Vous êtes ici : Rapports > Rapports d'information



Retour Sommaire Suite

2. La société au temps du virtuel

Le numérique envahit le quotidien. La révolution qu'il opère sur notre société est profonde et, pour certains, plus radicale que n'importe quelle autre technique. Car, s'il est vrai que l'homme crée l'outil, c'est-à-dire un moyen, l'outil façonne l'homme. Les nouvelles technologies vont contribuer à modeler une nouvelle relation de l'homme au monde. Cette révolution, sur laquelle tout le monde s'accorde sans trop savoir la définir, commence par des mots. Des mots très communiquants -cybermonde, cyberespace95(*), virtuel, intelligence artificielle- mais qui cachent souvent une certaine ignorance. L'ignorance laisse parfois place aux fantasmes sans qu'il soit possible d'en déterminer le bien fondé ou, si l'on préfère, sans qu'il soit possible de déterminer le vrai du faux. C'est d'ailleurs là toute la problématique du virtuel.

Nous sommes là dans le domaine de la prospective. Parmi les nombreux thèmes abordés émergent quelques problématiques majeures : les conséquences psychologiques, les conséquences sociales. Il y a sur ces sujets, beaucoup d'incertitudes et même parfois quelques a priori. Les professionnels, psychologues, sociologues eux-mêmes sont partagés, ce qui, dans ce domaine, n'étonnera personne. Les arguments de chacun doivent être présentés, puis débattus.

a) Les conséquences psychologiques éventuelles96(*)

La question de la frontière entre le réel et le virtuel s'est toujours posée aux psychologues. La problématique est celle du rôle de l'imaginaire dans la construction d'une personnalité, qui doit occuper sa place, mais pas toute la place97(*). Le virtuel est déterminant dans notre économie psychique. Le virtuel des rêves est une forme de réalisation de désirs inconscients, le fantasme est une alternative au passage à l'acte. Avec l'essor du virtuel, nous assistons à la naissance d'un phénomène social et culturel nouveau.

Le pouvoir attractif du virtuel se fonde sur trois données. D'une part l'image, qui peut être, ou qui sera, tôt ou tard, une copie conforme du réel pour celui qui le souhaite. D'autre part, la sensation du réel. " Les techniques du virtuel nous plongent dans l'image, nous permettent de nous déplacer, d'agir, de travailler dans cet univers98(*). " Enfin, avec l'abolition du temps et de l'espace, " tout devient accessible, les autres, les machines, les loisirs, les services. " Tout et tout de suite. Nous passerons de plus en plus de temps devant nos écrans puisque ce moyen nous donne accès à tant de possibilités. Or, les conséquences sur le plan psychologique de ces éléments sont mal maîtrisées. " Il faut faire attention à la puissance que confère le fait d'être au centre de l'image, qui est un lieu de pouvoir très fort. On n'a pas encore pris la mesure de ce qui se produit dans notre entrelacement aux images. "99(*)

Si le réel et le virtuel tendent à se mêler et, pour finir, se confondre, il reste une différence fondamentale entre les deux : le réel résiste, alors que le virtuel obéit. C'est ce qui fait la force irrésistible du virtuel et aussi son danger.

" Nous serons d'autant plus tentés de les confondre si la chose vient à manquer. La tentation sera grande de s'adresser au substitut pour obtenir une satisfaction équivalente. (...) Le virtuel peut agir comme une drogue qui répondrait artificiellement à un manque, venant combler une frustration. Il se présentera comme une tentation de combler le désir là où le réel résiste. On s'expose ici à des risques de confusion énormes entre rêve et réalité, source de déconvenues, de désillusions, de retombées sur terre fracassantes car le réel finira toujours par nous rattraper. "100(*)

D'ailleurs, la disparition du manque, la satisfaction totale du désir sont elles-mêmes dangereuses et l'homme ne fonctionne pas sans désir.

Confronté au réel qui résiste, la tentation est de rester dans le virtuel. Le virtuel est alors à la fois une fuite et une prison.

Comme on l'a vu avec le virtuel, le spectateur devient acteur dans l'image. Le premier peut être hypnotisé par elle et le second peut être englué dans elle, exactement comme dans une toile, le Web.

Retour Sommaire Suite



Haut de page
Actualités | Travaux Parlementaires | Vos Sénateurs | Europe et International | Connaître le Sénat | Recherche
Liste de diffusion | RSS | Contacts | Recrutement | Plan | Librairie | FAQ | Mentions légales | Accessibilité | Liens | Ameli