Allez au contenu, Allez à la navigation



 

Retour Sommaire Suite

II Influence de la date de décision sur les programmes menés au
CEA

L'ensemble des programmes accompagnant directement ou indirectement le projet EPR peut être classé en trois catégories (cf. supra) :

· un " fond continu " de R & D visant à affiner les connaissances, perfectionner les modèles physiques et qualifier des outils de conception et d'analyse toujours au meilleur niveau international ;

· des actions ciblées sur les options spécifiques retenues par le Projet, pour en démontrer la validité, notamment en ce qui concerne la sûreté renforcée qui caractérise EPR ;

· les études d'options avancées, non retenues à ce stade, mais dont certaines pourront être incorporées, en fonction du calendrier, dans le démonstrateur, puis dans le premier palier, voire dans des paliers suivants, conformément à l'expérience passée. Ces améliorations pourront aussi, peut-être, être introduites à l'occasion de mises à niveau générales.

A) Amélioration continue des connaissances et des outils

Par nature, ces améliorations bénéficieront au projet EPR, quelle que soit la date de la première réalisation. Il ne fait pas de doute, en revanche, qu'une réalisation proche constitue une motivation importante pour les équipes de R & D elles-mêmes, et pour l'intérêt qu'y portent les partenaires industriels du projet.

1 - Développement de méthodes et de logiciels

Dans le domaine des logiciels nécessaires aux études de conception, le CEA doit maintenir au meilleur niveau les logiciels et les données de base entrant dans les systèmes de calcul de ses partenaires industriels EDF et FRAMATOME.

On peut schématiquement distinguer deux grands axes :

Þ l'étude de problèmes complexes, pour le fonctionnement normal et en situation accidentelle, des réacteurs de nouvelle génération, conduisant à la nécessité de coupler de grands logiciels spécialisés dans les différents domaines de la physique des réacteurs. La stratégie adoptée vise à doter l'ensemble des logiciels d'une architecture commune afin de faciliter le couplage de différentes disciplines (neutronique, thermique, hydraulique, mécanique). Le nouveau système devrait être opérationnel en 2005 ;

Þ le lancement, en collaboration avec les partenaires, du développement des outils de la génération suivante avec la création de nouvelles plates-formes logicielles.

2 - Comportement des matériaux

L'objectif de durée de vie de l'EPR est de 60 ans. Le projet EPR pourra donc bénéficier des études entreprises actuellement pour prolonger la durée de vie du parc actuel, ayant pour objectif de mieux comprendre les mécanismes de vieillissement des matériaux de structure dans les conditions de service (irradiation, température, corrosion) afin de pouvoir prédire l'évolution de leur comportement dans le temps et, le cas échéant, de pouvoir apporter les mesures correctives nécessaires.

Le domaine du comportement dans le temps des matériaux irradiés est celui qui comporte le plus d'incertitudes. En effet, les expériences ne peuvent pas totalement rendre compte du vieillissement des matériaux.

Or, aujourd'hui, les Américains parlent, pour certaines centrales, d'une durée de vie de 60 ans. Il est clair que l'allongement de la durée de vie prévisible des centrales nucléaires constitue la principale épée de Damoclès qui pèse sur le projet EPR.

3 - Combustibles

L'augmentation du taux de combustion des combustibles à l'oxyde d'uranium et des combustibles MOX est un enjeu important pour augmenter la compétitivité du nucléaire dans les années à venir. Les études actuelles visent à accroître ces taux pour les réacteurs du parc existant, contribuant de façon évidente à progresser vers les objectifs du projet EPR.

Retour Sommaire Suite