Allez au contenu, Allez à la navigation



Le Moyen-Orient à l'heure nucléaire

 

AVANT-PROPOS

« Si vous avez compris quelque chose au Moyen-Orient, c'est sûrement qu'on vous a mal expliqué » - Percy Kemp - Le système Boone.

Mesdames, Messieurs,

La commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées du Sénat a confié le 22 septembre 2008 à deux de ses membres, M. Jean François-Poncet, sénateur UMP, vice-président de la commission, et Mme Monique Cerisier-ben Guiga, sénatrice socialiste, secrétaire du bureau du Sénat, une mission d'information sur le Moyen-Orient.

Afin de remplir la mission qui leur a été confiée, les deux rapporteurs ont effectué sept déplacements entre octobre 2008 et juin 2009, au cours desquels ils se sont rendus dans les quinze pays du Moyen-Orient, à l'exception du Sultanat d'Oman et de l'Iran. Ils y ont eu 357 entretiens et audiences.

Les deux rapporteurs ont également procédé, à Paris, à 40 auditions de spécialistes permettant d'éclairer la région sous ses différents aspects. Ils ont effectué six déplacements, en particulier à la Direction des Applications Militaires du Commissariat à l'énergie atomique et à EADS Astrium pour comprendre l'état d'avancement du programme nucléaire iranien et ses capacités balistiques.

Afin de préserver la confidentialité des informations recueillies, les rapporteurs ont décidé de ne pas rendre publics les procès-verbaux qui ont été dressés de ces entretiens et auditions.

Les rapporteurs n'ont pas pu se rendre en Iran avant les élections du 12 juin 2009, en raison du refus, signifié d'une façon discourtoise, de l'ambassadeur d'Iran à Paris, M. Seyed Mehdi Miraboutalebi, de leur accorder des visas.

En Israël, aucun des leaders politiques n'a accepté de les recevoir, à l'exception notable de M. Haïm Oron, leader du Meretz, du fait de leur rencontre à Damas avec Khaled Mechaal, leader politique du Hamas.

Les rapporteurs se sont également rendus en Turquie, à Washington et à New-York ainsi qu'à Bruxelles pour y rencontrer les personnalités les plus impliquées dans les affaires du Moyen-Orient.

Le présent rapport présente une vision d'ensemble de cette région, avec ses points communs et ses problèmes particuliers, et s'efforce d'en appréhender l'ensemble des aspects. Il ne prétend pas examiner le cas de chaque pays à la hauteur de son importance. En outre, certains rappels historiques seront superfétatoires pour tous ceux qui connaissent la région.

L'objectif de ce rapport est d'aider la représentation nationale à former son jugement propre sur la politique étrangère de notre pays, dans le cadre et dans les limites du principe de la séparation des pouvoirs.