Allez au contenu, Allez à la navigation



La politique de lutte contre le cancer

 

3. L'incidence estimée du cancer, son évolution durant les 25 dernières années

a) La situation en 1995

Les dernières estimations d'incidence nationale des cancers en France ont été réalisées par le réseau Francim4(*) et la Direction générale de la santé et portant sur la période 1975-1995. Les estimations 2000 sont en cours de production.

En 1995, on estimait à 240.000 le nombre de nouveaux cas de cancers dont 56 % survenant chez la femme.

En 1995, chez l'homme, quatre localisations sont responsables chacune de plus de 15.000 cas incidents estimés : la prostate (26.000), les VADS (19.000), le poumon (19.000), le côlon-rectum (18.000). Chez la femme pour cette même année, deux localisations sont responsables de plus de 15.000 cas : le sein (34.000), le côlon-rectum (3.300), ovaires (3.150), le poumon venant en cinquième position avec 3.100 cas.

b) L'évolution entre 1975 et 1995

L'incidence nationale estimée des cancers est en augmentation régulière depuis 1975 aussi bien chez les hommes que chez les femmes, avec une augmentation plus marquée chez les premiers (+ 21 % contre + 17 %).

Chez l'homme, la plus forte augmentation entre 1975 et 1995 concerne le cancer de la prostate (expliquant les ¾ de l'augmentation globale par cancer durant cette période), en lien avec le vieillissement de la population et l'évolution des pratiques de prise en charge. Les cancers colorectaux plutôt stables jusqu'en 1985 ont augmenté de 17 % durant la période étudiée, du fait notamment de l'utilisation accrue de l'hémoccult. Les cancers du poumon ont faiblement augmenté (+ 5 %), en lien avec la diminution du tabagisme. Les cancers des VADS ont diminué de 27 %, en lien avec la diminution de l'alcoolisme en France. Les mélanomes de la peau sont en augmentation.

Chez la femme, les cancers du sein ont augmenté de 60 %, expliquant à eux seuls, 93 % de l'augmentation globale de l'incidence. Cette augmentation est en partie expliquée par le diagnostic plus précoce en relation avec le dépistage. Le cancer du poumon a augmenté de 51 % en lien avec la croissance du tabagisme. La croissance du mélanome, liée aux pratiques d'exposition au soleil (exposition pendant enfance, exposition intermittente et forte au soleil) a doublé entre 1975 et 1985, elle s'est ralentie entre 1985 et 1995.

Incidence des cancers en France

année 1975 année 1995

Sein 19.200 33.800

Côlon-rectum 24.900 33.400

Prostate 6.700 26.500

Poumon 16.800 21.900

ORL 13.500 12.600

Col utérin 5.990 3.300

OEsophage 5.500 4.800

Tous cancers 171.200 239.800

Décès cancers 116.891 142.635

La dernière estimation portait sur l'année 1995, une estimation pour l'année 2000 devrait être publiée dans deux à trois mois.

En 1995, on avait dénombré 142.635 décès par cancer et diagnostiqué en France environ 240.000 cas. Ce chiffre était en nette augmentation puisqu'on estimait qu'en 1975, 171.200 cas étaient diagnostiqués chaque année.

Cette augmentation tient à la fois au vieillissement de la population et à une augmentation réelle de la fréquence.

Source : Réseau français des registres de cancer

* 4 Le réseau Francim regroupe l'ensemble des registres du cancer existant qualifiés par le Comité national des registres. Il a constitué une base de données de morbidité en provenance de ces registres actuellement gérée dans l'unité de biostatistiques du Professeur J. Estève (Lyon).