Vous êtes ici : Rapports > Rapports d'information




Retour Sommaire Suite

D. ... ET QUE LE NUCLÉAIRE EST PROMIS À UN AVENIR CERTAIN SUR LA PLANÈTE

1. Le développement de l'énergie nucléaire a été freiné dans un certain nombre de pays52(*)

Toutefois, aucun pays n'a arrêté de centrale jusqu'à présent. Tout comme la Belgique, la Finlande, l'Espagne ou la Suisse, ils en poursuivent l'exploitation, preuve que l'énergie nucléaire est nécessaire à leur bilan énergétique.

Qui plus est, il y a tout lieu de penser qu'après cette période de ralentissement, nombre de pays industrialisés, mais aussi de pays en développement devront recourir à l'énergie nucléaire.

2. Les scénarios avancés par le Commissariat Général du Plan

Dans les vingt prochaines années, le pétrole devrait rester le combustible dominant dans le monde (40 %), le charbon continuer à reculer en raison de ses nuisances pour l'environnement et le gaz devrait maintenir ses positions. Le récent rapport du Commissariat général du Plan53(*) qui avance ces données retient, en outre, trois scénarios possibles pour l'évolution du nucléaire civil dans le monde. Tenant compte du climat d'incertitude, ceux-ci évoquent :

- l'abandon du nucléaire ;

- un nouvel essor de ce type d'énergie, qui suppose des progrès en matière de sûreté, d'acceptabilité par l'opinion publique et de compétitivité économique par rapport aux autres sources de production d'électricité ;

- un développement du nucléaire, différencié entre zones géographiques qui " passerait par l'Asie car cette énergie serait la seule susceptible de répondre à la forte demande de nouvelles centrales à grande capacité dans cette zone ". C'est ce troisième scénario qui est jugé le plus probable54(*).

Alors que l'énergie nucléaire représente aujourd'hui 6 % de la consommation primaire d'énergie dans le monde et 22 % de la production mondiale d'électricité, on voit mal comment l'on pourrait s'en passer.

Il y a donc tout lieu de penser que le nucléaire sera inéluctable pour la planète, surtout si l'on veut la préserver de l'effet de serre. La principale réserve à cette perspective réside dans le niveau relatif des prix des autres sources d'énergie dans 20 ans et plus. Mais peut-on raisonnablement penser qu'avec une économie mondiale devant assurer, d'ici 2010, la satisfaction des besoins de 8 à 10 milliards de consommateurs, le prix des énergies fossiles ne tendra pas à croître ?

Retour Sommaire Suite



Haut de page
Actualités | Travaux Parlementaires | Vos Sénateurs | Europe et International | Connaître le Sénat | Recherche
Liste de diffusion | RSS | Contacts | Recrutement | Plan | Librairie | FAQ | Mentions légales | Accessibilité | Liens | Ameli