Allez au contenu, Allez à la navigation

20 novembre 2003 : Budget 2004 - Recherche ( avis - première lecture )

 

 

    sommaire suite

N° 75

SÉNAT

SESSION ORDINAIRE DE 2003-2004

Annexe au procès-verbal de la séance du 20 novembre 2003

AVIS

PRÉSENTÉ

au nom de la commission des Affaires économiques et du Plan (1) sur le projet de loi de finances pour 2004, ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE,

TOME VII

RECHERCHE

Par M. Henri REVOL,

Sénateur.

(1) Cette commission est composée de : M. Gérard Larcher, président ; MM. Jean-Paul Emorine, Marcel Deneux, Gérard César, Pierre Hérisson, Bernard Piras, Mme Odette Terrade, vice-présidents ; MM. Bernard Joly, Jean-Paul Émin, Jean-Marc Pastor, secrétaires ; MM. Jean-Paul Alduy, Pierre André, Philippe Arnaud, Gérard Bailly, Bernard Barraux, Mme Marie-France Beaufils, MM. Michel Bécot, Jean-Pierre Bel, Jacques Bellanger, Jean Besson, Claude Biwer, Jean Bizet, Jean Boyer, Mme Yolande Boyer, MM. Dominique Braye, Marcel-Pierre Cléach, Yves Coquelle, Gérard Cornu, Roland Courtaud, Philippe Darniche, Gérard Delfau, Rodolphe Désiré, Yves Détraigne, Mme Evelyne Didier, MM. Michel Doublet, Bernard Dussaut, André Ferrand, Hilaire Flandre, François Fortassin, Alain Fouché, Christian Gaudin, Mme Gisèle Gautier, MM. Alain Gérard, François Gerbaud, Charles Ginésy, Francis Grignon, Louis Grillot, Georges Gruillot, Mme Odette Herviaux, MM. Alain Journet, Joseph Kergueris, Gérard Le Cam, Jean-François Le Grand, André Lejeune, Philippe Leroy, Jean-Yves Mano, Max Marest, René Monory, Jacques Moulinier, Paul Natali, Jean Pépin, Daniel Percheron, Ladislas Poniatowski, Daniel Raoul, Paul Raoult, Daniel Reiner, Charles Revet, Henri Revol, Henri de Richemont, Roger Rinchet, Claude Saunier, Bruno Sido, Daniel Soulage, Michel Teston, Yannick Texier, Pierre-Yvon Trémel, André Trillard, Jean-Pierre Vial.

Voir les numéros :

Assemblée nationale (12ème législ.) : 1093, 1110 à 1115 et T.A. 195

Sénat : 72 et 73 (annexe n° 26) (2003-2004)

Lois de finances.

INTRODUCTION

Mesdames, Messieurs,

Le budget civil de recherche et développement (BCRD) proposé pour 2004 s'élève à 8,92 milliards d'euros en dépenses ordinaires et crédits de paiement (CP), soit une progression de 0,9 % par rapport à la loi de finances initiale pour 2003. Les moyens en autorisation de programme (AP) connaissent, quant à eux, une diminution de 5,9 % par rapport à l'année précédente, pour s'établir à 3,65 milliards d'euros. Au sein du BCRD, les crédits affectés au ministère de la recherche et des nouvelles technologies s'élèvent à 6,24 milliards d'euros en dépenses ordinaires et crédits de paiement, soit une hausse de 1,8 %, et à 2,33 milliards d'euros en AP, soit une baisse de 1,1 %.

Malgré ces évolutions apparentes, les moyens affectés à la recherche dans le projet de loi de finances pour 2004 sont en augmentation de 3,9 %. Ce paradoxe s'explique par la modification des règles relatives à plusieurs dispositifs de soutien à la recherche industrielle et par l'affectation de 150 millions d'euros, issus des recettes de privatisation, au soutien à la création des nouvelles fondations1(*) qui doivent se constituer dans le champ de la recherche scientifique, en application des dispositions de la loi n° 2003-709 du 1er août 2003 relative au mécénat, aux associations et aux fondations.

En premier lieu, le projet de budget pour 2004 comporte, dans le prolongement du plan « innovation » présenté par Nicole Fontaine, ministre déléguée à l'industrie, et Claudie Haigneré, ministre déléguée à la recherche et aux nouvelles technologies, un important volet fiscal, pour un montant de plus d'un milliard d'euros de dépenses fiscales, afin de développer le financement privé de la recherche.

En second lieu, ce projet vise à accroître l'attractivité des formations et des métiers de la recherche en proposant des mesures substantielles d'amélioration des conditions financières des chercheurs. Afin de développer une culture de projets et d'assouplir les conditions de fonctionnement des grands organismes de recherche, il tend au remplacement d'une partie des postes statutaires de chercheurs par des emplois contractuels, ce qui permettra de constituer rapidement des équipes de chercheurs sur des thématiques pour lesquelles sont apparus des besoins immédiats.

Enfin, votre rapporteur pour avis brossera un tableau de la situation du secteur spatial français et européen et analysera les derniers développements de la recherche dans le domaine de l'énergie, notamment dans le secteur du nucléaire et des énergies renouvelables.

CHAPITRE IER -

LE BUDGET CIVIL DE RECHERCHE
ET DE DÉVELOPPEMENT

I. LES ORIENTATIONS STRATÉGIQUES DU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2004

Le budget civil de recherche et de développement technologique (BCRD) est un agrégat synthétique, rassemblant les dotations des différents ministères en faveur de la recherche, qui donne un aperçu global de l'effort public de recherche. Pour 2004 ; il s'élève à 8.928,47 millions d'euros en dépenses ordinaires (DO) et en crédits de paiement (CP), soit une hausse de 0,9 % par rapport à la loi de finances initiale pour 2003.

En revanche, les autorisations de programme (AP) sont ramenées à 3.653,197 millions d'euros (-5,9 %).

Au sein du BCRD, les crédits affectés au ministère de la recherche et des nouvelles technologies s'élèveraient à 6.236,59 millions d'euros en DO et CP, soit une légère hausse de 1,7 % et à 2.329,34 millions d'euros en AP (-1,3 %).

Les principales évolutions du BCRD sont retracées dans le tableau ci-après :

SYNTHÈSE DES DOTATIONS DES MINISTÈRES

Ministères

(en millions d'euros)

DO

AP

CP

DO + CP

DO + CP

LFI 2003

PLF 2004

Ä %

LFI 2003

PLF 2004

Ä %

LFI 2003

PLF 2004

Ä %

LFI 2003

PLF 2004

Ä %

LFI 2003

PLF 2004

Ä %

AFFAIRES ETRANGERES

149,401

149,401

0%

0,000

0,000

0,00%

0,000

0,000

 

149,401

149,401

0,00%

149,401

149,401

0,00%

Actions culturelles

5,114

5,114

0%

0,000

0,000

0,00%

0,000

0,000

 

5,114

5,114

0,00%

5,114

5,114

0,00%

Autres organisations internationales

144,287

144,287

0%

 

 

 

 

 

 

144,287

144,287

0,00%

144,287

144,287

0,00%

AGRICULTURE, PECHE

14,657

14,707

0,30%

10,842

10,242

-5,50%

10,170

9,963

-2,00%

25,499

24,949

-2,20%

24,827

24,670

-0,60%

CULTURE

70,620

71,028

0,60%

49,560

50,46

1,80%

47,541

48,709

2,50%

120,180

121,488

1,10%

118,161

119,737

1,30%

Culture hors CSI

24,185

23,893

-1,20%

11,390

10,79

-5,30%

10,541

10,539

0,00%

35,575

34,683

-2,50%

34,726

34,432

-0,80%

CSI

46,435

47,135

1,50%

38,170

39,67

390,00%

37,000

38,170

3,20%

84,605

86,805

2,60%

83,435

85,305

2,20%

RECHERCHE ET TECHNOLOGIE

4129,454

4174,519

1,10%

2359,530

2329,345

-1,30%

2001,105

2062,073

3,00%

6488,984

6503,864

0,20%

6130,559

6236,592

1,70%

EDUCATION NATIONALE

143,065

145,523

0,032

413,676

419,376

0,01%

363,131

365,852

0,70%

556,741

564,899

1,50%

506,196

511,375

1,00%

Enseignement supérieur

130,601

132,880

1,70%

413,676

419,376

1,40%

363,131

365,852

0,70%

544,277

522,256

1,50%

493,732

498,732

1,00%

Enseignement scolaire

12,464

12,643

1,40%

 

 

 

 

 

 

12,464

12,643

1,40%

12,464

12,643

1,40%

DEFENSE

0,000

0,000

 

190,500

200

5,00%

190,561

200,000

5,00%

190,560

20,000

5,00%

190,561

200,000

5,00%

DEVELOPPEMENT DURABLE

238,916

238,628

-0,10%

11,995

11,345

-5,40%

10,557

11,035

4,50%

250,911

249,973

-0,40%

249,473

249,663

0,10%

Hors IRSN

3,182

3,194

0,40%

11,995

11,345

-5,40%

10,557

11,035

4,50%

15,177

14,539

-4,20%

13,739

14,229

3,60%

IRSN

235,734

235,434

-0,10%

 

 

 

 

 

 

235,734

235,434

ns

235,734

235,434

-0,10%

EQUIPEMENT ET TRANSPORT

22,181

22,266

0,40%

317,738

322,646

1,50%

351,977

345,322

-1,90%

339,919

344,912

1,50%

374,158

367,588

-1,80%

Programmes aéroports civils - aviation civile

 

 

 

263,690

269,572

2,20%

300,680

294,301

-2,10%

263,690

269,572

2,20%

300,680

294,301

-2,10%

Météo France

14,747

14,820

0,50%

39,330

39,330

0,00%

39,330

39,330

0,00%

54,077

54,150

0,10%

54,077

54,150

0,10%

Autres (urbanisme, mer, TT)

7,434

7446,000

0,20%

14,718

13,744

-6,60%

11,967

11,691

-2,30%

22,152

21,190

-4,30%

19,401

19,137

-1,40%

LOGEMENT

21,486

21,553

0,30%

5,849

5,609

-4,10%

5,049

5,036

-0,30%

27,335

2,162

-0,60%

26,535

26,589

0,20%

INDUSTRIE

689,463

708,247

2,70%

518,541

301,646

-41,80%

361,556

310,746

-14,10%

1208,004

1009,890

-16,40%

1051,019

1018,993

-3,00%

Ecoles Mines

36,517

36,667

0,40%

3,964

3,828

-3,40%

3,964

3,828

-3,40%

40,481

40,495

0,00%

40,481

40,495

0,00%

ANVAR

39,800

66,800

67,80%

121,959

87,600

-28,20%

102,674

87,600

-14,70%

161,759

154,400

-4,50%

142,474

154,400

8,40%

CEA

368,855

362,230

-1,80%

57,168

57,168

0,00%

57,168

57,168

0,00%

426,023

419,398

-1,60%

426,023

419,398

-1,60%

Institut français du pétrôle

200,000

200,000

0%

 

 

 

 

 

 

 

200,000

 

 

200,000

 

Autres (dont recherche industrielle)

44,291

42,550

-4%

335,450

153,050

-54,40%

197,750

162,150

-18,00%

379,741

195,600

-48,50%

242,041

204,700

-15,40%

INTERIEUR

 

 

 

0,405

0,405

0,00%

0,305

0,305

0,00%

0,405

0,405

0,00%

0,305

0,305

0,00%

JUSTICE

1,035

1,035

0%

 

 

 

 

 

 

1,035

1,035

0,00%

1,035

1,035

0,00%

PLAN

8,650

8,350

-3,50%

0,958

0,908

-5,20%

0,783

0,783

0,00%

9,608

9,258

-3,60%

9,433

9,133

-3,20%

TRAVAIL

6,317

6,349

0,50%

 

 

 

 

 
 

6,317

6,349

0,50%

6,317

6,349

0,50%

AFFAIRES SOCIALES

6,059

6,107

0,80%

1,215

1,215

0,00%

0,915

0,935

2,20%

7,274

7,322

0,70%

6,974

7,042

1,00%

TOTAL BCRD

5501,304

5567,713

1,20%

3880,869

3653,197

-5,90%

3343,650

3360,759

0,50%

9382,173

9220,910

-1,70%

8844,954

8928,472

0,90%

TOTAL BCRD Hors ministère Recherche

1371,850

1393,194

1,60%

1521,339

1323,852

-13,00%

1342,545

1298,686

-3,30%

2893,189

2717,046

-6,10%

2714,395

2691,880

-0,80%

A. LES PRIORITÉS DU BUDGET 2004

Le projet de BCRD dégage trois grandes priorités :

promouvoir le financement privé de la recherche ;

accroître l'attractivité des formations supérieures par la recherche en renforçant l'insertion professionnelle des jeunes doctorants dans le dispositif national de recherche et d'innovation ;

- renforcer les fonds incitatifs, instruments privilégiés pour conduire la logique de projets sur les thématiques retenues par le ministère.

Sur le plan scientifique, plusieurs grandes orientations particulières sont retenues pour l'année 2004 :

- la recherche médicale, notamment dans le cadre du plan de lutte contre le cancer, et la recherche sur les maladies infectieuses ;

- le développement durable et les énergies ;

- la question des risques sanitaires et alimentaires et la gestion des ressources en eau ;

- la diffusion de la culture scientifique et technique, ce qui devrait se traduire par une présentation en Conseil des ministres avant la fin de l'année.

B. LE SOUTIEN AUX GRANDS ÉTABLISSEMENTS DE RECHERCHE

1. La mobilisation des « trésoreries dormantes »

Dans le cadre d'un contexte budgétaire tendu, le Ministère de la recherche avait décidé, l'année dernière, de mobiliser les trésoreries2(*) des établissements publics à caractère scientifique et technologique, dont le montant atteignait 481,6 millions d'euros au 31 décembre 2002. Sur cette somme, 314 millions d'euros ont été effectivement reportés sur l'exercice 2003, comme le montre le tableau ci-dessous.

MONTANT DES FONDS DE ROULEMENT AU 31/12/02

(en millions d'euros)

 


Montant brut au 31/12/02

Prélèvement au budget primitif 2003


Reports de crédits sur 2003


Montant net au 31/12/02

Equilibre

Prélèvement sur fonds de roulement

CNRS

302,555

12

71,273

194,208

25,074

INRA

45,039

-

11,951

23,64

9,448

INSERM

46,694

-

11,542

44,381

-9,229

IRD

25,902

 

2,269

7,564

16,069

INRIA

12,799

 
 

8,012

4,787

CEMAGREF

11,134

 
 

6,382

4,752

INRETS

16,166

 
 

13,926

2,240

LCPC

18,656

 
 

14,773

3,883

INED

2,743

 
 

1,05

1,693

TOTAL

481,687

12

97,035

313,936

58,716

Source : Ministère de la Recherche

Cet « assèchement » des trésoreries, même s'il répondait à un légitime souci de sincérité budgétaire, n'a toutefois pas été sans occasionner des difficultés pour les grands établissements de recherche. Ainsi, des programmes de recherche ont dû être revus à la baisse, voire annulés, et des difficultés de gestion sont apparues. Comme votre rapporteur avait pu le noter l'année précédente, cette stratégie non-reconductible doit inciter, à l'avenir, à se pencher sur le fonctionnement général des ces établissements et sur les modalités d'organisation des programmes de recherche afin, notamment, de mieux développer une culture de projets.

2. Les dotations aux établissements en 2004

La politique du ministère en faveur des établissements de recherche est, en 2004, axée sur l'évolution vers une plus grande souplesse et une meilleure réactivité pour orienter les programmes des organismes sur les thématiques prioritaires. Ainsi, un effort est fait pour inciter la gestion par projet avec l'accroissement des moyens incitatifs gérés par le ministère. Enfin, une gestion plus souple des personnels des EPST est permise avec le recrutement de contractuels de longue durée.

Cette stratégie est confortée par la poursuite de la contractualisation avec les organismes. Ainsi, la révision en 2004 du contrat d'objectifs de certains organismes permettra de garantir la cohérence de la mise en oeuvre de l'ensemble de ces moyens.

Au total, l'ensemble des dotations en dépenses ordinaires et crédits de paiement des établissements progresse de 47,28 millions d'euros par rapport à la loi de finances pour 2003 pour s'établir à 5,62 milliards d'euros et leurs moyens d'engagement en autorisations de programme augmentent de 1,8 %.

* 1 La loi n° 87-571 du 23 juillet 1987 sur le développement du mécénat précise, en son article 18, que « la fondation est l'acte par lequel une ou plusieurs personnes physiques ou morales décident l'affectation irrévocable de biens, droits ou ressources à la réalisation d'une oeuvre d'intérêt général et à but non lucratif. Lorsque l'acte de fondation a pour but la création d'une personne morale, la fondation ne jouit de la capacité juridique qu'à compter de la date d'entrée en vigueur du décret en Conseil d'Etat accordant la reconnaissance d'utilité publique. Elle acquiert alors le statut de fondation reconnue d'utilité publique. »

* 2 Fonds de roulement bruts

    sommaire suite