Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances rectificative pour 2009

 

c) Le montant apparemment très élevé du plan de relance américain vient du fait que les chiffres mis en avant prennent en compte les années 2010 à 2015

Sur les 787 milliards de dollars - soit plus de 5 points de PIB - du « plan Obama », l'année 2009 correspond à seulement 1,3 point de PIB, dont seulement 0,9 point de PIB de dépenses, comme l'indique le graphique ci-après.

L'American Recovery and Reinvestment Act

(en points de PIB)

Source : Congressional Budget Office, 2 mars 2009

L'impact sur le PIB est évalué par le Congressional Budget Office à 1,4 point en 2009 et 1,1 point en 2010 selon une estimation prudente, contre respectivement 3,8 points et 3,4 points selon une estimation optimiste39(*).

Comme on l'a indiqué ci-avant, il faut cependant prendre en compte le fait que, selon le FMI, une partie importante des 2 points de PIB de mesures de relance annoncées pour 2009 (dont 1,3 point de PIB dans le cadre de l'American Recovery and Reinvestment Act) comprennent, pour 1,1 point de PIB, des mesures déjà en vigueur en 2008, de sorte que l'impulsion budgétaire serait de seulement 0,9 point de PIB.

* 39 Cette estimation est vraisemblable. Si l'on considère que dans le cas des Etats-Unis le multiplicateur keynésien est de 2 pour les dépenses et 1 pour les allégements fiscaux, il en résulte un impact sur le PIB de l'ordre de 2 points en 2009. Le maintien d'un déficit élevé en 2010 permettrait d'éviter une impulsion budgétaire négative, qui aurait un impact défavorable sur la croissance de 2010.