Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi autorisant l'approbation de l'accord de coopération dans le domaine de la défense entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République libanaise

 

B. RELATIONS ÉCONOMIQUES

Troisième fournisseur du Liban en 2008, avec 8,3 % de parts de marché, derrière les Etats-Unis et la Chine, la France a été le premier fournisseur du Liban, les dix premiers mois de l'année 2009, avec 10,4 % de parts de marché, en particulier la livraison de six avions Airbus.

La reprise de l'activité économique au Liban a permis une forte progression des exportations françaises, qui ont dépassé le milliard d'euros en 2008 (+ 41% par rapport à 2007). Les importations, de l'ordre de 35 millions d'euros ont reculé de 22 %. Les cinq principaux postes d'exportation sont les combustibles et carburants (43 %), les produits pharmaceutiques, de parfumerie et d'entretien (12 %), les bateaux, avions, trains, motos (7 %), les équipements électriques et électroniques (6 %), l'habillement et le cuir (5 %). Hors pays arabes, la France est le premier investisseur au Liban, avec un stock d'investissement direct à l'étranger (IDE) évalué à 319 M€ en 2008 par la Banque de France. Ce montant, en progression, marque une rupture de tendance après plusieurs années de baisse (+ 20 % par rapport à 2007).

Les principaux secteurs sur lesquels les entreprises françaises interviennent sont les télécommunications, l'immobilier et, dans une moindre mesure, les industries agricoles et alimentaires et l'intermédiation financière. Plus de 80 implantations françaises sont présentes sur le sol libanais, employant 5 000 personnes et ayant pour l'essentiel une vocation régionale. La majorité des grands groupes industriels et de services français est implantée au Liban.

La France est l'un des principaux bailleurs de fonds du Liban. Lors de la Conférence de Paris II, elle a accordé un prêt de 500 millions d'euros, remboursé par semestrialités depuis début 2007, auquel se sont ajoutés 500 millions d'euros de prêts accordés à Paris III (375 millions d'aide budgétaire et 125 millions d'aide au secteur privé). Une première tranche de 150 millions d'euros d'aide budgétaire a été versée fin février 2008. A l'occasion de la visite du Premier ministre français en novembre 2008, un avenant à la convention d'aide budgétaire a été signé afin de repousser le décaissement des deuxième et troisième tranches qui dépendent de la poursuite des réformes des secteurs de l'électricité et des télécommunications. Un nouvel avenant a été signé à l'occasion de la visite de la ministre de l'économie et des finances, Christine Lagarde, le 17 décembre 2009, repoussant à la fin 2010 l'échéance des prêts.