Allez au contenu, Allez à la navigation

Se donner les moyens de ses ambitions : les leçons des inondations du Var et du sud-est de la France

24 septembre 2012 : Se donner les moyens de ses ambitions : les leçons des inondations du Var et du sud-est de la France ( rapport d'information )
5. Un bilan néanmoins très lourd

Le bilan officiel des crues du mois de juin 2010 est de 23 victimes et de 2 disparus. Il vient au quatrième rang des événements meurtriers qui ont touché la France depuis 1987, derrière Xynthia en 2010 (53 morts), les inondations de Vaison-la-Romaine (41 morts) en 1992 et de l'Aude en 1999 (36 morts).

Le CETE Méditerranée a réalisé une analyse du profil des victimes et des situations de danger ayant conduit aux décès de juin 20109(*), qui permet de rectifier quelque peu les impressions premières.

Selon la répartition géographique, il apparaît que si 7 communes ont recensé des accidents mortels liés aux inondations, Draguignan et Trans-en-Provence comptent à elles seules 13 des 23 victimes. De fait, deux secteurs peuvent être distingués : l'amont de la Nartuby, où le phénomène rapide et torrentiel a causé la mort de 18 personnes, et l'aval (Roquebrune-sur-Argens et Fréjus) où la vallée est large et la crue plus lente, ont permis de limiter les victimes à 7. À noter que 14 des 23 victimes étaient âgées de plus de 60 ans.

On notera enfin que 20 % des décès sont intervenus pendant un déplacement motorisé, le danger ayant été manifestement sous-évalué par les victimes. Si ce chiffre peut apparaître relativement faible au regard du nombre de véhicules endommagés, c'est selon le CETE grâce à l'intervention massive et rapide des hélicoptères. Nombreuses ont également été les victimes piégées à leur domicile ou dans un parking, ce qui n'est d'abord pas clairement apparu.

Le bilan indique également :

· un millier de familles ayant dû quitter leur logement dont 193 (473 personnes) ont été relogées définitivement, étant dans l'incapacité de réintégrer leur logement ;

· 35 700 sinistrés (615 millions d'euros à la charge des assureurs) ;

· 2 000 entreprises sinistrées, représentant 5 000 salariés (600 d'entre elles étaient encore en arrêt au mois de mars 2011, soit 9 mois après la catastrophe), dont 1 125 dans la communauté d'agglomération de Draguignan ;

· les exploitations agricoles mises à mal, certaines, comme à Taradeau, voyant même leurs terres partiellement emportées ainsi que l'hôtellerie de plein air (8 000 touristes/jour accueillis en saison dans la région).

Au total, 59 communes bénéficieront d'un arrêté de classement en catastrophe naturelle. On dénombrera environ 1,2 milliard d'euros de dégâts (assurables ou non), dont certains, considérables, sont encore visibles, ainsi que la mission a pu le constater lors de son déplacement. À titre d'exemple, on citera l'effondrement, en raison de la violence de la crue de la Nartuby, de la route reliant le village de Châteaudouble à son hameau de Rebouillon, qui oblige désormais ses habitants et ceux du nord du département à un détour de plusieurs kilomètres.


* 9 Crues du Var : analyse des situations de danger - CETE Méditerranée - Février 2012.