Allez au contenu, Allez à la navigation



Au service d'une politique nationale du patrimoine : le rôle incontournable du Centre des monuments nationaux

30 juin 2010 : Au service d'une politique nationale du patrimoine : le rôle incontournable du Centre des monuments nationaux ( rapport d'information )
c) La rationalisation géographique

Le siège du Centre des monuments nationaux et l'administration des monuments parisiens étaient jusqu'en 2010 implantés sur sept sites. Cette dispersion était préjudiciable au bon fonctionnement des services.

L'extension des missions du CMN à la maîtrise d'ouvrage, à la conservation et à la restauration des monuments, dont il assure la gestion, ainsi que la modernisation de l'organisation du siège, mise en oeuvre au premier semestre 2009, ont conduit à repenser son implantation immobilière à Paris.

Le projet regroupe les services autour de deux sites :

- l'Hôtel de Sully, qui reste le site historique et emblématique du siège de l'institution tout en s'ouvrant davantage au public ;

- un second site de bureaux fonctionnels, situé 17 avenue de la Porte des Lilas à Paris (XIXe arrondissement), permettant le regroupement des services.

Le groupe de travail a visité les deux sites parisiens de l'établissement. Il a pu constater que ces déménagements ont offert une nette amélioration des conditions de travail aux agents du siège de l'établissement si l'on se réfère à la description faite par notre collègue Yann Gaillard dans son rapport de 200213(*). Dans un développement consacré aux implantations immobilières, il avait critiqué l'aménagement ostentatoire du bureau du président alors nouvellement nommé « alors que l'Hôtel de Sully est dans un été général déplorable et que son personnel s'entasse dans des espaces confinés ». La visite des nouveaux bureaux a ainsi permis de constater :

· des locaux très fonctionnels dont le ratio de « logeabilité » est de 11 m² par agent ;

· un regroupement des services autrefois éclatés ;

· des efforts pour restaurer le patrimoine de l'Hôtel de Sully, notamment la chambre de la Duchesse, même si la transition de la maîtrise d'ouvrage complique la situation.

De fait, les représentants syndicaux, rencontrés au cours de cette visite, n'ont formulé aucune critique sur les conditions de travail, le sujet de préoccupation majeur étant celui de la relance de la dévolution du patrimoine monumental de l'État, le second étant lié aux problématiques de ressources humaines14(*).


* 13 Rapport d'information n° 378 (2001-2002), fait au nom de la commission des finances, déposé le 25 juillet 2002.

* 14 Abordées ultérieurement dans ce rapport.