Allez au contenu, Allez à la navigation



Désarmement, non-prolifération nucléaires et sécurité de la France

 

5. Armes nucléaires « tactiques » et prolifération balistique

La question des armes nucléaires tactiques en Europe est enfin difficilement séparable de la question de l'universalisation du traité FNI (forces nucléaires intermédiaires) de 1987, proposé par la Russie avec le soutien, à l'ONU, des Etats-Unis (proposition non reprise dans le discours de Prague du président Obama). Cette proposition - on l'a vu - n'est nullement exclusive de la menace d'un retrait du FNI, préalablement avancée par Vladimir Poutine. Elle pourrait en fournir une « couverture » élégante, permettant à la Russie de s'en retirer à moindre frais. Un tel retrait, même s'il n'était pas dirigé contre l'Europe, aurait pour effet d'y bouleverser la donne géostratégique. Il ressusciterait une situation qui ne serait pas sans analogie avec celle qui prévalait au début des années 1980. La recréation d'une telle situation peut faire hésiter la Russie.

Il est clair cependant que le contexte a radicalement changé depuis 1987 et que la prolifération balistique pose des problèmes nouveaux.

Il serait intéressant d'envisager un traité de non prolifération balistique sur le modèle du TNP. Il y a quelque paradoxe, en effet, à traiter du désarmement et de la non-prolifération nucléaire en laissant de côté la question des vecteurs à moyenne ou à longue portée. Si on ne peut empêcher absolument la prolifération balistique, du moins peut-on chercher à l'enrayer ou à la ralentir. C'est l'objet de la proposition française, reprise par l'Union européenne et déjà évoquée, d'un traité sur les missiles sol-sol à portée courte ou intermédiaire.

La contrepartie en serait évidemment la réduction du nombre des vecteurs. La voie d'un traité juridiquement contraignant serait évidemment plus efficace que les régimes de fournisseurs (MTCR) ou le code de bonne de conduite de la Haye, purement déclaratif (HCOC). La Conférence d'examen est peut-être l'occasion d'un « saut qualitatif » dans l'appréhension par les gouvernements des enjeux de la prolifération balistique et dans la pédagogie d'un traité visant à la limiter.

*

L'avenir de l'équilibre européen de sécurité va donc être profondément bouleversé par les évolutions en cours :

- prolifération balistique en Asie de l'Est et au Moyen-Orient ;

- résultats de la Conférence d'examen et des négociations américano-russes pour la suite du processus de désarmement ;

- progrès de la défense antimissile balistique américaine ;

- capacité des Européens à définir un concept stratégique pour la défense européenne qui puisse s'articuler avec le futur « concept stratégique » de l'OTAN.

Les paramètres étant nombreux, les choix seront difficiles. L'abandon du concept de dissuasion serait un recul pour la sécurité européenne, à la fois pour l'équilibre du continent et pour la réponse à apporter à la prolifération balistique et des armes de destruction massive. Le souhaitable est d'aller vers un abaissement du nombre des armes nucléaires « tactiques » en Europe, mais l'effort dépend principalement de la Russie et des négociations américano-russes qui suivront le traité « post-START ». Dans cet océan d'incertitudes, le maintien d'une force nucléaire stratégique française indépendante est un gage de stabilité pour l'ensemble de l'Europe.