Allez au contenu, Allez à la navigation



 


Retour Sommaire Suite

C. LE SYSTÈME ÉDUCATIF DANS SON ESPACE

1. L'influence de l'environnement géographique



A l'est du vaste continent asiatique, la péninsule coréenne côtoie au nord la Mandchourie et l'est de la Russie, et se rapproche au sud-est d'environ 200 km de l'extrémité du Japon. Elle est séparée de la Chine à l'ouest par la mer Jaune, et de l'archipel japonais à l'est par la mer de l'Est (mer du Japon).

Située entre le 33e et le 43e parallèles sur 840 km, 360 dans sa plus grande largeur, à peine 200 dans sa partie la plus étroite, elle a une superficie totale de 221 325 km2, y compris les 5 579 îles et îlots répartis sur les trois côtes (est, ouest, sud). A l'issue de la guerre de Corée, la ligne de cessez-le-feu a divisé le pays à la hauteur du 38e parallèle, ce qui a laissé au Sud 44,6 % de la totalité du territoire, soit 98 555 km2 qui représentent un peu moins du 1/5e de la France.

La surface du territoire est occupée à 70 % par des collines et des montagnes d'altitude moyenne. Les plaines sont donc rares et 43 millions d'habitants vivent sur une surface très limitée, qui correspond à peu près à la superficie de la Belgique. On observe une forte concentration urbaine. La moitié de la population habite les trois villes principales : Séoul, la capitale, avec 13 millions d'habitants, Pusan, la seconde, 5 millions, et Daegu, 3 millions et demi. C'est une population jeune :  en 1994, la proportion des moins de vingt-cinq ans s'élevait à 44,7 %.

Le pays est arrosé par un nombre relativement important de cours d'eau. Le fleuve Han (514 km) traverse la capitale et, plus au sud, l'autre fleuve, le Nakdong (521 km), contourne Pusan en se jetant dans la mer du sud.

Cette double particularité géographique est soulignée par le vocabulaire : le mot paysage se dit, en coréen, " fleuves et montagnes, kangsan ".

Les montagnes, visibles de partout, constituent un lieu d'excursion durant les saisons tempérées, c'est-à-dire au printemps et en automne. Elles ont une découpe caractéristique : sommets de granit, tantôt en pentes abruptes, tantôt en courbes douces, gorges profondes où coulent des torrents, cascades, forêts... Les monastères bouddhiques (7 200 temples et ermitages regroupés dans les montagnes à la fin du XIVe siècle) y ajoutent un intérêt particulier, en faisant découvrir aux élèves leur patrimoine historique et religieux.

Comme le terrain en plaine est très onéreux, beaucoup d'écoles sont construites sur des collines, situées elles-mêmes en pleine ville. L'environnement scolaire y est favorable : davantage d'espace avec verdure, diminution du bruit et de la pollution atmosphérique. Il s'ensuit un avantage certain grâce à ce cadre naturel propice à la concentration nécessaire aux études.

La mer est également un endroit privilégié pour les élèves des villes portuaires. Ils passent régulièrement au début de chaque été quelques jours sur la plage en participant à des activités collectives : gymnastique, natation, distractions avec chants, danses, etc. C'est aussi une manière de se détendre pour tous ceux qui vont passer l'examen d'entrée, avant d'aborder les cours organisés pendant les vacances.

Retour Sommaire Suite