Allez au contenu, Allez à la navigation



 

4. L'Italie

Très en retard en terme de pénétration du haut débit, l'Italie se caractérise par une action volontariste de la part des collectivités régionales et locales.

Comme en Allemagne, les entreprises municipales s'associent avec des opérateurs privés pour offrir des services de haut débit.

Les initiatives des collectivités territoriales sont, en outre, favorisées par l'existence d'une infrastructure publique de fibre optique, longue de 7.300 kilomètres, qui relie des grandes villes comme Rome et Milan. Construite à partir de 1995 par Télécom Italia qui l'a ensuite abandonnée au profit de l'ADSL, ce réseau de fibre est en effet entièrement ouvert à l'usage de tiers.

Des villes comme Milan ou Bologne mettent à profit cet atout et mènent une politique active pour développer la capillarité du réseau et favoriser l'émergence d'offres de services de haut débit pour leurs habitants.

5. La Suède

La Suède bénéficie d'une forte pénétration du haut débit grâce à une implication dynamique de l'ensemble des collectivités publiques. Les collectivités locales sont compétentes pour intervenir comme propriétaires, gestionnaires et opérateurs de réseaux et le régulateur encourage leur intervention sur le marché des télécommunications.

Le modèle suédois, basé à l'origine sur le câble, mise désormais sur le développement de la fibre optique à grande échelle. L'Etat a donné l'impulsion par l'adoption en 2001 d'un plan doté de 910 millions d'euros, visant à financer l'extension du réseau optique le long des câbles électriques à haute tension, à encourager les collectivités locales à raccorder leurs réseaux à l'infrastructure nationale et à les prolonger jusqu'aux usagers, ainsi qu'à favoriser, par des réductions fiscales, l'acquisition d'ordinateurs par les particuliers.

Les collectivités locales (une vingtaine de régions et plus de 200 communes) se sont massivement investies dans la construction de boucles optiques et se coordonnent pour les interconnecter.