Allez au contenu, Allez à la navigation



 


Retour Sommaire Suite

D. L'ANGLO-AMÉRICAIN

1. Influence américaine

Les premières tentatives des Anglais et des Américains, venus au milieu du XIXe siècle pour établir des relations commerciales, se heurtèrent à un refus obstiné des autorités coréennes. L'arrivée d'étrangers était perçue comme une menace, évoquant pour les Coréens les nombreuses invasions subies, dont ils gardaient un souvenir détestable. Il y avait aussi, pour les nouveaux venus, une méconnaissance complète des usages et des coutumes locaux.

La signature en 1882 du traité d'amitié et de commerce marqua le début de l'ouverture du pays aux influences occidentales. Les Anglais, qui s'intéressaient principalement à la Chine, ne développèrent pas leurs relations à la suite de ce traité. Les Américains, au contraire, profitèrent de ces nouvelles opportunités pour envoyer des missionnaires protestants. La particularité de leur apostolat fut d'associer étroitement l'évangélisation à l'éducation. C'est ainsi qu'ils créèrent des écoles avec enseignement en anglais, qui furent à l'origine de la pénétration de cette langue en Corée. L'anglais s'imposa rapidement comme langue de négociation avec les Occidentaux et il fut reconnu comme première langue étrangère par le gouvernement royal.

Durant l'occupation japonaise, de 1910 à 1945, l'anglais fut supplanté par le japonais, qui devint la langue officielle, et il fut même interdit à la suite de la guerre entre le Japon et les Alliés. C'est la capitulation du Japon qui va renforcer de nouveau le statut de la langue-culture américaine. A ce moment-là, les Alliés sont préoccupés de l'avenir d'une zone aussi importante du point de vue stratégique, et de surcroît affaiblie par une longue colonisation. Les Soviétiques et les Américains se mettent d'accord pour occuper provisoirement chacun une moitié du pays. Les Etats-Unis assurent ainsi un protectorat sur la partie Sud et l'U.R.S.S. fait de même pour la partie Nord.

Mais la situation se dégrade très vite à cause du conflit idéologique, le Nord ayant basculé rapidement dans le communisme. Devant la protestation très vive des Sud-Coréens, les Alliés renoncent à leur projet de maintenir, pendant cinq autres années, la ligne de démarcation séparant le Nord du Sud.

Les Américains vont alors essayer de trouver une solution auprès des Nations-Unies, qui tranchent la question conformément aux souhaits de Séoul : organisation d'élections sur l'ensemble de la Corée, sous le contrôle d'une Commission d'observateurs. Mais les émissaires des Nations-Unies ne pourront jamais franchir le 38e parallèle à cause des Soviétiques et seul le Sud pourra se rendre aux urnes.

La Première République de Corée naît exactement trois ans après la défaite japonaise. Elle est nommée officiellement " Dae-Han-Min-Kuk " ou " Hankuk ", le pays de HAN. Depuis, les Etats-Unis en restent l'allié majeur : ils sont le premier partenaire commercial et apportent un soutien militaire important. Cela a conduit les Coréens à assimiler les cultures occidentales à celle des Etats-Unis. Toutefois, la société coréenne a évolué dans ses relations avec l'Occident.

Retour Sommaire Suite