Allez au contenu, Allez à la navigation



La politique spatiale française: bilan et perspectives

 

II. 6.2. L'ORGANISATION INDUSTRIELLE EN EUROPE

Les programmes de lanceurs sont possibles grâce à la coopération européenne

En Europe le secteur de la propulsion est l'héritier direct de la coopération organisée au sein de l'ESA.

Pour le moteur Vulcain par exemple, la propulsion spatiale européenne intègre ainsi des contributions de 14 industriels implantés dans 10 pays, et dont Snecma Moteurs est le chef de file européen.

Pour les étages à propergols solides d'Ariane 5, on compte 7 acteurs principaux, à comparer avec le seul Thiokol américain qui fournit ceux de la navette.

Cet émiettement qui répond aux règles de retour géographique des programmes de l'ESA, n'est pas sans poser quelques difficultés quand il s'agit d'optimiser le socle technologique, le développement et la production. Il conduit ainsi à des dispersions et des surcoûts peu favorables à la compétitivité d'Arianespace.

C'est pourquoi comme aux Etats Unis, il faut souhaiter que des rapprochements s'amorcent en Europe dans le métier de la propulsion.

Atteindre en Europe la taille critique par des rapprochements progressifs

La baisse des coûts d'approvisionnement d'Arianespace et sa compétitivité technologique gagneraient beaucoup à s'exercer dans le cadre de ces rapprochements entre les acteurs de la propulsion, qui pourraient optimiser la R&T, les développements et la production, ce que ne permet pas le paysage morcelé d'intervenants dont le poids économique n'est pas comparable avec la concurrence.

La coopération européenne a donné un vrai tissu industriel compétent et expérimenté dans le domaine de la propulsion spatiale ; pour en obtenir le meilleur elle doit lui permettre de s'organiser encore.

III. 6.3. UNE ACTION CONSTANTE SUR LES COÛTS : L'ÉVOLUTION NÉCESSAIRE DES ORGANISATIONS INDUSTRIELLES

La nécessité de rentabiliser des investissements dans un marché contraint

En Europe seuls quelques lancements (moins de 10) sont réalisés chaque année. Outre les contraintes liées à la petite taille et la répartition des acteurs industriels, la faiblesse des séries liées à cette production rend très délicate la recherche d'équilibres économiques, et conduisent à des prix de production encore élevés.

Pour illustrer cette difficulté on peut considérer que l'investissement de développement pour un moteur fusée à liquide est 100 fois son prix récurrent, un ordre de grandeur que l'on retrouve pour les moteurs d'avions civils ou militaires. Mais les séries de production dans le domaine spatial sont au moins 100 fois inférieures à celles de l'aéronautique. En d'autres termes, pour prendre en compte l'amortissement du développement sur une période de 10 ans, il faudrait plus que doubler le prix d'un moteur fusée.

Or, des matériels produits dans des conditions économiques non comparables (Russie par exemple) ou des conditions industrielles très favorables (subventions directes ou indirectes et garanties de marché captif coté américain), tirent les prix vers le bas et interdisent toute évolution en ce sens. La propulsion, essentielle pour l'accès à l'espace, reste ainsi une technologie stratégique, dont le développement est une question de politique industrielle et non d'économie de marché.

Mais, en parallèle, les efforts déployés chez les industriels en Europe, et tout particulièrement en France depuis les années 90, ont permis d'amorcer depuis plusieurs années le virage de la baisse des coûts.