Allez au contenu, Allez à la navigation



La politique spatiale française: bilan et perspectives

 

IV. 6.4. DES RÉSULTATS DÉJÀ TRÈS SENSIBLES : UNE BAISSE DE PLUS D'UN TIERS DES COÛTS DE PRODUCTION

Des développements plus courts : le résultat d'un savoir-faire de l'industrie.

Afin de mieux suivre les évolutions du marché, de diminuer les montants engagés, on cherche à mener un développement de moteur plus rapidement qu'auparavant. Le retour d'expérience en l'Europe, qui provient des développements récents (Vulcain 1 et 2) a déjà permis d'alléger notablement par rapport à Vulcain le développement du VINCI, (moteur d'étage supérieur à très haute performance pour Ariane 5) :

VINCI développé en 1985, avec les standards et l'organisation aurait coûté le double. Aujourd'hui au contraire on note que :

ð La durée de développement nécessaire est passée de 11 à 7 ans ;

ð le nombre de moteurs de développement prévu de 15 à 9 ;

ð les essais de développement associés de 300 à 150.

Concevoir en vue de la diminution des coûts : la R&T

En parallèle, la R&T, permet d'explorer des options techniques favorables à la diminution des coûts, en développement, comme en production, et d'anticiper les configurations de matériels, en particulier si elle peut les valider sur des démonstrateurs au sol. En validant un haut savoir-faire technologique (matériaux composites de très haute résistance pour les divergents fixes ou déployables, roulements avancés pour les turbopompes) elle a permis de préparer les équipes industrielles. Son action doit être constante.

S'organiser en vue de la diminution des coûts de production

Outre l'organisation entre les différents acteurs industriels, des opérations de réorganisation en production ont déjà vu le jour, sur les sites eux mêmes.

Pour Vulcain, Snecma Moteurs a ainsi adapté son organisation en Unité de Production Autonome, et pu ainsi raccourcir les cycles de production de 35% (une diminution de 20% des coûts), et diminuer les durées de stockage des pièces.

En Guyane, l'organisation repensée des responsabilités autour des propulseurs à propergol solide, devrait dans un proche avenir diminuer les coûts de production.

Les synergies aéronautiques et spatiales peuvent enfin, en organisant les achats, les laboratoires, les installations, offrir de vraies sources d'économie.

L'effort de compétitivité que produit la communauté Ariane est déjà particulièrement sensible dans le domaine de la propulsion.

Les coûts de production des moteurs d'Ariane 5 ont déjà été diminués de plus de 35%, par rapport à l'initial, en 5 ans (Ceux d'Ariane 4 l'avaient été de 30% en plus de 20 ans). Et les travaux dans ce sens se poursuivent : Arianespace pourra bientôt équiper Ariane 5 de moteurs dont le prix aura été divisé par deux par rapport aux premières séries.