Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 1997 : affaires étrangères, relations culturelles extérieures et francophonie

 

C. LES BOURSES POUR LES ÉTRANGERS EN FRANCE

Le système des bourses -qui permet d'assurer au mieux le suivi des actions conduites par notre double réseau d'instituts et de l'AEFE- est au coeur d'une réflexion du Ministère qui en a fait l'un des thèmes de la Conférence des Ambassadeurs en 1996 : "Le nouveau marché de la formation : comment attirer chez nous les futurs décideurs ?" De même, la DGRCST inscrit-elle ce thème au coeur de son action d'évaluation extérieure.

Toutefois, comme le démontre le tableau ci-après, les sommes consacrées aux programmes de bourses continuent de se réduire.

 

1991

1992

1993

1994

1995

1996

Dépenses réelles

en MF

532

534

494

469

460

 

Nombre de boursiers

16 884

19 867

19 543

19 148

19 380

 

Nombre de mois de bourses

90 830

84 393

77 462

75 066

72 472

 

Le fait que malgré cette dotation réduite le nombre des boursiers augmente, alors même que décroît le nombre de mensualités accordées, témoigne d'un raccourcissement de la durée moyenne de séjour en France. Soulignons que la RFA consacrait en 1995 à son programme de bourses l'équivalent de 746 MF.

Sur un nombre global de boursiers de 19 300 environ, les boursiers originaires d'Afrique du Nord restent majoritaires (38,3 %), suivis par ceux d'Europe centrale et orientale (21,6 %).

Le tableau ci-après décrit la répartition des boursiers par région d'origine :

Régions

Europe occidentale

Europe de l'Est

Maghreb

Proche Moyen Orient

Afrique sub-saharienne

Amérique du Nord

Amérique Latine

Asie et Asie du Sud-Est

Extrême-Orient et Pacifique

Nombre de boursiers

1.662

4.187

7.413

1.909

720

408

472

2.054

535

% de boursiers

8,6 %

21,6 %

38,3 %

9,8 %

3,7 %

2,1 %

2,4 %

10,6 %

2,8 %

Nombre de mois de bourses

3.576

13.937

27.422

8152

2.051

1.225

2.468

11.159

2.481

% nombre de mois de bourses

4,9 %

19,2 %

37,8 %

11,2 %

2,8 %

1,7 %

3,4 %

15,4 %

3,4 %

En la matière, le problème est loin d'être simplement budgétaire. Il est regrettable que, dans leur ensemble, les universités françaises ne prévoient pas, dans les cycles qu'elles proposent, de modules mieux adaptés aux étudiants étrangers, notamment en termes de suivi pédagogique, capables d'attirer en dehors même de tout bénéfice de bourses du gouvernement français, les étudiants désireux de suivre chez nous, éventuellement à leurs frais, un cycle spécialisé.