Allez au contenu, Allez à la navigation



Union européenne - Russie : quelles relations ?

 

3. Le système de bouclier anti-missiles américain

L'annonce, en janvier dernier, du déploiement d'éléments du système de bouclier anti-missiles américain en Pologne et en République tchèque a aussitôt suscité de vives critiques de la part des autorités russes.

Ainsi, le Président Vladimir Poutine, dans un discours prononcé à Munich, le 10 février 2007, a dénoncé l'unilatéralisme des États-Unis. Il a contesté la réalité d'une menace balistique émanant de l'Iran et il a mentionné les risques d'une nouvelle course aux armements en Europe.

Plus récemment, les autorités russes ont annoncé un moratoire sur l'application du traité sur les forces conventionnelles en Europe, conclu en 1990 entre les pays du Pacte de Varsovie et les pays membres de l'OTAN, et dont la version modifiée de 1999 n'a pas été ratifiée par les pays de l'OTAN en raison du maintien de bases militaires russes en Moldavie et en Géorgie.

Si le bouclier anti-missiles présente par définition un caractère défensif et que le déploiement d'éléments de ce système en Pologne et en République tchèque résulte d'une initiative strictement bilatérale entre les États-Unis et les pays concernés, il est cependant regrettable que l'Union européenne ait été jusqu'à présent tenue à l'écart.

Il est symptomatique, à cet égard, que le ministre allemand des affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, ait souligné la nécessité de discuter de cette question au sein de l'OTAN, sans mentionner l'Union européenne. Seul le Haut Représentant pour la PESC, Javier Solana, a insisté sur la nécessité de débattre de cette question entre les États membres de l'Union européenne.

Il est surprenant que, ni au niveau du Comité politique et de sécurité, ni au niveau du Conseil des ministres, ni même au sein du Conseil européen, ce sujet n'ait pas été évoqué.

Comment expliquer que, sur une question de cette importance qui concerne directement la protection du territoire et des citoyens européens, il n'y ait eu jusqu'à présent aucun débat au sein de l'Union européenne ? Ne serait-il pas légitime que les responsables européens discutent aussi entre eux de ce sujet ?

Ce dossier présente, en effet, une importance cruciale pour la sécurité de l'Europe, pour l'avenir de la politique européenne de sécurité et de défense et la création d'une défense européenne autonome. Sommes-nous disposés à laisser l'entière responsabilité de la protection du territoire européen à nos amis américains, qui décideraient seuls de la mise en oeuvre du système ? Quelles seraient, par exemple, les conséquences de l'interception d'un missile doté d'armes de destruction massive au dessus de l'Europe au niveau de ses débris ?

Il paraît également indispensable de nouer une concertation étroite avec la Russie sur cette question, afin de dissiper les craintes et les malentendus.


Le système de défense anti-missiles américain

Les attentats terroristes du 11 septembre 2001, qui ont mis en évidence la vulnérabilité du territoire national américain, ainsi que la menace de tirs de missiles, éventuellement dotés d'armes de destruction massive, en provenance de pays jugés hostiles, comme l'Iran ou la Corée du Nord, ont renforcé la détermination des autorités américaines d'édifier un système de défense anti-missiles protégeant l'intégralité du territoire américain et celui de ses alliés.

Si les États-Unis avaient lancé dès les années 1950 des recherches sur la création d'un tel système, l'édification d'un système de défense anti-missiles (« Missile Defense ») a été, en effet, considérablement accélérée sous la présidence de George W. Bush. Ainsi, depuis 2002, ce programme du Pentagone aurait bénéficié d'une dotation d'environ 10 milliards de dollars par an. Par ailleurs, l'hypothèque du traité américano-russe ABM (« Anti Ballistic Missiles ») de 1972, interdisant le déploiement d'un tel système, a été levée avec le retrait unilatéral des États-Unis de ce traité en juin 2002, malgré les protestations de la Russie.

Le bouclier anti-missiles américain devrait reposer sur un système complexe composé de senseurs (radars et satellites), d'intercepteurs (terrestres, mais aussi à partir de navires, d'avions, voire de satellites) et d'un système de gestion de l'engagement, qui analyserait les données fournies par les radars et satellites d'alerte pour identifier les têtes assaillantes, engager les intercepteurs et leur transmettre en vol les informations relatives à la trajectoire des têtes. Ce système aurait pour vocation de protéger le territoire américain, mais aussi celui des pays alliés ou amis, ainsi que les forces déployées.

Une première composante terrestre en Alaska a été déclarée opérationnelle en 2004 et l'amélioration des cinq grands radars d'alerte rapide actuellement utilisés par les États-Unis (dont un est situé au Groenland et un autre au Royaume-Uni) est en cours.

Le 22 janvier dernier, les États-Unis ont officiellement demandé à la République tchèque et à la Pologne d'accueillir, respectivement un radar servant à détecter des tirs de missiles et une batterie de dix intercepteurs ou « missiles anti-missiles ». Cette demande a reçu un accueil favorable à Prague et à Varsovie, mais elle a suscité une vive réaction de la part de la Russie. L'ensemble pourrait être opérationnel à partir de 2011 et représenterait un coût de 3,5 milliards de dollars.

Bien qu'il existe encore de sérieux doutes chez les experts sur l'efficacité d'un tel système, la détermination des autorités américaines à se doter d'une défense anti-missiles semble totale.

De son côté, l'OTAN s'est engagée depuis 1999 dans un projet de défense anti-missiles balistiques de théâtre, destiné à protéger les troupes déployées dans le cadre d'opérations extérieures contre les missiles de courte portée. Une étude de faisabilité portant sur un système de défense anti-missiles du territoire a été également été lancée en 2002. Toutefois, compte tenu de son coût, estimé à 27 milliards d'euros, ce projet n'a pas été mené plus avant. De fait, le seul programme de défense contre les missiles de longue portée en Europe est américain.