Allez au contenu, Allez à la navigation



Mutation des virus et gestion des pandémies - l'exemples du virus A (H1N1)

 

VI - DES MODES DE VACCINATION BEAUCOUP PLUS DIVERS

A - DES SOLUTIONS DIFFERENTES

C'est non seulement le résultat de l'histoire. C'est aussi la conséquence des structures et de la culture de la société américaine.

L'organisation de la vaccination découle tout d'abord du contexte particulier de compétences partagées ou complémentaires en matière de santé publique. Les Etats qui ont reçu les doses de vaccins s'organisent en fonction de la réalité de la pandémie qui touche sévèrement certains d'entre eux, mais en épargne relativement d'autres. Certains estiment qu'ils ne reçoivent pas assez de vaccins, d'autres trop.

La vaccination est organisée de manière beaucoup plus diverse qu'en France. Elle est organisée dans des centres de vaccination, comme en France, mais la présence de médecins n'y est pas prévue (les infirmières qui vaccinent peuvent appeler un médecin en cas de difficulté). Elle peut aussi se dérouler dans des supermarchés (les drugstores) ou en pharmacies. Seules les infirmières se déplacent, les médecins ne le faisant plus, sauf exception et à un prix extrêmement élevé.

En théorie, le vaccin est gratuit, mais en pratique les patients doivent supporter certains frais administratifs. La gratuité du vaccin a étonné la population, qui n'est pas habituée à ne pas payer ses médicaments (le vaccin saisonnier, qui n'est pas gratuit, coûte 200 dollars environ pour dix doses, hors vaccination).

Les drugstores proposent la vaccination contre la grippe pandémique à des prix proches de 20 dollars.

Les médecins libéraux n'ont pas été exclus de la vaccination mais ont, semble-t-il, peu vacciné eux-mêmes. Ils ont, d'après le médecin de l'ambassade de France, surtout orienté leurs patients vers le vaccin saisonnier.

B - DES CATEGORIES PRIORITAIRES TRES PROCHES AUX ETATS-UNIS ET EN FRANCE

Sont concernés comme prioritaires, tant que durera la situation de pénurie de vaccins :

- les femmes enceintes, les personnes à risques, les adultes atteints du VIH, de diabète, de maladies cardiovasculaires et d'asthme,

- les personnes qui s'occupent des enfants de six mois,

- les membres officiels des organismes locaux et nationaux de santé, des services sociaux, des cliniques, des laboratoires, des pharmacies,

- le personnel médical d'urgence, les services du personnel, les médecins,

- tous les jeunes de 6 mois à 24 ans,

- les adultes de 24 à 64 ans qui présentent des risques de complication.

Cette liste est assez proche de celle en vigueur en France.

C - UNE CAMPAGNE DE PROMOTION DE LA VACCINATION AUX MÊMES FINALITÉS QU'EN FRANCE

Cette campagne repose comme en France sur un effort très large de vaccination et sur la définition de groupes prioritaires. La vaccination est certes prévue dans les écoles, mais repose également sur la participation des acteurs sociaux (l'intervention envisagée des églises étant originale par rapport à notre pays).

Des vaccinations sont prévues dans les écoles et les universités avant, durant et après les heures de classes, ce qui implique d'organiser la collaboration entre les départements de Santé, les écoles privées et publiques. Les enfants ne seront vaccinés qu'avec l'accord préalable de leurs familles.

Les acteurs sociaux sont impliqués dans la planification de cette grippe afin d'obtenir la participation des organisations communautaires et confessionnelles. L'objectif recherché est de mobiliser toutes les forces vives pour garantir une information, un soutien et un suivi des personnes isolées et vulnérables. Les mesures envisagées sont décrites dans un rapport produit par le Center for Faith-Based and Neighborhood Partnerships au ministère américain de la Santé et des Services sociaux avec l'appui du CDC.

La communication relève du même esprit qu'en France, mais est dotée de moyens considérables.

Les CDC diffusent largement les plans de vaccination sur leur site Internet www.cdc.gov. C'est dans le cadre de ces plans qu'a été prévue une semaine nationale de la vaccination antigrippale du 6 au 12 Décembre 2009.

Un autre site Internet, diffuse également ces informations : www/flu.gov/individualfalily/vaccination/locator.html. Ce site du gouvernement américain est comparable au site français www.pandemie.gouv.fr.

Un comité de suivi animé de façon indépendante par des citoyens est installé pour créer la confiance et faire l'inventaire des effets indésirables.