Allez au contenu, Allez à la navigation

La gouvernance de la culture scientifique, technique et industrielle

27 février 2013 : La gouvernance de la culture scientifique, technique et industrielle ( rapport d'information )

N° 412

SÉNAT

SESSION ORDINAIRE DE 2012-2013

Enregistré à la Présidence du Sénat le 27 février 2013

RAPPORT D'INFORMATION

FAIT

au nom de la commission de la culture, de l'éducation et de la communication (1) et du groupe d'études sur l'éducation populaire et la culture (2) sur la gouvernance de la culture scientifique, technique et industrielle,

Par Mme Marie-Christine BLANDIN et M. Jacques-Bernard MAGNER,

Sénateurs.

(1) Cette commission est composée de : Mme Marie-Christine Blandin, présidente ; MM. Jean-Étienne Antoinette, David Assouline, Mme Françoise Cartron, M. Ambroise Dupont, Mme Brigitte Gonthier-Maurin, M. Jacques Legendre, Mmes Colette Mélot, Catherine Morin-Desailly, M. Jean-Pierre Plancade, vice-présidents ; Mme Maryvonne Blondin, M. Louis Duvernois, Mme Claudine Lepage, M. Pierre Martin, secrétaires ; MM. Serge Andreoni, Maurice Antiste, Dominique Bailly, Pierre Bordier, Mme Corinne Bouchoux, MM. Jean Boyer, Jean-Claude Carle, Jean-Pierre Chauveau, Jacques Chiron, Claude Domeizel, Mme Marie-Annick Duchêne, MM. Alain Dufaut, Jean-Léonce Dupont, Vincent Eblé, Mmes Jacqueline Farreyrol, Françoise Férat, MM. Gaston Flosse, Bernard Fournier, André Gattolin, Jean-Claude Gaudin, Mmes Dominique Gillot, Sylvie Goy-Chavent, MM. François Grosdidier, Jean-François Humbert, Mmes Bariza Khiari, Françoise Laborde, M. Pierre Laurent, Mme Françoise Laurent-Perrigot, MM. Jean-Pierre Leleux, Michel Le Scouarnec, Jean-Jacques Lozach, Philippe Madrelle, Jacques-Bernard Magner, Mme Danielle Michel, MM. Philippe Nachbar, Daniel Percheron, Mme Sophie Primas, MM. Marcel Rainaud, Michel Savin, Abdourahamane Soilihi, Alex Türk, Hilarion Vendegou, Maurice Vincent.

(2) Ce groupe est composé de : M. Jacques-Bernard Magner, Président ; Mmes Marie-Christine Blandin, Cécile Cukierman, M. Pierre Martin, vice-présidents ; Mme Michèle André, MM. Maurice Antiste, Dominique Bailly, Mmes Maryvonne Blondin, Françoise Cartron, Christiane Demontès, MM. Claude Dilain, Claude Domeizel, Mmes Marie-Annick Duchêne, Dominique Gillot, Sophie Joissains, M. Jean-Jacques Lozach, Mme Danielle Michel, MM. Alain Néri, Jean-Marc Pastor, René Teulade.

TABLE RONDE SUR LA GOUVERNANCE DE LA CULTURE SCIENTIFIQUE, TECHNIQUE ET INDUSTRIELLE, BILAN ET PERSPECTIVES

ALLOCUTIONS D'OUVERTURE

Mme Marie-Christine Blandin, présidente de la commission de la culture, de l'éducation et de la communication

Nous sommes heureux d'accueillir aujourd'hui plusieurs acteurs de la culture scientifique. Cette table ronde a été organisée conjointement avec le groupe d'études sur l'éducation populaire et la culture, présidé par notre collègue Jacques-Bernard Magner.

Le nombre important de participants témoigne de la très grande diversité des acteurs institutionnels et associatifs de la culture scientifique.

Chacun d'ailleurs y met son concept, de la diffusion descendante du savoir au partage, des expositions au champ global sciences et société, de la construction de l'acceptabilité au débat démocratique. C'est un vaste champ que la culture scientifique, condition d'une société informée et participative qui va jusqu'à la formation initiale et continue des enseignants, jusqu'au journalisme scientifique et aux types d'aides à la presse, ou bien à la communication des institutions de recherche et à la création de vocations scientifiques.

Mais aujourd'hui nous nous concentrons sur le sens et la gouvernance. La commission considère qu'une stratégie nationale et locale cohérente de diffusion de la culture scientifique se doit d'assurer une lisibilité parfaite de l'ambition publique en la matière.

Il s'agit là d'un enjeu démocratique fondamental : nos concitoyens, et au premier chef nos jeunes, doivent détenir les clés de compréhension des débats scientifiques. Le tissu associatif d'éducation populaire très dense dont nous disposons en France y est attentif.

Les mathématiques, la technologie et les sciences expérimentales font partie intégrante de la culture, dès lors qu'elles permettent à nos concitoyens de mieux appréhender leur environnement quotidien et de participer aux grands choix technologiques et scientifiques qui leur incombent.

Je donne de suite la parole à M. Magner pour un mot introductif.

M. Jacques-Bernard Magner, président du groupe d'études sur l'éducation populaire et la culture

Je tiens à remercier la présidente de notre commission d'avoir accepté d'organiser cette table ronde conjointement avec le groupe d'études sur l'éducation populaire et la culture que j'ai l'honneur de présider. Je connais son intérêt tout particulier pour la diffusion de la culture scientifique qui constitue un levier exceptionnel d'élévation des connaissances de la nation et un facteur d'intégration incontournable au sein des populations les plus défavorisées.

Les associations de culture scientifique ont pour but de permettre aux jeunes de s'affranchir des frontières sociales, économiques et culturelles dans la compréhension et l'appropriation des sciences et des techniques. La culture scientifique est également un rempart indispensable contre toute forme d'obscurantisme. Elle est un moteur de l'émancipation de notre jeunesse, par la confrontation au raisonnement scientifique, au débat contradictoire et au jugement critique. Elle repose en grande partie sur la médiation éducative non formelle des associations d'éducation populaire qui donnent à nos enfants les clés de la compréhension des grands enjeux scientifiques et techniques de notre monde : le gaz de schiste, les organismes génétiquement modifiés (OGM), le réchauffement climatique... À l'évidence les débats scientifiques ne manquent pas et il est indispensable que nos concitoyens puissent être éclairés sur les choix scientifiques qui se posent à notre nation.

Nous avons donc hâte de recueillir votre sentiment sur la place qu'occupe et devrait occuper la culture scientifique parmi nos politiques publiques éducatives et sur les améliorations qu'il convient d'apporter à son fonctionnement et à son financement.