Allez au contenu, Allez à la navigation



 

    retour sommaire suite

2. Un taux d'imposition implicite du travail et du capital particulièrement lourd

La France se caractérise également par la structure de son système d'imposition fiscalo-social. Ainsi, si elle n'est qu'au troisième rang des Etats de l'Union européenne pour son taux d'imposition implicite6(*) de la consommation (17,4 %, contre une moyenne de 19,5 %), elle est au dernier rang pour l'imposition du capital (36,6 %, pour une moyenne de 28,4 %) et au douzième rang pour l'imposition du travail (41,8 %, pour une moyenne de 36,3 %), comme l'indique le tableau ci-après.

Taux d'imposition implicites par type d'activité économique (2002)

(en %)

 

Taux d'imposition implicite sur la consommation

Taux d'imposition implicite sur le travail

Taux d'imposition implicite sur le capital

UE15

19,5

36,3

28,4

Royaume-Uni

21,3

24,6

30,8

Irlande

25,8

25,9

32

Luxembourg

23,7

28

32

Espagne

16,3

30

29,6

Pays-Bas

24,2

31,9

29,6

Portugal

20,1

33,7

-

Grèce

18,1

37,8

18,1

Autriche

22

39,2

28,5

Danemark

33,7

39,9

28,8

Allemagne

18,3

39,9

20,9

Italie

17,1

41,1

28,1

France

17,4

41,8

36,6

Belgique

21,9

43,5

30,1

Finlande

28

43,9

30,3

Suède

30,6

46,6

31,5

Source : Commission européenne

* 6 Les taux d'imposition implicites mesurent la charge fiscale moyenne réelle imposée aux différents types de revenus ou d'activités économiques. Ils expriment les recettes fiscales cumulées, en pourcentage de la base d'imposition potentielle pour chaque domaine.

    retour sommaire suite