Allez au contenu, Allez à la navigation



L'innovation à l'épreuve des peurs et des risques

24 janvier 2012 : L'innovation à l'épreuve des peurs et des risques ( rapport de l'opecst )

B. LA NÉCESSITÉ D'UNE APPROCHE INTERGÉNÉRATIONNELLE

Pour les jeunes de la « génération Y », le risque choisi - par exemple fumer, consommer de la drogue, rouler à grande vitesse, ... - n'est pas un risque.

Dès lors que ce sont eux qui décident si une pratique est dangereuse ou non - la tribu joue un rôle essentiel dans l'appréciation du risque -, il n'y a pas, selon eux, risque.

Il en va tout autrement du risque subi, éventuellement invisible comme la radioactivité, les ondes électromagnétiques, les OGM, les nanoparticules ou peut-être un jour la biologie de synthèse, en quelque sorte imposé par la société.

1. Les jeunes face aux innovations et aux risques

Au cours de l'étude, en plus du questionnaire sur les docteurs qui a été conduit électroniquement, nous avons souhaité aborder la question intergénérationnelle de manière concrète et participative.

a. Méthodologie

Ainsi, nous avons fait parvenir à un peu plus de 200 lycéens de classes de première, en Lorraine et en Haute-Savoie, un questionnaire (disponible en annexe) les interrogeant sur leur perception de l'innovation, des peurs et des risques.

La première partie du questionnaire consistait en une étude qualitative, composée de dix questions sur l'innovation, de douze questions sur les risques et les peurs et de huit questions sur les liens entre innovation, peurs et risques. Les réponses étaient libres, et les lycéens ont généralement été très enthousiastes en écrivant plusieurs lignes de réponse pour chaque question.

La seconde partie du questionnaire consistait en une liste de risques qu'il était demandé de classer selon une échelle, de 1 pour le moins grave à 21 pour le plus grave, ou de noter.

Après avoir dépouillé les résultats, nous sommes allés ensemble dans nos deux circonscriptions, à la rencontre de ces jeunes lycéens, pour leur présenter leurs résultats en en discuter avec eux.

En parallèle, nous avons fait parvenir ce questionnaire à des étudiants en deuxième année à l'Institut d'études politiques de Paris du cours de Jean-Yves
Le Déaut, ainsi qu'à des membres de l'Institut de maîtrise des risques (IMdR), spécialistes de ces questions.

L'échantillon est trop faible pour que l'on puisse parler de sondage, mais la forte corrélation dans les réponses des lycéens de Lorraine et de Haute-Savoie et leur décalage avec les réponses des spécialistes du risque est un indicateur intéressant.

b. Quelques résultats

Voici quelques résultats de cette enquête ; quelques résultats sous forme de graphiques sont disponibles en annexe, et l'ensemble des données sont accessibles sur le DVD-Rom ou sur le site de l'OPECST.

A la question « Quelles innovations marqueront les vingt ou quarante prochaines années ? », les personnes interrogées ont répondu qu'elles concerneraient essentiellement le domaine des énergies vertes et des transports.

A la question « Que signifie pour vous le risque zéro ? », un consensus entre les générations s'est fait jour pour considérer que le risque zéro n'existe pas mais qu'il faut tout faire pour s'en approcher.

A la question « Vivez-vous dans une société plus risquée que celle de vos grands-parents ? », les lycéens ont répondu que la société actuelle étant plus technologique, avec davantage d'innovations, elle était donc plus risquée.

On note particulièrement le lien étroit établi par les jeunes entre technologie et risque. Les spécialistes de l'IMdR ont, quant à eux, insisté sur le fait qu'on communique aujourd'hui davantage sur les risques mais qu'il n'y en a pas plus qu'auparavant - pour certains, il y en aurait même moins, comme en témoigne l'allongement de l'espérance de vie.

On a donc là une différence de perception importante sur la perception du niveau de risque de la société actuelle par des personnes de générations différentes.

A la question « La créativité et l'inventivité sont-elles assez sollicitées à l'école ? », tous les lycéens ont répondu non, précisant « surtout après le collège » - les enseignements de musique et d'arts plastiques disparaissent au lycée. Les TPE (travaux personnels encadrés) sont, quant à eux, plébiscités, notamment car il s'agit d'un travail en groupe, souvent interdisciplinaire, et que les élèves se sentent porteurs d'un projet.

A la question « Quelles innovations vous font peur ? », une réponse récurrente chez les lycéens a été : la robotique. Ils ont également cité les innovations trop rapides en matière médicale, donnant l'exemple des vaccins, sans doute en lien avec la campagne de vaccination contre le virus A(H1N1). Les spécialistes de l'IMdR ont, quant à eux, fait part de leurs craintes face à la génétique et aux innovations questionnant l'éthique.

A la question « En qui avez-vous confiance pour vous informer sur les risques ? », la réponse majoritaire a été : les scientifiques et les experts. Les agences officielles ou les représentants politiques ne sont que très peu cités, même pas du tout chez les lycéens de Haute-Savoie.