Allez au contenu, Allez à la navigation



Approvisionnement électrique : l'Europe sous tension (auditions et déplacements)

 

Autorité de sûreté nucléaire (ASN) - 22 juin

Courrier de M. André-Claude Lacoste, président

Dans le courant du mois de mai, M. Bruno Sido, président de la mission commune d'information, a adressé à M. André-Claude Lacoste, président de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), un courrier lui exposant que :

« Dans le cadre de ses travaux, la mission est amenée à s'interroger sur l'avenir de la filière nucléaire française à moyen terme, compte tenu de l'importance de l'électricité d'origine nucléaire dans notre bouquet énergétique et de la nécessité de préserver cette technologie qui permet à notre pays de bénéficier d'une électricité abondante et compétitive, enviée à bien des égards par de nombreux pays en Europe.

« Or, l'âge actuel du parc nucléaire français nous oblige à réfléchir à l'équilibre souhaitable entre prolongement de la durée de vie des centrales existantes, déploiement à moyen terme d'un parc de réacteurs de troisième génération et renforcement des travaux de recherche pour mettre en service le plus rapidement possible les technologies de rupture de la quatrième génération.

« Dans la mesure où il reviendra à l'Autorité de sûreté nucléaire d'apprécier au cas par cas l'opportunité de prolonger ou non la durée de vie des centrales nucléaires, il pourrait nous être très utile et précieux pour nos travaux d'obtenir votre avis sur ce point. Nous souhaiterions en particulier disposer de votre jugement sur la situation actuelle des centrales nucléaires françaises, sur leur durée de vie prévisible et sur leur capacité à fonctionner, à tout le moins pour certaines d'entre elles, pendant des périodes supérieures à quarante ans. »

M. André-Claude Lacoste, président de l'ASN, a fait part de son analyse dans un courrier dont le fac simile est publié pages suivantes.