Allez au contenu, Allez à la navigation



La France et la gestion des crises africaines :quels changements possibles ?

 

3. Des limites financières

Le coût d'une intervention sur tout théâtre extérieur, en Afrique comme ailleurs, est toujours élevé, du fait des moyens matériels et humains qu'elle requiert.

Qu'il s'agisse d'une intervention directe, supportée par le budget du ministère de la défense ou d'une opération de maintien de la paix des Nations unies, dont la contribution française est imputée sur le budget du ministère des Affaires étrangères, toute intervention affecte le budget de l'Etat, avec des variations qui peuvent être considérables. L'investissement dans le renforcement des instruments de sécurité locaux a donc toute sa pertinence.

La recherche d'une mutualisation des coûts est un autre axe du changement.