Allez au contenu, Allez à la navigation



L'avenir des « années collège » dans les quartiers sensibles (Tome II : annexes)

10 mars 2011 : L'avenir des « années collège » dans les quartiers sensibles (Tome II : annexes) ( rapport d'information )

III. COMPTES RENDUS DES VISITES DE TERRAIN

CLICHY ET MONTFERMEIL : COLLÈGE JEAN JAURÈS DE MONTFERMEIL 1ER OCTOBRE 2010

MONTFERMEIL

Personnes rencontrées dans le Collège Jean Jaurès de Montfermeil :

- M. Xavier LEMOINE, Maire de Montfermeil

- Mme Anne Marie BAZZO, Inspectrice d'Académie Adjointe

- M. Franck LORENZI, Principal du collège Jean Jaurès

- M. Régis ASTRUC, Principal adjoint

- Mme Delphine DUPLESSIS, Directrice Générale Adjointe, Ville de Montfermeil

- M. Emmanuel Da ROCHA, Professeur d'EPS et responsable de la section sportive scolaire « Football »

- Mme Laurence RIBEAUCOURT, Assistante sociale et Présidente du FSE

- M. Fabrice Le STER, Professeur de Technologie et du Parcours Sciences et Techniques

- M. Cédric Le NOUÊNE, TICE, Enseignements EPS et Secrétaire de l'Association sportive

- Mme Carine GAUDON, Gestionnaire du collège Jean Jaurès

- M. Cyril DESOUCHES, Proviseur vie scolaire

- Mme Agnès FAUCON, Directrice du Centre social intercommunal de la Dhuys

- M. Claude MOREL, Préfet-délégué pour l'égalité des chances en Seine-Saint-Denis

Arrivée à 8h15 par la Gare de Gagny : rentrée des élèves.
Ils montrent leur carnet de correspondance aux assistants d'éducation placés à l'entrée, le principal et son adjoint étant présents devant le collège.

Visite du site du collège, caractérisé par une architecture très complexe : de nombreux coins et courbes rendent la surveillance difficile. Le collège est plutôt original dans sa forme mais voit son bâti médiocrement entretenu. Présentation très complète de l'établissement qui accueille 581 jeunes, encadrés par 90 adultes (soit un adulte pour six élèves).

Les enfants issus de familles de milieux défavorisés sont nettement plus nombreux que dans le département (93) et dans le pays, et 9,2 % des enfants ont au moins deux ans de retard en 6ème (1,2 en moyenne en France). Les évaluations en CM2 montrent que les têtes de classe sont moins nombreuses que dans le reste du département.

Le projet de l'établissement inclut une classe d'handicapés sensoriels (ULIS), une classe pour élèves nouvellement arrivés en France (ENAP) et une classe d'accueil pour jeunes qui arrivent en France, souvent isolés (CIPPA).

Les piliers du projet sont le théâtre (activité dont la qualité est unanimement saluée), l'UNSS (avec un tiers des élèves licenciés et plusieurs professeurs impliqués dans le district), la section football (avec ses 54 collégiens, son code de bonne conduite et son équipe d'une vingtaine filles, et le « parcours sciences », qui fait travailler ensemble les professeurs de Sciences Physiques, de Sciences et Vie de la Terre (SVT) et de Technologie, par groupe d'élèves. Par ailleurs, plus de 250 élèves participent au Foyer Socio Educatif.

Le Maire Xavier Lemoine souligne le taux d'évitement assez faible dans le collège. Les lycées environnants sont assez bien perçus, en particulier le Lycée Schweitzer du Raincy. Le sujet des valeurs dans le collège, par rapport à celles de la rue, est central. La proposition d'accompagnement dans ce collège est très « ferme ». Le Service Jeunesse de la Ville, situé juste à côté du collège, accueille beaucoup de jeunes après les cours et propose des ateliers.

De nombreux logements sont sur-occupés, et l'urbaniste en charge de la rénovation urbaine de Clichy/Montfermeil est l'équipe d'Yves Lion.

Une atmosphère très positive se dégage de l'établissement : l'accueil est très chaleureux, et le contact avec les élèves naturel, même avec ceux qui on un peu de mal à respecter les consignes (enlever la capuche par exemple).

Paroles d'Acteurs :

«  Il s'agit de promouvoir le respect, de donner un cadre à des règles»

Emmanuel Da Rocha, responsable de la section sportive de football

«L'Association Sportive encourage les jeunes à la prise de responsabilité, dans l'arbitrage notamment » 

Cedric le Nollène, secrétaire de l'Association Sportive du collège

« Le Bal des 3ème, la fête du collège, c'est incontournable »

Franck Lorenzi, le principal

« le risque, c'est la banalisation des discriminations à l'école : alors le pacte Républicain (est) violé »

Régis Astruc, principal adjoint

« le Parcours Sciences avait d'abord été testé dans le cadre de l'Accompagnement Educatif : c'est aussi une démarche d'excellence »

Fabrice Le Ster, professeur de technologie

CLICHY

Personnes Rencontrées au collège Romain Rolland

- Claude MOREL, Préfet délégué à l'Egalité des Chances

- Joëlle VUILLET, Adjointe au Maire

- Anne Marie BAZZO, Inspectrice d'Académie Adjointe

- Daisy BRABANT, Principale du collège Romain Rolland

- Emmanuel LEROY, Principal adjoint

- Muriel GRANGER, Conseillère Principale d'Education

- Brigitte WEISS, Inspectrice de l'Education Nationale

- Christine DESCARGUES, Coordonnatrice du Réseau Ambition Réussite

- Marie-France ELMIRA, Gestionnaire

- Cyril DESOUCHES, Proviseur « vie scolaire »

- Sylvie CROISY, P.E. « Réseau Ambition Réussite » - RAR

TPE d'un groupe d'élèves du collège Jean Jaurès

Le Préfet donne de nombreuses indications sur la situation du département de la Seine St Denis. Le « 93 » représente 10 % des projets de rénovation urbaine au niveau national, soit 1,4 milliard d'euros d'investissement. 600 000 personnes sur les 1,5 million d'habitants du département vivent en Zone Urbaine Sensible (ZUS). On estime qu'il y a en plus 150 000 à 200 000 personnes étrangères en situation irrégulière, soit un total de 1,7 million d'habitants dans le département.

La délinquance y est la plus forte de France, les communautés sont très présentes et il y a de nombreuses familles monoparentales. Le taux de chômage des 18-25 ans est de 50 %. 29 % de la population a moins de 25 ans.

Les violences intrafamiliales sont une priorité : il y a 11 000 cas repérés par an, à l'égard des femmes en particulier. La délinquance des mineurs est forte, avec 6 000 mineurs interpellés. 1 600 jeunes sortent sans solution du système scolaire, 1300 sont retrouvés, notamment grâce au dispositif mis en place par le département pour le suivi des « décrocheurs ».

Le département a aussi de nombreux atouts : des terrains industriels peu chers, et proches de Paris : il y a une vraie dynamique, avec 8000 créations d'entreprises sur les dernières années (présence de l'ADIE et de « Planète Finances » de M. Attali).

Le département comprend 31 CUS, en général communaux (l'intercommunalité est limitée à quelques domaines). Le désenclavement de Clichy, qui devrait arriver par le Tramway reliant Clichy à Roissy, est très attendu. Le sujet principal est la Parentalité, l'Ecole de la République par rapport à « l'Ecole de la rue ».

Il y a un Réseau d'Accompagnement à la parentalité, construit avec la CAF. Il organise des réunions de parents, travaille sur le rôle des pères. On note souvent des conflits avec les mères. Un élève a d'ailleurs une « autre attitude » avec un professeur femme et un professeur homme. C'est le sujet du regard porté sur la femme, mais aussi le retour d'image au père, notamment quand celui-ci n'a pas la place qu'il aurait dû occuper (problème du chômage).

PRU Clichy-sous-Bois/Montfermeil

Pour l'Inspectrice du primaire, le sujet du respect de la femme nécessite la vigilance de tous les instants. Les comportements sexistes et les propos violents se sont amplifiés. On observe la montée des communautarismes. Le Préfet est admiratif du travail de l'Education Nationale, qui innove beaucoup. Le département compte 24 programmes de Réussite Educative.

Le collège Romain Rolland compte environ 555 jeunes. Il accueille une classe de Non Scolarisés Avant (NSA), primo arrivants n'ayant pas fréquenté d'école jusque-là, et une CLA composée de primo arrivants. Quelques uns d'entre eux rentrent chaque année en S au Lycée. Des activités salsa et sportives (football, basket et tennis, rigoureusement mixtes) sont développées. Malheureusement, les horaires consacrés à l'Accompagnement Educatif sont en recul.

Mme Vuillet, Adjointe au Maire, constate que 350 élèves sur les 4500 de la commune sont issus de familles « hébergées » : l'activité de marchand de sommeil est particulièrement développée dans le quartier du Chêne Pointu, où l'on achète un trois pièces pour 10 000 euros -par adjudication-. 70 % des jeunes sont boursiers.

Il y a trois collèges sur Clichy, le dernier construit « en haut » recrute dans le quartier pavillonnaire, Romain Rolland est intermédiaire et Louise Michel, « en bas » de la colline, recrute au Chêne Pointu. Les parents viennent assez volontiers aux réunions, mais des relances la veille ou le matin sont organisées au téléphone.

Le RAR met l'accent sur la maîtrise de la langue. Le problème est surtout celui d'enfants très perturbants. Une difficulté apparue en Comité Executif du RAR tient aux enfants ne parlant pas français à la maison, mais notamment turc ou une langue malienne (bambara, peul...)

Au coeur de la cité, toute l'équipe du Centre Social Intercommunal nous accueille chaleureusement (sans avoir été prévenue !) avec à sa tête Agnès Faulcon, directrice : l'équipe demande plus de services publics (un Pôle emploi, une Poste, par exemple) et des projets plus simples administrativement, pour privilégier l'action auprès des familles et des jeunes, qui représentent la moitié de la population à Clichy-Montfermeil.

Verbatim

« Réussir, c'est partir, pensent les habitants »

M. Morel, Préfet à l'Egalité des Chances

« l'assouplissement de la carte scolaire a aggravé les choses »

Daisy Brabant, principale

« le risque, c'est une rupture grave entre les secteurs en fort développement économique, la Plaine St Denis, la plateforme de Roissy, le Bourget, et des poches de très grande pauvreté à échéance de 10 à 15 ans»

Claude Morel, Préfet à l'Egalité des chances

« Il y a un problème d'image, de marquage national et international, à cause des évènements de 2005»

Daisy Brabant, principale

« sur 24 écoles, 20 sont en ZEP »

Joëlle Vuillet, adjointe au Maire