Allez au contenu, Allez à la navigation



 

Retour Sommaire Suite

ANGLETERRE ET PAYS DE GALLES



Le système anglais se caractérise par une forte décentralisation des forces de police. Il n'existe pas de police nationale, mais seulement des forces locales placées sous la responsabilité du ministère de l'Intérieur et d'autorités élues. Le Police Act de 1964 a fixé à quarante-trois le nombre de forces de police pour l'Angleterre et le Pays de Galles. Chaque comté ou groupement de comtés a sa force de police, seule responsable dans son ressort de compétences.

Les responsabilités en matière de police sont réparties entre trois organes : le chef de la police et l'autorité de police pour chaque force de police, et le ministre de l'Intérieur au niveau central.

Un chef de la police (chief constable) se trouve à la tête de chaque force. Choisi par l'autorité locale de police sur une liste présentée par le ministère de l'Intérieur, il dispose d'une grande autonomie opérationnelle. Il ne peut être démis que par le ministre de l'Intérieur.

L'autorité de police est chargée d'assurer la gestion financière de la force de police et de contrôler l'utilisation du budget par le chef de la police.

Elle est constituée de deux tiers de conseillers locaux et d'un tiers de magistrats. Le gouvernement a récemment proposé que l'autorité soit composée de huit conseillers locaux, de trois magistrats et de cinq personnalités locales.

Elle se réunit tous les mois pour entendre le rapport du chef de la police sur les activités de sa force de police et sur la façon dont sont poursuivis les objectifs qui lui ont été assignés.

Au niveau central, la responsabilité de la police incombe au ministre de l'Intérieur. Il peut intervenir pour définir les règles de nomination, d'avancement et de cessation d'activité, la discipline, l'uniforme, les horaires et la rémunération.

Il est assisté par des Home inspectors of constabulary qui inspectent chaque année les forces de police. Ce contrôle a pour but d'apprécier l'application des directives ministérielles et l'adéquation entre les moyens financiers dégagés et les résultats obtenus.

Le Home Office contribue au budget des forces de police à hauteur de 51 %, le reste étant financé par les municipalités.


Retour Sommaire Suite