Allez au contenu, Allez à la navigation



La Slovénie : le bon élève discret du dernier élargissement

 

C. LA POLITIQUE MONÉTAIRE ET FINANCIÈRE SOUS CONTRÔLE

La Banque de Slovénie (BS) a baissé par deux fois ses taux de référence de 25 points de base, au premier trimestre 2006, faisant passer le taux de prise en pension à 3,50 % et le taux lombard à 4,50 %, et contribuant ainsi à la convergence des taux vers ceux de la zone euro.

La stabilité de la monnaie slovène - qui bénéficie d'un flottement administré via des accords de swaps sur le marché des devises passés par la BS avec les banques commerciales de la place - est particulièrement bonne par rapport à l'euro, malgré un afflux net de devises étrangères évalué à 1.229 millions d'euros pour l'année 2005 et à 443 millions d'euros pour les mois de janvier et février 2006, du fait de l'accroissement des investissements des non-résidents et de l'amélioration de la balance courante. Le taux du marché spot est stable, légèrement en dessous du taux de référence choisi pour le MEC2 (à - 0,04 %). La Banque de Slovénie n'a eu à intervenir que 5 fois sur le marché des changes depuis l'entrée dans le MCE2 de la Slovénie, en juin 2004.

Par ailleurs le taux des dépôts sur le marché interbancaire a continué à remonter légèrement depuis l'été 2005 et s'est inscrit à 3,76 % en décembre 2005 (+ 6 points par rapport à novembre 2005), se stabilisant ensuite entre 3,7 % et 3,8 % en janvier et février 2006.

Constitué de quelque 22 établissements, le système bancaire slovène reste très concurrentiel et dynamique. Les actifs globaux du secteur bancaire se sont fortement accrus en 2005 et cette tendance s'est poursuivie sur les deux premiers mois 2006, en particulier grâce aux banques ayant un capital contrôlé par des groupes européens.

Le montant global de l'épargne placée en banques (10,33 millions d'euros à la fin 2005) s'est inscrit en faible croissance sur l'année 2005 (+ 3,6 %), qu'il s'agisse des dépôts à court terme ou de ceux à long terme, tandis que le montant global des prêts consentis par le secteur bancaire (15,42 millions d'euros) est en forte croissance sur l'année 2005 (+ 25 %). En fait, ce sont les montants des prêts consentis en euro qui s'accroissent considérablement avec la perspective de l'adoption de l'euro par la Slovénie. Du 31 janvier 2005 au 31 janvier 2006, le montant global des prêts en devises consentis par le système bancaire s'est ainsi accru de 56,6 % (+ 57 % pour les prêts aux entreprises, + 364 % pour ceux consentis aux particuliers et + 108 % pour ceux consentis à des entités publiques).

Les cinq premières banques de la place conservent leur part dominante avec 61,9 % du total des prêts consentis au secteur non bancaire, mais cette part est en diminution en glissement annuel de 3 % pour les prêts aux entreprises et de 2 % pour les prêts aux ménages.

Les préparatifs à l'entrée dans la zone euro ont déjà été lancés dans tout le secteur bancaire sous l'impulsion de la Banque de Slovénie et le double affichage des prix est en vigueur depuis le premier mars 2006.