Allez au contenu, Allez à la navigation

11 décembre 1997 : Les images de synthèse et le monde virtuel : techniques et enjeux de société ( rapport de l'opecst )

 


Retour Sommaire Suite

c) La numérisation des couleurs

La reproduction des couleurs suit exactement le même processus que la double opération encodage/décodage décrite pour le noir et blanc. Pour du noir et blanc, on peut choisir arbitrairement que 1 représente le noir et 0 représente le blanc (encadré n° 1). Mais, pour tout intermédiaire entre noir et blanc et pour toute autre couleur, les nombres vont représenter les intensités.

Toute couleur peut être décomposée en trois couleurs primaires : rouge, vert, bleu. La synthèse des trois couleurs (synthèse de l'image) donne la couleur finale. Dans les machines actuelles, chaque couleur est répartie en 256 niveaux (codés de 0 à 255) : il y a 256 niveaux ("tons") de rouge, 256 niveaux de vert, 256 niveaux de bleu, soit au total 2563 possibilités, 16,7 millions de couleurs.

Le blanc est réalisé par une fusion des trois couleurs. C'est-à-dire un maximum de rouge, de vert et de bleu, soit 255 pour chaque composante, en binaire 24 bits à 1. Par commodité, on ne raisonne plus en termes de bits (succession de 0 et 1), mais on raisonne en termes de nombres. Chaque intensité de couleur est codée par un octet, c'est-à-dire par un nombre compris entre 0 et 255. Lorsqu'on groupe les trois, cela donne la couleur finale.

Dans tous les cas, la sortie de l'encodage est une image numérique, c'est-à-dire un tableau de nombres qui, après, peut être décodé et affiché en couleurs.

Au risque d'être simplificateur à l'extrême, une image numérique suit pratiquement le processus qui consiste à colorier, dans les jeux d'enfants, une forme peu reconnaissable, divisée en cases (polygones). Dans chaque case figure un chiffre qui correspond à une couleur. L'enfant colorie chaque case avec la couleur indiquée et, peu à peu, l'image apparaît dans sa complexité.

 Le drapeau français numérisé. Les couleurs sont numérisées. Chaque couleur est définie par une intensité de rouge, vert, bleu, représentée par un octet compris entre 0 et 255.

Le bleu se lit 0 (0 rouge) / 0 (0 vert) / 255 (maximum de bleu).

Le rouge se traduit par 255 (maximum de rouge) / 0 (0 vert) / 0 (0 bleu).

Le blanc est constitué par le maximum des trois couleurs :

255 (maximum de rouge) / 255 (maximum de vert) / 255 (maximum de bleu).

Le fond gris se traduit par un mélange de valeurs moyennes 170/170/170.

Chaque octet (nombre compris entre 0 et 255) se traduit en réalité par une succession de huit bits (succession de 0 et 1).



Affichage numérique



Retour Sommaire Suite