Allez au contenu, Allez à la navigation



Les conséquences de l'évolution scientifique et technique dans le secteur des télécommunications

 

B. LES FUTURS UNIVERS D'INTELLIGENCE AMBIANTE : L'EXEMPLE DE LA DOMOTIQUE

Le projet en vertu duquel nous pourrons, dans quelques années, transmettre et recevoir des informations à tout moment et sur tous supports ne se décline pas uniquement sur les informations traditionnellement transmises (voix, images, fichiers).

Il se projette sur un autre plan. Autour de l'idée qu'à l'avenir -c'est-à-dire à un horizon de 10-15 ans- nous vivrons dans un univers d'objets communicants qui nous proposeront des services utiles à notre vie quotidienne, et qui deviendront rapidement aussi indispensables que le sont, aujourd'hui, un ordinateur ou une machine à laver le linge.

Comme dans le cas précédemment évoqué de l'automobile, il s'agit d'une évolution vers les produits-services qui pourrait être déterminante pour l'avenir de l'industrie européenne, alors même que les objets et les services qui y seront associés ne sont pas toujours clairement identifiés.

Le marché de la domotique pourrait être un des secteurs de cette évolution.

Une maison ou un appartement sont à la confluence de plusieurs flux :

- externes (média, correspondance traditionnelle et informatique avec le voisinage, les autorités administratives, les fournisseurs, flux de biens matériels) ;

- internes (commande des équipements électroménagers, du chauffage, de l'électricité, etc.).

Le défi de la domotique consiste à unifier ces flux d'informations différents au sein d'un réseau domestique.

Ceci suppose la recherche de normes comme celle du « Home Local Network » développée par l'ETSI, à Sophia-Antipolis.

Mais également la mise en place d'une plate-forme de télécommunication, qui, d'une part, intègrera tous les équipements domestiques (télévision, ordinateur, lave-linge, système d'alarme, système de surveillance, réceptacles extérieurs pour les livraisons, etc.), en les faisant fonctionner sur un réseau en propre de basse fréquence radio comme celle développée par la norme Blue Tooth, et, d'autre part, assurera les rapports d'information, montants et descendants, de ce réseau avec les réseaux communiquant avec le domicile.

Un système de ce type permettrait, par exemple, après avoir commandé des objets ou des aliments, en donnant le code d'une boîte de livraison, de s'assurer à distance qu'ils ont été livrés.

Il autorisera l'arrivée dans les foyers de nouveaux objets comme les réfrigérateurs à écran, qui sont au stade de la pré-commercialisation, et qui incluent une visualisation du contenu dudit frigidaire et de l'état de fraîcheur des aliments, la possibilité d'envoyer et de recevoir du courrier électronique sur un écran situé sur la porte, celle de recevoir des images de ses enfants à la crèche, celle de commander à distance de son bureau d'autres objets électroménagers comme machines à laver la vaisselle ou le linge, d'activer des systèmes d'alarme, etc.

Mais, la mise en place de cette offre de services s'effectuera progressivement, car elle doit s'insérer dans des cycles de renouvellement des équipements -en l'occurrence les appareils électroménagers et, surtout, le logement- qui sont beaucoup plus longs que ceux de l'automobile.