Allez au contenu, Allez à la navigation

La qualité de l'eau et l'assainissement en France (rapport)

18 mars 2003 : Qualité de l'eau et assainissement en France (rapport) ( rapport de l'opecst )

 

 

B. L'ASSAINISSEMENT COLLECTIF

1. Les techniques

a) Les principales étapes de l'épuration

L'épuration des eaux passe ainsi par une série d'étapes successives dont chacune vise un type de polluant particulier.

On parle ainsi des prétraitements, destinés à éliminer les polluants les plus grossiers (branches, cailloux, sable, ...), puis de traitement primaire où on retient la fraction décantable et donc la plus visible de la pollution (les matières en suspension).

Le traitement secondaire, qui est le plus souvent un traitement biologique, est destiné à s'attaquer à la pollution sous sa forme dissoute ou colloïdale. Durant cette étape, c'est principalement la matière organique qui est dégradée. Les composés carbonés (dont le carbone est le constituant principal) sont transformés : une fraction est oxydée, aboutissant via le processus de respiration bactérienne, à la production de CO2. L'autre fraction conduit à la synthèse de nouvelles cellules bactériennes, ce qu'on a l'habitude d'appeler les boues de stations d'épuration, conséquence inévitable du traitement. Ainsi l'épuration secondaire consiste plutôt en un processus de transformation de la matière organique plutôt qu'en une élimination complète de cette dernière. Cela génère ainsi un nouveau problème environnemental : celui de la gestion de ces boues d'épuration. Dans beaucoup de stations d'épuration, le traitement reste arrêté pour l'instant à ce niveau du traitement secondaire.

Cependant la nécessité de protéger les milieux récepteurs vis-à-vis des risques d'eutrophisation amène de plus en plus souvent à mettre en place un traitement supplémentaire, appelé alors traitement tertiaire. Dans ce dernier, les polluants ciblés sont principalement l'azote et/ou le phosphore.

De nombreuses mises en oeuvre différentes existent et continuent à faire l'objet de développements technologiques visant à accroître l'efficacité des systèmes et à en réduire les coûts

b) Les procédés de traitement

La dépollution des eaux usées nécessite une succession d'étapes faisant appel à des traitements physiques (filtration) physico-chimiques (adjonction de sels de fer ou d'aluminium qui a pour effet de faire coaguler les micro particules) et biologiques (en favorisant l'action des bactéries qui se développent en utilisant les matières organiques comme nutriments). L'épuration doit permettre, au minimum, d'éliminer la majeure partie de la pollution carbonée (78(*)).

Dans les zones dites « zones sensibles » qui présentent des risques d'eutrophisation, l'épuration porte aussi sur l'azote et le phosphore, à condition que les stations d'épuration aient été conçues dans ce but (79(*)).

Jusqu'à présent, on suit la dépollution à travers des mesures globales telles que la demande chimique et biochimique en oxygène qui mesure l'importance des matières organiques dans les effluents. Mais il existe des micropolluants qui ne sont pas sensibles aux bactéries et qui ne se dégradent que très difficilement (médicaments, pesticides, métabolites de détergents...). La présence de ces « nouveaux polluants » suppose de mettre en oeuvre de nouveaux types de traitement appelés parfois traitements quaternaires (80(*)).

* (78) Annexe 78 - Etapes et procédés de traitement des eaux usées.

* (79) Annexe 79 - L'élimination de l'azote et du phosphore.

* (80) Annexe 80 - L'élimination des micropolluants dans les stations d'épuration.