Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi relatif à la modernisation de la diffusion audiovisuelle et à la télévision du futur

 

3. Les expérimentations françaises et leurs résultats

Le développement de la télévision mobile passe par des expérimentations de services auprès du public et la validation des normes techniques. Dès le mois d'août 2005, le Conseil supérieur de l'audiovisuel a lancé quatre projets destinés à faciliter la diffusion de services de télévision mobile auprès d'un large public.

a) Les quatre projets lancés

Le mois de septembre 2005 a véritablement marqué le lancement d'expérimentations à grande échelle de télévision mobile en France, réunissant tous les grands acteurs des secteurs de l'audiovisuel et de la téléphonie mobile.

Le 13 septembre, quatre consortiums ont ainsi obtenu auprès du Conseil supérieur de l'audiovisuel des autorisations en région parisienne pour des expérimentations de télévision mobile utilisant deux normes différentes de diffusion dans les bandes de fréquences de la radio diffusion hertzienne terrestre.

En DVB-H sur la bande UHF :

- pour une durée de 9 mois à partir du 15 septembre 2005, un consortium coordonné par TPS en collaboration avec Bouygues Telecom, Orange et Sagem, pour la diffusion de services de télévision (TF1, M6, Eurosport, W9, Infosport, LCI, TF6, Paris Première et Télétoon) ;

- pour la même période, un consortium coordonné par TDF en collaboration avec Bouygues Télécom, Orange, SFR et Nokia, pour la diffusion de services de télévision (Arte, France Télévisions, Euronews, Europe 2 TV, Gulli, i>télévision, Planète, TPS Star, TV Breizh et W9) et d'une dizaine de services de radio ;

- pour la même période, un consortium coordonné par Canal+, en collaboration avec Nokia, SFR et Towercast, pour la diffusion de services de télévision (Canal+, 13ème rue, Canal J, CinéCinéma, Equidia, France 2, France 3, i>télé, L'équipe TV, MCM Top, NRJ 12, Planète, Sport +).

En T-DMB sur la bande VHF :

- pour une durée de 6 mois à partir du 15 octobre, un consortium constitué par TF1 et VDL, pour la diffusion de deux services de télévision (TF1 et LCI) et de deux services de radio (Europe 1 et Europe 2).

b) Un premier bilan encourageant

Un premier bilan de ces expérimentations a été présenté par le Forum TV Mobile en mars 2006, en présence du ministre de la culture et de la communication, du ministre délégué à l'industrie et du président du CSA.

Il en ressort que la durée moyenne constatée de consommation est d'environ 20 minutes par jour, dont la moitié du temps à domicile, 14 % dans les transports et 12 % sur le lieu de travail. Il y a 3 périodes de plus forte utilisation : le matin (9-10 h), la mi-journée (13-14 h) et le soir (20-22 h).

Les programmes les plus plébiscités sont l'information, la musique, le divertissement, le sport, les documentaires et, pour les testeurs de Canal+, le cinéma.

Les principales conclusions tirées à ce stade par les opérateurs de télévision mobile sont que :

- il est nécessaire de laisser ouvertes toutes les pistes en matière de normes et de fréquences, y compris les systèmes mixtes terrestre-satellite ;

- les normes expérimentées sont matures et complémentaires avec les réseaux de téléphonie mobile à haut débit pour les aspects liés à l'interactivité ;

- la couverture doit être la plus large possible, notamment à l'intérieur des bâtiments en milieu urbain, de façon à permettre la réception des services à domicile, dans les transports en commun, dans les centres commerciaux... ;

- 68 % des testeurs seraient prêts à payer (environ 7 euros par mois ou un peu plus) pour ce service.

Les acteurs français considèrent désormais qu'ils sont prêts à lancer des services commerciaux et qu'ils disposent d'un retour d'expérience suffisant concernant le type de services, la consommation du public, les capacités réelles des normes envisagées et les architectures des réseaux de diffusion.

En attendant l'extinction de l'analogique, qui aura pour effet d'alléger le spectre et de permettre l'extension éventuelle du réseau de couverture, le CSA a évoqué l'utilisation du réseau multiville (M7) pour la diffusion des services de télévision mobile personnelle.