été introduite par un amendement présenté par le rapporteur de la commission des affaires sociales en première lecture au Sénat, le 6 février 2002 ;

- l'ordonnance n° 2000-912 du 18 septembre 2000 relative à la partie législative du code de commerce a été ratifiée par l'article 50 de la loi n° 2003-7 du 3 janvier 2003 modifiant le livre VIII du code de commerce, introduit en commission mixte paritaire à l'initiative des deux rapporteurs ;

- l'ordonnance n° 2004-178 du 20 février 2004 relative à la partie législative du code du patrimoine a été ratifiée par l'article 78 de la loi n° 2004-1343 du 9 décembre 2004 de simplification du droit, la mesure de ratification ayant été introduite à l'initiative du rapporteur de la commission des lois de l'Assemblée nationale en première lecture le 10 juin 2004 ;

- l'ordonnance n° 2004-545 du 11 juin 2004 relative à la partie législative du code de la recherche a été ratifiée par l'article 78 de la loi n° 2004-1343 précitée, la mesure de ratification ayant été introduite à l'initiative du rapporteur pour avis de la commission des affaires économiques du Sénat, en première lecture, le 14 octobre 2004.

2. Comme pour les habilitations, de nouvelles pratiques sont apparues en ce qui concerne le support et l'origine des mesures de ratification

Au cours de la période 1984-2004, les projets de loi de ratification ont, à deux exceptions près, toujours été déposés dans le délai prescrit par la loi d'habilitation comme cela est exigé par l'article 38 de la Constitution, à peine de caducité des ordonnances.

Deux ordonnances ont ainsi été frappées de caducité : l'ordonnance n° 2000-1255 du 21 décembre 2000 modifiant certaines dispositions annexées à l'ordonnance n° 2000-930 du 22 septembre 2000 relative à la partie législative du code de la route34(*) et l'ordonnance n° 2002-327 du 7 mars 2002 portant adaptation de la législation relative aux transports intérieurs dans les départements de Guadeloupe, de Guyane et de Martinique et création d'agences des transports publics de personnes dans ces départements.

Par ailleurs, à compter de 2003, plusieurs ordonnances n'ayant pas donné lieu au dépôt d'un projet de loi de ratification n'ont cependant pas été frappées de caducité car elles ont été expressément ratifiées par une loi dont la promulgation est intervenue avant l'expiration du délai imparti pour le dépôt du projet de loi de ratification :

- la première fut publiée en 200335(*) ;

- trois autres cas peuvent être cités au titre de l'année 200436(*) ;

- deux autres cas ont encore été constatés en 200537(*) ;

- trois autres cas peuvent être relevés en 200638(*) ;

- enfin, on dénombre quatre cas en 200739(*).

Le 11 juillet 2005, l'examen par le Sénat d'un amendement du Gouvernement tendant à la ratification de l'ordonnance n° 2005-727 du 30 juin 2005 portant diverses dispositions relatives à la simplification des commissions administratives a donné lieu à un débat sur le bien-fondé du recours à cette méthode de ratification.

M. Jean-Jacques Hyest, président de la commission des lois, a fait observer qu'il s'agissait d'une « ratification validation » dans la mesure où « selon le Conseil d'État, l'ordonnance, telle qu'elle a été prise, n'est pas conforme à la loi d'habilitation. »

Plus généralement, M. Hugues Portelli a contesté la procédure de ratification des ordonnances par amendement, estimant que : « le fait de déposer un amendement tendant à insérer un article additionnel dans un projet de loi de manière à ratifier une ordonnance [était] contraire à l'esprit de la Constitution de 1958 » et que « la ratification d'ordonnances [devait] donner lieu au dépôt de textes spécifiques. »

Par ailleurs, il est à noter que le Gouvernement a inclus dans le projet de loi portant diverses dispositions d'adaptation du droit communautaire dans le domaine de l'environnement40(*) un article prévoyant la ratification de l'ordonnance n° 2004-1199 du 12 novembre 2004 sur la gestion du bruit dans l'environnement, alors même que celle-ci avait déjà fait l'objet du dépôt d'un projet de loi de ratification devant le Sénat 41(*).

Sur la période 1984-2003, le nombre de projets de loi de ratification déposés devant le Sénat équivaut sensiblement à celui des projets de loi de ratification déposés devant l'Assemblée nationale. Cela se vérifie à nouveau en 2004 et 2005. En revanche, en 2006, on a dénombré deux fois plus de dépôts de projets de loi de ratification au Sénat qu'à l'Assemblée nationale. En 2007, les projets de loi de ratification ont presque tous été déposés au Sénat.42(*)

On observe par ailleurs qu'à partir de 1999, et contrairement à ce qui se pratiquait antérieurement, y compris lorsque le champ de l'habilitation était large et les objets des ordonnances divers, plusieurs projets de loi de ratification sont déposés pour une même loi d'habilitation ayant donné lieu à une série d'ordonnances, chaque projet de loi étant renvoyé à la commission compétente sur le fond.

Ce renvoi vers la commission compétente en fonction des sujets traités a pour objet de permettre un meilleur contrôle du Parlement lors de l'examen des projets de loi de ratification.

Cependant, la ratification expresse, lorsqu'elle intervient, est de plus en plus souvent opérée par un texte de loi différent du projet de loi de ratification déposé dans le délai prescrit par l'habilitation. Ce projet de loi n'a plus, dès lors, qu'une fonction conservatoire en évitant la caducité des ordonnances.

Ce découplage est devenu quasiment systématique depuis 2001, les mesures de ratification étant incluses ponctuellement dans des projets de loi ayant un objet plus large.

Ces insertions de mesures de ratification dans des projets de loi concernant tel ou tel secteur du droit ne suffisant pas à éponger un retard certain, la pratique est désormais fréquente de regrouper les mesures de ratification. Les lois n° 2003-591 du 2 juillet 2003 habilitant le gouvernement à simplifier le droit, n° 2003-660 du 21 juillet 2003 de programme pour l'outre-mer et n° 2004-1343 du 9 décembre 2004 de simplification du droit ont ainsi permis, respectivement, de ratifier 5, 23 et 57 ordonnances.

Lors de l'examen de la loi du 9 décembre 2004 de simplification du droit, la commission des lois du Sénat avait été à l'initiative d'un certain nombre de ces ratifications, souhaitant, dans un souci de meilleure sécurité juridique, ratifier toutes les ordonnances déjà publiées en application de la loi du 2 juillet 2003.

Selon les propos alors tenus par M. Bernard Saugey, rapporteur :

« En leur conférant une valeur législative, la ratification de toutes ces ordonnances assure la sécurité juridique des mesures de simplification qu'elles contiennent.

« Plus encore, cette ratification a permis au Parlement, et au Sénat en particulier, non seulement de contrôler le respect par ces ordonnances du champ de l'habilitation qui avait été donnée par le législateur, mais également d'apporter des corrections parfois substantielles au travail effectué par le Gouvernement. »

M. Jean-Jacques Hyest, président de la commission des lois, avait en outre précisé qu'il préférait « que ces ordonnances soient ratifiées explicitement par le Parlement, ce qui nous donne d'ailleurs l'occasion de modifier certaines d'entre elles, comme nous l'avons fait, plutôt que de nous laisser dans une espèce de no man's land juridique en ne faisant que déposer des lois d'habilitation sans les faire voter »43(*).

Grâce à cette ratification groupée, la totalité des ordonnances prises en vertu de la loi n° 2003-591 du 2 juillet 2003 habilitant le Gouvernement à simplifier le droit ont fait l'objet, au 31 décembre 2006, d'une ratification explicite par le Parlement.

En revanche, en 2005, les mesures de ratification, peu nombreuses, ont pour la plupart été ponctuelles (une ou deux dans chacune des lois concernées).

De même, en 2006, les mesures de ratification, également peu nombreuses, n'ont concerné que quelques ordonnances dans chacune des lois comportant des mesures de ratification.

De ce fait, seules 20 ordonnances44(*) (sur un total de 64) prises en vertu de la loi n° 2004-1343 du 9 décembre 2004 de simplification du droit ont été ratifiées au 31 décembre 2007.

Parmi les 19 ordonnances prises en application de l'article 38 de la Constitution qui ont été ratifiées en 2006, trois seulement l'ont été dans le cadre d'un projet de loi de ratification déposé à cette fin. La ratification de deux autres de ces ordonnances était prévue dans le texte initial de la loi n° 2006-911 du 24 juillet 2006 relative à l'immigration et à l'intégration45(*) ; de même, la rédaction initiale de la loi n° 2006-1770 du 30 décembre 2006 pour le développement de la participation et de l'actionnariat salarié prévoyait la ratification de deux ordonnances supplémentaires. La ratification des 12 autres ordonnances a résulté d'amendements adoptés au cours de l'examen de différents textes, dont 5 à l'initiative du Gouvernement 46(*) et 7 à l'initiative des commissions compétentes du Sénat47(*).

En ce qui concerne les 39 ordonnances prises en application de l'article 38 de la Constitution qui ont été ratifiées en 2007, la répartition selon l'origine de la ratification a été la suivante :

- 3 ratifications ont fait l'objet d'un projet de loi spécifique ;

- 26 étaient prévues dans le texte initial d'un projet de loi 48(*);

- 10 ont résulté d'amendements, dont 6 à l'initiative du Gouvernement, 2 sur proposition d'une commission du Sénat et 2 sur proposition d'une commission de l'Assemblée nationale.

Par ailleurs, la commission des finances du Sénat est à l'origine de la suppression de la ratification d'une ordonnance, prévue par le projet de loi n° 443 (2006-2007) portant diverses dispositions d'adaptation du droit communautaire dans les domaines économique et financier (à savoir l'ordonnance n° 2004-504 du 7 juin 2004 portant transposition de la directive 2001/17/CE du Parlement européen et du Conseil du 19 mars 2001 concernant l'assainissement et la liquidation des entreprises d'assurances) ; en effet, cette ratification avait déjà été faite par l'article 80 de la loi n° 2004-1343 du 9 décembre 2004 de simplification du droit49(*).

* 1 Éditions du Juris-Classeur administratif 1995, fascicule 35, paragraphe 20.

* 2 Voir tableau joint en annexe (application de l'article 38 de la Constitution).

* 3 Projet de loi Sénat n° 462 (2005-2006).

* 4 Concernant les codes des transports, de la recherche et de l'éducation.

* 5 Proposition de loi n° 33 (2002-2003) relative à la responsabilité civile médicale présentée par M. Nicolas About.

* 6 Première lecture du projet de loi au Sénat, séance du 16 octobre 2003, amendement n° 121 présenté par M. Gélard et les membres du groupe de l'Union pour un mouvement populaire tendant à insérer un article additionnel après l'article 44 ter.

* 7 Première lecture du projet de loi à l'Assemblée nationale, séance du 9 avril 2003 : amendements n° 52 et n° 53 présentés par MM. Woerth et Philippe-Armand Martin pour le premier et par M. Woerth pour le second, tendant respectivement à insérer un article additionnel après l'article 6 ; amendement n° 104 présenté par M. Jean-Louis Léonard tendant à insérer un article additionnel après l'article 22.

Première lecture du projet de loi au Sénat, séances des 6 et 7 mai 2003 : amendement n° 105 présenté par M. Sueur tendant à insérer un article additionnel après l'article 1er et amendement n° 133 présenté par MM. Cointat, Del Picchia et l'ensemble des membres du groupe de l'Union pour un mouvement populaire tendant à insérer un article additionnel après l'article 12.

* 8 Origine de l'article 3 de la loi n° 2004-237 : amendement n° 2 présenté par M. Texier au nom de la commission des affaires économiques en première lecture du projet de loi au Sénat le 12 février 2004.

Origine des articles 34, 35, 81 et 54 de la loi n° 2004-1343 : respectivement les amendements n° 75, 76 et 85 présentés par M. Marini au nom de la commission des finances en première lecture du projet de loi au Sénat le 14 octobre 2004 et l'amendement n° 56 rect. présenté par M. Blanc au nom de la commission des lois en première lecture du projet de loi à l'Assemblée nationale le 10 juin 2004.

* 9 Cf. amendement n° 732 rectifié présenté par M. Blanc et plusieurs de ses collègues, tendant à insérer un article additionnel après l'article 3.

* 10 Cf. décision n° 2006-534 DC du 16 mars 2006 sur la loi pour le retour à l'emploi et sur les droits et devoirs des bénéficiaires de minima sociaux.

* 11 L'habilitation à transposer par ordonnance la directive européenne concernant le rapprochement des législations des États membres relatives à la protection des travailleurs salariés en cas d'insolvabilité de l'employeur, initialement prévue dans le cadre du projet de loi pour le développement de la participation et de l'actionnariat salarié (article 36 du texte déposé par le Gouvernement à l'Assemblée nationale) a été supprimée au cours du débat parlementaire.

* 12 L'article 66 de la loi n° 2006-1640 du 21 décembre 2006 de financement de la sécurité sociale pour 2007, habilitant le Gouvernement à prendre par ordonnance des mesures destinées à limiter les conséquences de la mise en jeu de la responsabilité civile médicale, résulte d'un sous-amendement du Gouvernement à un amendement de M. Nicolas About et des membres du groupe de l'UC-UDF, adopté au cours du débat au Sénat.

* 13 La loi n° 96-1075 du 11 décembre 1996 d'habilitation relative à l'extension et à l'adaptation à la collectivité territoriale de Mayotte des dispositions législatives du titre Ier du livre VII du code de la santé publique, au statut du personnel au financement de l'établissement public de santé territorial de Mayotte ainsi qu'à la réforme du statut de la caisse de prévoyance sociale, a autorisé le Gouvernement à prendre des ordonnances jusqu'au 31 janvier 1997.

* 14 La loi n° 89-923 du 23 décembre 1989 d'habilitation relative à l'adaptation de la législation applicable dans la collectivité territoriale de Mayotte, a autorisé le Gouvernement à prendre des ordonnances jusqu'au 15 septembre 1991.

* 15 L'article 43 de la loi n° 2007-308 du 5 mars 2007 a habilité le Gouvernement à prendre une ordonnance jusqu'au 1er janvier 2009.

* 16 Après une nouvelle prorogation, le code général de la propriété des personnes publiques a été mis en place par l'ordonnance n° 2006-460 du 21 avril 2006 ; en revanche, le code de l'artisanat n'a pu être réalisé dans les délais impartis (cf. infra).

* 17 Cette ordonnance n'a pu être réalisée dans le temps imparti.

* 18 Ratifiée par la loi n° 2008-67 du 21 janvier 2008, déclarée conforme à la Constitution par le Conseil constitutionnel dans sa décision n° 2007-561 DC du 17 janvier 2008.

* 19 Cf. supra.

* 20 Cf. 2 ci-dessus.

* 21 Cf. 2 ci-dessus.

* 22 En dépit de la prorogation du délai d'habilitation de six mois réalisée par l'article 55 de la loi n° 2006-10 du 5 janvier 2006 relative à la sécurité et au développement des transports.

* 23 Pour ce qui concerne le code du travail, l'habilitation a été renouvelée pour 9 mois par l'article 57 de la loi n° 2006-1770 du 30 décembre 2006 pour le développement de la participation et de l'actionnariat salarié et portant diverses dispositions d'ordre économique et social, et a donné lieu à la publication de l'ordonnance n° 2007-329 du 12 mars 2007. L'habilitation relative au code général de la fonction publique a également été renouvelée, pour 18 mois, par l'article 56 de la loi n° 2007-148 du 2 février 2007 de modernisation de la fonction publique. Enfin, en ce qui concerne le code des transports, l'habilitation a été renouvelée, jusqu'au 31 décembre 2008, par l'article 28 de la loi n° 2007-1787 du 20 décembre 2007 relative à la simplification du droit.

* 24 Il s'agit des habilitations suivantes :

- article 12 de la loi n° 2004-237 (transposition de directives communautaires) ;

- article 39 de la loi n° 2004-800 (bioéthique) ;

- article 92 de la loi n° 2005-102 (handicapés) ;

- article 239 de la loi n° 2005-157 (développement des territoires ruraux) ;

- article 102 de la loi n° 2005-882 (petites et moyennes entreprises) ;

- article 21 de la loi n° 2005-1564 (assurances) ;

- article 102 de la loi n° 2006-11 (orientation agricole) ;

- article 18 de la loi n° 2006-586 (volontariat associatif).

* 25 Aux termes de l'article 14 de la loi n° 2007-1774, « le Gouvernement est autorisé à prendre par voie d'ordonnance, dans un délai expirant le dernier jour du douzième mois suivant la publication de la présente loi, les mesures permettant (...) ». Selon le rapport n° 11 (2007-2008) présenté par M. Philippe Marini, au nom de la commission des finances du Sénat, « le Gouvernement devra dans le même délai déposer devant le Parlement un projet de loi tendant à la ratification des mesures ainsi adoptées, à peine de leur caducité ».

* 26 Auxquelles sont venues s'ajouter deux ordonnances prises en application de l'article 74-1 de la Constitution.

* 27 Plus quatre ordonnances prises en application de l'article 74-1 de la Constitution.

* 28 Plus à nouveau quatre ordonnances prises en application de l'article 74-1 de la Constitution.

* 29 Cf. ordonnance n° 2005-759 du 9 juillet 2005 portant réforme de la filiation.

* 30 Cf. supra I-A-3.

* 31 Parmi lesquelles seules cinq n'avaient pas encore fait l'objet du dépôt d'un projet de loi de ratification spécifique.

* 32 Auxquelles est venue s'ajouter la ratification de deux ordonnances prises en application de l'article 74-1 de la Constitution.

* 33 Qui a en outre ratifié quatre ordonnances prises en application de l'article 74-1 de la Constitution.

* 34 Les dispositions qui figuraient dans cette ordonnance ont été introduites, par voie d'amendement, sur proposition de la commission des lois du Sénat, dans le projet de loi qui a abouti à la loi n° 2003-495 du 12 juin 2003 renforçant la lutte contre la violence routière.

* 35 Ordonnance n° 2003-166 du 27 février 2003 prise pour l'application outre-mer de la loi n° 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé, ratifiée par l'article 65 de la loi n° 2003-660 du 21 juillet 2003 de programme pour l'outre-mer, le butoir fixé par la loi d'habilitation expirant seulement le 4 septembre 2003. La référence à cette ordonnance a été insérée à l'article 65 précité en première lecture du texte à l'Assemblée nationale le 6 juin 2003.

* 36 Les ordonnances n° 2004-274 du 25 mars 2004 portant simplification du droit et des formalités pour les entreprises, n° 2004-728 du 22 juillet 2004 portant actualisation des dispositions du code des juridictions financières applicables en Nouvelle-Calédonie, n° 2004-1129 du 21 octobre 2004 relative à l'application en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie française, dans les îles Wallis et Futuna, dans les Terres australes et antarctiques françaises et à Mayotte de l'ordonnance n° 2003-1216 du 18 décembre 2003 portant suppression de l'affirmation des procès-verbaux. Ces trois ordonnances ont été ratifiées par les articles 78 et 79 de la loi n° 2004-1343 du 9 décembre 2004 de simplification du droit alors que les différents butoirs définis pour le dépôt des projets de loi de ratification de ces ordonnances étaient fixés au début de l'année 2005.

* 37 L'ordonnance n° 2005-722 du 29 juin 2005 relative à la création de l'établissement public OSEO et à la transformation de l'établissement public Agence nationale de valorisation de la recherche en société anonyme et l'ordonnance n° 2005-727 du 30 juin 2005 portant diverses dispositions relatives à la simplification des commissions administratives, prises en application des articles 31 et 55 de la loi n° 2004-1343 du 9 décembre 2004 de simplification du droit, ont été ratifiées respectivement par l'article 20 de la loi n° 2005-842 du 26 juillet 2005 pour la confiance et la modernisation de l'économie et l'article 25 de la loi n° 2005-843 du 26 juillet 2005 portant diverses mesures de transposition du droit communautaire à la fonction publique, alors que les projets de loi de ratification de ces ordonnances n'avaient pas encore été déposés.

* 38 Les ordonnances n° 2006-433 du 13 avril 2006 relative à l'expérimentation du contrat de transition professionnelle, n° 2006-344 du 23 mars 2006 relative aux retraites professionnelles supplémentaires et n° 2006-931 du 28 juillet 2006 portant actualisation et adaptation du droit économique et financier applicable à Mayotte, en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie française et dans les îles Wallis et Futuna, ont été ratifiées respectivement par les articles 49, 64 et 74 de la loi n° 2006-1770 du 30 décembre 2006 pour le développement de la participation et de l'actionnariat salarié et portant diverses dispositions d'ordre économique et social, alors qu'elles n'avaient pas fait l'objet d'un projet de loi de ratification spécifique

* 39 Les ordonnances n° 2007-137 du 1er février 2007 relative aux offices publics de l'habitat et n° 2007-42 du 11 janvier 2007 relative au recouvrement des créances de l'État et des communes résultant des mesures de lutte contre l'habitat insalubre et dangereux ont été ratifiées respectivement par les articles 16 et 50 de la loi du 5 mars 2007 instituant le droit au logement opposable et portant diverses mesures en faveur de la cohésion sociale, alors que les projets de loi de ratification correspondants n'avaient pas encore été déposés. L'ordonnance n° 2007-98 du 25 janvier 2007 a été ratifiée par l'article 60 de la loi n° 2007-1631 du 20 novembre 2007 relative à la maîtrise de l'immigration, à l'intégration et à l'asile, sans avoir fait l'objet d'un projet de loi de ratification spécifique. Enfin, l'ordonnance n° 2007-571 du 19 avril 2007 relative aux établissements de crédit, aux entreprises d'investissement et aux sociétés de crédit foncier a été ratifiée par l'article 9 de la loi n° 2007-1774 du 17 décembre 2007 portant diverses dispositions d'adaptation au droit communautaire dans les domaines économique et financier, sans non plus avoir fait l'objet d'un projet de loi de ratification spécifique.

* 40 Devenu la loi n° 2005-1319 du 26 octobre 2005.

* 41 N° 157 (2004-2005).

* 42 Neuf projets de loi de ratification déposés au Sénat et deux à l'Assemblée nationale.

* 43 Discussion des conclusions de la commission mixte paritaire au Sénat - 18 novembre 2004.

* 44 Plus une ordonnance prise en application de l'article 50 de la loi n° 2005-842 du 26 juillet 2005, qui avait renouvelé une habilitation devenue caduque, accordée par l'article 81 de la loi du 9 décembre 2004 (ordonnance n° 2005-1278 du 13 octobre 2005 relative aux OPCI).

* 45 Qui prévoyait également la ratification de la première ordonnance prise en application de l'article 74-1 de la Constitution.

* 46 Dont un amendement a également été à l'initiative de la ratification d'une ordonnance prise en application de l'article 74-1 de la Constitution.

* 47 Parmi lesquelles l'ordonnance n° 2005-174 du 24 février 2005 relative à l'organisation et à la vente de voyages et de séjour, ratifiée à l'initiative de la commission des affaires économiques du Sénat dans le cadre du projet de loi tendant à ratifier l'ordonnance relative à la partie législative du code du tourisme.

* 48 Dont 22 dans le seul projet de loi portant dispositions statutaires et institutionnelles relatives à l'outre-mer.

* 49 Cf. rapport n° 11 (2007-2008) présenté par M Philippe Marini, au nom de la commission des finances du Sénat.